Le Comité Nobel norvégien a annoncé ce 9 octobre qu’il décernait le prix Nobel de la paix 2020 au Programme alimentaire mondial des Nations Unies « pour ses efforts visant à lutter contre la faim, à contribuer à l’amélioration de la paix dans les zones de conflit et pour son action en tant que force motrice visant à empêcher l’utilisation de la faim comme arme de guerre et de conflit. »

«Le Programme alimentaire mondial est la plus grande organisation caritative au monde qui lutte contre la faim et promeut la sécurité alimentaire. En 2019, le Programme alimentaire mondial a fourni une assistance à environ 100 millions de personnes dans 88 pays qui sont victimes d’insécurité alimentaire aiguë et de faim. Ces dernières années, la situation s’est aggravée. En 2019, 135 millions de personnes souffraient de faim aiguë, le nombre le plus élevé depuis de nombreuses années. La principale cause de cette augmentation revient aux guerres et aux conflits armés. »

«La pandémie de coronavirus a contribué à une forte augmentation du nombre de victimes de famine dans le monde. Dans des pays comme le Yémen, la République démocratique du Congo, le Nigeria, le Soudan du Sud et le Burkina Faso, la combinaison de conflits violents et de pandémie a conduit à une augmentation spectaculaire du nombre de personnes au bord de la famine. »

Nous vous rappelons que depuis des mois il y a eu de nombreuses résolutions internationales mais aussi grecques pour décerner le prix Nobel de la paix aux médecins cubains, et en particulier à la Brigade médicale internationale « Henry Reeve », pour la solidarité dont ils ont fait preuve à travers le monde pendant la période de la pandémie. Des appels pour le prix Nobel de la paix ont également été lancés pour être décernés à Assange, Snowden et Manning .

Avec ce choix, le Comité Nobel norvégien réalise deux choses. Premièrement, le Programme alimentaire mondial est un choix sûr pour le prix Nobel de la paix, qui ne sera guère critiqué par la Commission, comme cela a été le cas ces dernières années avec des lauréats tels que Barack Obama et l’Union européenne, en outre, ce n’est pas la première fois que le prix est décerné à un organe des Nations Unies. Deuxièmement, le choix d’un organisme de bienfaisance ignore d’autres actions et mesures qui s’attaquent aux problèmes des guerres et des conflits à leur racine et pas seulement à leurs conséquences. L’action caritative, si elle peut être cruciale dans de nombreux cas de danger immédiat, ne peut pas résoudre les problèmes structurels qui sont ceux qui, depuis le début, ont causé la catastrophe.

Le revenu de base universel inconditionnel en tant que droit va plus loin que la charité. Grâce à une redistribution des richesses il peut offrir des conditions de vie décentes en temps de paix. Des moyens de subsistance adéquats peuvent, dans certains cas, empêcher les conflits armés. Et dans les situations de crise, il offre une plus grande résilience à la population.

Le prix Nobel de la paix ne reflète en aucun cas la portée des actions et initiatives mondiales pour la paix et la fin de la guerre. Mais cela donne une grande visibilité à travers les choix qu’il fait. Lorsque ces choix maintiennent le statu quo, ce n’est pas la paix qui l’emporte.