Vers un nouveau Forum social mondial

15.09.2020 - Rome, Italie - Roberto Savio

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Italien, Allemand, Portugais

Vers un nouveau Forum social mondial

En janvier prochain, le Forum social mondial fêtera ses 20 ans. Son apparition en 2001, appelant les différents mouvements sociaux, les militants et les intellectuels à affronter le néolibéralisme dominant, a été un événement mondial. Dès lors, de nombreuses réunions massives ont eu lieu dans différents pays, autour de l’axe des débats horizontaux et de l’articulation entre les organisations. L’une des règles était qu’il ne pouvait pas faire de déclarations ou appeler à des actions en son nom propre. Le monde a beaucoup changé depuis lors et certains de ses militants estiment qu’il est urgent et essentiel de pouvoir construire des actions communes en tant que sujet politique global, face à la crise économique, sociale et environnementale qui menace l’avenir de la planète.

Changer le FSM pour changer le monde – d’un espace ouvert à un espace d’action

Le FSM fêtera son 20e anniversaire en 2021. Un groupe de facilitation examine actuellement la possibilité d’organiser un nouveau forum à Mexico. Bien sûr, tout dépend de la situation concernant le coronavirus.

Nous savons tous que le monde a beaucoup changé depuis 2001 et le premier Forum de Porto Alegre. À l’époque, les fondateurs du Forum ont réussi à rédiger une charte de principes pour fixer les règles du jeu et empêcher que le Forum ne soit un espace de lutte au lieu d’être un espace de coexistence et de convergence. Loin de nous aider, les règles de l' »espace ouvert » ont été interprétées ces derniers temps de manière dogmatique et le Forum n’a pas pu s’exprimer en tant que sujet politique global, sauf une fois et par exception, à n’importe quel autre moment crucial de l’histoire contemporaine.

Plusieurs initiatives ont été prises dans le passé pour sortir de cette impasse et pour manifester d’une voix politique de la part du Forum et en son nom. Il suffit de penser à la grande manifestation du 15 février 2003 contre la guerre en Irak, qui a été initiée au sein du FSM. Plusieurs des participants historiques du FSM et du « Manifeste de Porto Alegre » – une tentative de briser le consensus paralysant – ont récemment signé un appel pour essayer à nouveau de passer d’un « espace ouvert » à un « espace d’action », non pour proposer des programmes politiques de portée mondiale mais pour interagir avec le monde extérieur. Les signataires de ce premier message étaient Frei Betto, Atilio Borón, Bernard Cassen, Adolfo Perez Esquivel, Federico Mayor, Riccardo Petrella, Ignacio Ramonet, Emir Sader, Boaventura Santos, Roberto Savio, Aminata Traoré.

Il ne s’agit pas d’imposer des positions politiques à un groupe qui a toujours été et continuera d’être très diversifié. Mais à un moment où le monde risque de s’effondrer sur le plan environnemental, dans une situation de crise aiguë causée par l’émergence du fascisme, du capitalisme financier, du racisme et du patriarcat, à un moment où les jeunes, les femmes et tous les opprimés descendent à nouveau dans la rue pour réclamer justice et des politiques écologiquement durables, le Forum ne peut être absent. C’est un devoir moral et politique de cesser de se limiter à l’autoréflexion et de parler et d’agir avec le monde.

C’est pourquoi les signataires de cet appel veulent que le FSM change pour changer le monde. Nous pensons qu’il est nécessaire de démocratiser le Forum, ses structures et sa gouvernance. Le changement, que la logique et l’histoire nous imposent, doit être le résultat d’une discussion ouverte et participative. Pour cela, nous proposons que les nouvelles forces qui mobilisent le monde entrent au Conseil international, que nous essayions de construire un organe plus représentatif qui puisse examiner la Charte des principes et l’adapter au XXIe siècle, que nous donnions une place aux forums thématiques et régionaux, que nous organisions peut-être des journées internationales d’action, que nous puissions discuter des lignes directrices pour que le FSM devienne un sujet politique véritablement mondial. Le chemin ne sera pas facile et exige de nous tous une ouverture et une volonté de créer une instance capable de parler au monde. De nombreuses autres propositions peuvent être imaginées pour renforcer la gouvernance et la démocratisation du FSM sur la voie de la construction de sujets politiques mondiaux. Il serait bon qu’ils fassent l’objet d’un débat démocratique.

Nous invitons tout le monde à participer à cette réflexion collective. Il s’agit d’une tâche urgente qui peut contribuer à façonner « l’autre monde » que nous désirons et dont nous avons tant besoin.

Adolfo Pérez Esquivel . Premio Nóbel de la Paz (Argentina)

Alberto Acosta. Pacto Ecosocial del Sur (Ecuador)

Aminata Traoré. Foro Social Mundial Policéntrico (Mali)

Armando de Negri. Foro Social Mundial de Salud y Seguridad Social, miembro del CI (Brasil)

Assétou Founé Samaké. Activista de Derechos Humanos (Mali)

Atilio Boron. Economista (Argentina)

Aziz Rhali. Foro Social Mundial de Salud y Seguridad Social (Marruecos)

Berenice Celeita. Activista de Derechos Humanos (Colombia)

Bernard Cassen. Periodista (Francia)

Bernard Duterme. Director del CETRI (Bélgica)

Boaventura de Sousa Santos. Sociólogo, miembro del CI (Portugal)

Candido Gribowszki. IBASE (Brasil)

Cecilia Capanna. Directora de Other News (Italia)

Claudia Yadira. Economía Solidaria (México)

Dalia Acosta. Periodista (Cuba)

Demba Moussa Dembele. Economista (Senegal)

Elizabeth Mpofu. Asociación de Agricultores Orgánicos (Zimbabwe)

Emir Sader. Sociólogo (Brasil)

Federico Mayor. Fundación Cultura de Paz (España)

Flavio Lotti. Tavole della Pace  (Italia)

Francine Mestrum.   CETRI, miembro del CI (Bélgica)

Frei Betto. Teólogo de la Liberación (Brasil)

Guadalupe Ponce. Activista de Derechos Humanos (México)

Hazel Henderson. Economista (USA)

Hélène Tremblay. Escritora (Canadá)

Ignacio Peón. Investigador Ambiental (México)

Ignacio Ramonet.  Director de Le Monde Diplomatique (España-Francia)

Jason Nardi. Foro Social de Economías Transformadoras, miembro del CI (Italia)

John Bellamy Foster. Sociólogo (USA)

Leo Gabriel. Antropólogo, miembro del CI (Austria)

Luis Lópezllera. Diálogos Ecosistémicos (México)

Madhuresh Kumar.  National Alliance of People’s Movements  (India)

Manou Angahi.  Forum des femmes maliennes  (Costa de Marfil)

Mario Dujisin, periodista, editor de Other News (Chile-Portugal)

Medha Patkar.  National Alliance of People’s Movements (India)

Mireille Fanon Mendès. Fundación Franz Fanon (Francia)

Mohau Pheko. Pontso Ya Basadi (Afrique du Sud)

Ms. Roma. All India Union of Forest Working People (India)

Norma Fernández. Comunicadora, miembro del CI (Argentina)

Nzira Deus . Fórum Mulher (Mozambique)

Oscar Gonzalez. Diplomático, miembro del CI (México)

Raquel Martínez López Gómez. Escritora (España)

Reiner Braun. International Peace Bureau (Alemania)

Riccardo Petrella. Economista (Italia-Bélgica)

Roberto Savio. Comunicador, miembro del CI (Italia- Argentina)

Saida Garrach. Activista de Derechos Humanos (Túnez)

Susan George. Economista (Francia)

Taoufik Ben Abdellah. ENDA (Túnez)

Vandana Shiva. Ecofeminista (India)

Wim Dierckxsens. Politólogo (Costa Rica)

——————————

Invitation à signer cet appel: https://foranewwsf.org   Facebook: Towards a New World Social Forum

Catégories: International, Nonviolence
Tags: ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.

maltepe escort