Si les neuf États nucléaires signaient le TIAN, comment l’élimination des armes nucléaires aurait-elle lieu ?

03.09.2020 - Italie - Elio Pagani, - Angelo Baracca

Cet article est aussi disponible en: Italien

Si les neuf États nucléaires signaient le TIAN, comment l’élimination des armes nucléaires aurait-elle lieu ?
Estimations des arsenaux nucléaires

De l’ICAN et de diverses organisations circule ces jours-ci une importante pétition qui demande – on pourrait dire de manière désormais affirmée « bipartite » – aux 9 États qui possèdent des armes nucléaires d’adhérer au Traité sur l’Interdiction des Armes Nucléaires (TIAN, acronyme anglais TPNW). Nous avons dit pétition « bipartite » parce qu’elle est lancée conjointement par des organisations faisant autorité en Russie et aux États-Unis, et d’autres : à la fin, nous indiquons le texte en italien et le site où signer.

La pétition a été promue par l’agence russe « Stabilité stratégique » (plus précisément par Vladimir Kozin, conseiller spécial auprès de l’Administration présidentielle russe sur les questions militaires et les traités nucléaires) et les organisations américaines Global Network Against Weapons & Nuclear Power in Space, RootsAction.org, Peaceworkers, des sections de Pax Christi et des organisations mondiales telles que World BEYOND War et Wilpf.

La pétition appelle les 9 États nucléaires à s’engager dans une politique de non première frappe (essentielle pour éviter le risque immédiat d’une guerre nucléaire), à signer et ratifier le TIAN, et à accepter de commencer immédiatement le désarmement nucléaire avec un agenda pour l’élimination complète de ces armes de la terre d’ici le 6 août 2045. L’indication de cette date est évocatrice car il y aura 100 ans depuis Hiroshima. Cependant, les auteurs de cet article se sont demandés pourquoi ils indiquent un délai aussi éloigné – 25 ans – pour l’élimination des armes nucléaires qui représentent une menace immédiate : nous pensons que tous les militants antinucléaires, et nous aussi, pensons instinctivement que si les États nucléaires eux-mêmes adhèrent au TIAN, s’engageant ainsi à respecter ses exigences, l’élimination de ces armes devrait être immédiate.

Nous ne sommes ni des géo-stratèges ni des experts diplomatiques, mais nous avons essayé de comprendre les raisons qui pourraient justifier l’indication d’un délai aussi long, et nous sommes convaincus que même l’adhésion des 9 protagonistes nucléaires au TIAN ne pourrait en aucun cas impliquer l’élimination des armes nucléaires… le jour suivant. Nous avons essayé d’imaginer quel processus s’ouvrirait, quels problèmes il faudrait affronter et résoudre. Procédons pas à pas : en pensant que cette réflexion, même si elle est nécessairement approximative, pourrait introduire une position plus réaliste dans le mouvement antinucléaire.

Un premier problème qui est loin d’être trivial est la différence entre la signature et la ratification du TIAN, même si l’appel à la simplicité leur est commun. Dans ce cas précis, il faut considérer que les États-Unis (mais ce n’est peut-être pas le seul) ont une longue tradition de traités signés et jamais ratifiés. Il suffit de penser, juste en ce qui concerne les armes nucléaires, au Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (CTBT) de 1996 que les États-Unis ont signé mais que la Chambre et le Sénat n’ont jamais ratifié : à tel point que Trump a récemment éclipsé la reprise des essais (les États-Unis n’ont jamais abandonné le site d’essai du Nevada, ils l’ont même toujours maintenu en état de fonctionnement). Le gouvernement fédéral est responsable de la signature, mais la Chambre et le Sénat sont responsables de la ratification : et là, l’âne pourrait tomber, ou même une procession d’ânes. Que se passerait-il si les 8 autres États nucléaires « en liberté conditionnelle » commençaient le démantèlement de leurs arsenaux et que le Congrès américain rejetait ensuite la ratification ? Déjà à partir de là, on peut comprendre à notre avis que le processus serait de toute façon long et complexe.

Ce n’est pas une coïncidence, à notre avis, si le premier point de l’appel est que les États nucléaires renoncent à toute stratégie de première utilisation des armes nucléaires, qui maintient l’humanité au bord d’une guerre nucléaire qui anéantirait la société humaine telle que nous la connaissons.

Au contraire, nous détectons une lacune dans l’appel, que franchement nous ne nous expliquons pas. Le risque de plonger dans une guerre nucléaire n’est pas seulement donné par les stratégies de première utilisation, avec les risques associés d’attaque par erreur. Les experts dénoncent depuis longtemps les risques (par exemple pour les fausses alertes) dus au lancement immédiat en état d’alerte des missiles nucléaires et recommandent des mesures extrêmement simples et immédiates pour « désamorcer » les missiles : s’il fallait un certain temps pour armer les missiles – par exemple en séparant physiquement les ogives des missiles – en cas de crise, on aurait le temps d’entamer des négociations, au lieu de recourir immédiatement à des représailles nucléaires pour empêcher qu’une première frappe n’anéantisse les ogives au sol.

En tout cas, les signatures et ratifications hypothétiques ne pourraient qu’ouvrir des négociations – peut-être les plus complexes de l’histoire, étant donné la délicatesse du problème – pour convenir des étapes, modalités, contrôles et vérifications du processus d’élimination des armes nucléaires, comme le précise effectivement le dernier point de l’appel. Parce qu’il est évident qu’à aucun moment il ne doit y avoir de situation de supériorité d’un État sur les autres, étant donné que les acteurs se regardent de manière obstinée (pensez aux Etats-Unis et à la Russie, par exemple, à l’Inde et au Pakistan, qui ont toujours été au bord d’un conflit armé). Qui devrait diriger cette négociation ? Évidemment les 9 États nucléaires (Israël serait sans doute un os particulièrement dur), certainement l’ONU à travers son agence AIEA qui est responsable du contrôle des traités nucléaires, sans doute l’OTAN, et, parmi les « non nucléaires » : les États qui ont sur leur sol des armes nucléaires, tous les États qui ont ratifié le Traité et peut-être même les observateurs des États non signataires : si les négociations entre les Etats-Unis et la Russie sont déjà si complexes, alors comment faire avec plusieurs protagonistes?

Nous avons assisté aux négociations à l’ONU qui ont produit le TIAN, mais ici il ne s’agirait pas seulement de s’entendre sur les règles mais aussi sur les détails, les étapes concrètes d’un processus très délicat, les mécanismes de vérification de chaque étape (qui ont été l’un des aspects les plus complexes des traités de réduction des armes nucléaires), et tout cela avec des interlocuteurs habitués à se suspecter les uns les autres, « indépendamment » comme l’a dit Totò.

Il faut tenir compte, entre autres, du fait qu’il ne s’agit pas « seulement » d’éliminer les têtes et les vecteurs nucléaires de manière équilibrée et contrôlée (ce qui s’est déjà partiellement produit avec les traités START entre les Etats-Unis et la Russie sur la réduction des armes nucléaires stratégiques), mais de tout le système nucléaire, des sous-marins aux bombardiers (il suffit de penser, par exemple, que les F35 ont une capacité nucléaire).

Mais ce n’est pas tout : puisque le système d’armes nucléaires est basé sur un complexe colossal de recherche (aux Etats-Unis trois énormes laboratoires fédéraux plus beaucoup d’autres « mineurs », mais les autres États nucléaires n’en sont certainement pas moins) et de production, si ce système n’est pas complètement et définitivement démantelé, chaque État pourrait reprendre la production d’armes nucléaires à tout moment, car il est clair que les connaissances et les compétences ne sont pas effacées.

Ensuite, il y a le problème de l’élimination et du stockage des matériaux d’intérêt militaire, dans de nombreux cas physiquement non éliminables (le plutonium est un isotope artificiel qui n’existe pas dans la nature et qui prend 24 000 ans juste pour être réduit de moitié, et qui a un intérêt militaire stratégique).

D’autres problèmes qui sont tout sauf secondaires nous amèneraient au-delà des termes de l’appel et il serait inapproprié de les aborder maintenant : pour donner un exemple non secondaire, le fait que certaines puissances nucléaires sont également puissances dans les armements conventionnels, qui ont atteint la limite des armes nucléaires. Le processus à mener en toute sécurité doit éviter les déséquilibres qui pourraient provoquer des retours en arrière très dangereux. Par exemple, la Russie, dont le PIB est inférieur à celui de l’Italie et dont les dépenses militaires représentent environ un dixième de celles du Pentagone et un quinzième de celles de l’OTAN, doit désormais son statut de puissance mondiale à la possession de son arsenal nucléaire et a besoin de garanties précises pour l’éliminer. On peut résumer en disant qu’il est difficile de concevoir un désarmement nucléaire qui ne soit pas lié à un processus de désarmement total. Mais ici, nous allons au-delà de la portée de l’appel, et du TIAN lui-même, et des concepts et stratégies plus généraux entrent en jeu.

Nous concluons en disant que, malgré l’autorité incontestable des promoteurs de l’appel qui, nous l’espérons, sera entendu par les puissances nucléaires, il est plus urgent que jamais d’avoir l’engagement maximum de tous pour réaliser une mobilisation universelle afin d’atteindre la masse critique nécessaire pour parvenir à l’abolition des armes nucléaires.

Pour signer la pétition, disponible en plusieurs langues: https://actionnetwork.org/petitions/global-appeal-to-nine-nuclear-governments

Catégories: International, Opinion, Paix et Désarmement
Tags: , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.