Pourquoi le revenu de base universel devrait-il être considéré comme un droit humain ?

05.08.2020 - Madrid, Espagne - Juana Pérez Montero

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Italien, Allemand, Grec

Pourquoi le revenu de base universel devrait-il être considéré comme un droit humain ?
(Crédit image : WikiImages en Pixabay)

Parce que le revenu de base universel assurerait la chose la plus fondamentale : la subsistance. Et cela aurait d’énormes conséquences physiques, psychologiques, individuelles et collectives.

Cette note est la première partie de l’intervention de l’auteure dans le cadre de l’acte virtuel intitulé Revenu de base universel et inconditionnel, un droit en suspens, organisé par le Centre d’études humanistes Nouvelle civilisation le 23 juillet dernier.

Si la subsistance n’est pas assurée, le reste des droits est laissé de côté. Nous devons veiller à ce que le corps, le support que nous habitons, puisse vivre et soit en bonne santé.

Et un revenu de base universel, inconditionnel, individuel et suffisant nous permettrait d’assurer cette première base, essentielle pour survivre, et fournirait également le plancher pour pouvoir mettre en pratique le reste des droits et qu’ils ne restent pas, pour la majorité de la population au niveau planétaire, dans un écrit, rassemblé dans une fantastique Déclaration pleine de bonnes intentions.

Nous devons être sérieux. Si nous nous déclarons défenseurs des droits humains, nous devons voir comment mettre en place des mécanismes pour les mettre en pratique.

C’est là que la charité, au mieux, nous a amenés. C’est bien, la charité a permis et continue de permettre à un bon nombre de personnes de manger (d’ailleurs, pas tous ceux qui ont faim, pas partout sur la planète) même si les gouvernements, prisonniers du grand capital international, tentent dans certains cas et comme ils le peuvent, de légiférer pour que les miettes que le capital laisse tomber soient distribuées le plus équitablement possible.

Les droits humains en tant qu’éléments qui dépassent la charité

Mais si nous sommes sérieux, parlons de droits.

Pour ce faire, la première chose que nous devons remettre en question est la concentration de la richesse, une richesse qui est accumulée de manière scandaleusement immorale, dans les mains de quelques personnes alors que la majorité souffre de la faim, alors que la majorité de la population au niveau planétaire ne dispose pas des conditions minimales pour une vie digne parce que ceux qui accumulent cette richesse leur enlèvent ces conditions. Il est absolument immoral qu’un seul être humain, un seul, ait faim en ce moment avec la quantité de richesse qui existe.

Si un revenu de base universel devait être mis en œuvre, il mettrait immédiatement fin à la faim dans le monde et, bien sûr, il commencerait à être mis en pratique, à développer les articles 22. 23 et 25.1 de la Charte des droits humains des Nations unies.

Ce serait une étape dans la redistribution des richesses et, par conséquent, nous gagnerions en justice sociale.

Mais en plus de mettre fin à la faim dans le monde, un revenu de base permettrait de faire progresser d’autres droits sur la planète : le droit à la santé, à l’éducation, à une pension de vieillesse…

En d’autres termes, nous ferions des progrès significatifs en matière d’égalité des chances pour tous… Et avec cela, nous gagnerions en liberté.

Comme vous pouvez le voir, il y aurait un effet domino qui affecterait la mise en œuvre d’autres droits, qui, comme nous le savons tous aujourd’hui, sont lettre morte pour la majorité de la population au niveau planétaire.

Si nous sommes assurés du droit à la subsistance (nourriture, eau, logement, énergie…), nous serions libres de négocier un emploi, par exemple.

Imaginez comment la situation des femmes changerait, non seulement parce qu’elles n’auraient plus à dépendre, par exemple, d’un partenaire ou d’un ex-partenaire (parfois violent, soit dit en passant), ce qui est déjà beaucoup, mais parce qu’elles seraient reconnues pour la contribution inestimable du travail de soins qu’elles effectuent, qui n’est généralement pas rémunéré, et quand il l’est, c’est mal payé. Le travail de soins est essentiel à la vie. Un travail qui est généralement effectué par des femmes et des jeunes filles.

J’imagine, j’espère que les grands défenseurs de l’emploi ne penseront pas que les enfants doivent aussi avoir un emploi pour être digne ou pour mériter de survivre

Et nous entrons ici dans le chapitre sur le travail des enfants. Nous parlions du travail de soins, qui est effectué dans bien des cas par des filles.

Mais il y a aussi l’emploi exercé par les filles et les garçons. Je parle du travail des enfants.

J’imagine que les défenseurs passionnés de l’emploi comme moyen de subsistance (parce que le contraire engendre la paresse – disent-ils – ou parce que l’emploi est ce qui donne de la dignité à l’être humain, etc.) ) Je disais que j’imagine, j’espère que les grands défenseurs de l’emploi ne penseront pas que les enfants doivent aussi développer un travail pour être dignes ou pour mériter de survivre.

Ou bien est-ce que lorsque les enfants ne sont pas blancs, ou n’ont pas été engendrés dans certaines régions de la planète, ils devraient avoir moins de droits ?

Peut-on imaginer un instant, juste un instant, combien de possibilités s’offriraient à un enfant qui est employé pour une assiette de nourriture, ou qui est payé moins d’un dollar par jour pour travailler 10, 12, 14, 16 heures… pour avoir un revenu de base ?

Quelles possibilités s’offriraient à une fille qui est forcée d’épouser un homme qui a deux, trois fois ou plus son âge et qui tombe enceinte dès qu’elle a une chance naturelle de le faire ? Quelles possibilités s’offriraient à cette fille si elle en avait les moyens, si elle avait la garantie de gagner sa vie dès sa naissance ?

Parce que tout cela sur le mariage des enfants, avec tout le discours sur le fait qu’il s’agit d’un fait culturel, semble être justifié. Et bien sûr, c’est culturel, ce n’est pas naturel, ce sont des pratiques culturelles, oui, mais elles reposent fortement sur la pauvreté, sur la misère de la jeune fille qui est condamnée à se marier parce que sa famille ne peut pas subvenir à ses besoins ou parce que sa famille peut manger.

Pouvez-vous imaginer si tous ces enfants avaient la possibilité de s’épanouir pleinement, en tant qu’êtres sacrés qu’ils sont ?

Mais laissons ce chapitre, si douloureux dans l’histoire des êtres humains, et dans lequel nous sommes malheureusement et qui produit tant de richesses, au passage, pour nommer quelques autres droits qui pourraient être développés par la mise en place d’un revenu de base.

…sans le droit à la subsistance, tous les autres droits sont en cause.

Je parle du droit à la liberté de penser et de croire, à la liberté d’expression, à la liberté d’information… tous conditionnés si nous n’avons pas de moyens de subsistance garantis.

Vous voyez, sans le droit à la subsistance, tous les autres droits sont en cause.

Nous pourrions citer d’autres droits également : le droit à la réparation historique, et ici, outre les femmes et les enfants, il faut parler de peuples entiers, de régions entières de la planète. Peuples asservis, peuples pillés, peuples condamnés à naître, à grandir, à mal vivre et à mourir au milieu de guerres qui facilitent ce pillage, qui les condamne à la misère, à la maladie et à la mort.

Comment la vie de toutes ces populations serait-elle changée si leurs moyens de subsistance étaient assurés ?

Amis, la richesse – qui s’accroît et s’accroît chaque jour davantage, grâce à la contribution de chacun – permettrait à l’humanité toute entière de vivre dans des conditions dignes, avec de plus grandes possibilités pour tous dans tous les domaines, avec une plus grande justice sociale et une plus grande liberté. Cela nous aiderait, en tant que société planétaire, à commencer à construire le monde auquel la plupart des gens aspirent.

Une partie de cette aspiration s’est traduite sur le papier en 1948. Cette déclaration des droits humains peut commencer à prendre forme pour l’ensemble de l’humanité, si nous commençons par assurer sa survie. Et cela peut être fait avec une mesure telle qu’un revenu de base universel individuel et suffisant

C’est possible aujourd’hui. Il y a assez de richesse, plus qu’assez, une richesse qui appartient à tout le monde.

Cette déclaration d’intention, la Charte des droits humains, ne parle pas exactement du monde idéal auquel nous aspirons, mais si elle devenait réalité, le premier chapitre de ce monde commencerait à s’écrire. Un monde dans lequel l’être humain peut regarder son passé et comprendre que c’était une erreur de calcul que quelques-uns prennent possession de ce qui appartient à tous, et qu’il est prêt à se réconcilier avec sa propre histoire ; un monde dans lequel chaque être humain développe le Dessein qu’il considère comme lui permettant de se sentir plein et à partir duquel il peut contribuer davantage à la communauté, à la construction du « nous », un monde plus détendu, un monde plus lucide, avec un niveau de conscience plus élevé, un monde non-violent, un monde au niveau de l’être humain… Le monde auquel nous aspirons et que, soit dit en passant, nous méritons.

 

Lien à la deuxième partie, Quelques conséquences qui pourraient résulter de la mise en place d’un revenu de base universel

Catégories: Droits humains, Opinion
Tags: , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.

maltepe escort