Tomas Hirsch : la pandémie pourrait générer des réponses nouvelles et très intéressantes

01.05.2020 - Santiago du Chili - Anna Polo

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Italien, Allemand, Grec

Tomas Hirsch : la pandémie pourrait générer des réponses nouvelles et très intéressantes
(Crédit image : partidohumanista.cl)

Pandémie, activisme, protestations sociales, système néolibéral, solidarité, perspectives sociales, personnelles et spirituelles. Nous avons parlé de tout cela avec Tomás Hirsch, député humaniste chilien.

L’émergence du coronavirus nous place dans un scénario nouveau et déstabilisant pour tous. Ce changement d’habitudes et de certitudes pour les acteurs sociaux et politiques a également signifié un changement de plans. Quel est l’impact de tout cela sur la vague de protestations qui se développe au Chili depuis quelques mois ?

Les manifestations qui ont éclaté au Chili le 18 octobre 2019 sont le résultat d’une accumulation de situations qui ont trop longtemps traîné en longueur. Bien que l’élément déclencheur ait été la hausse des tarifs du métro, il est clair que ce fait particulier n’est pas la raison pour laquelle l’explosion sociale a pris une telle ampleur. C’est l’effet du malaise accumulé chez les gens pendant des décennies de mauvais traitements, de reports de la mise en place de solutions et du manque de défense contre un système qui concentre progressivement le pouvoir économique et les privilèges dans les mains de quelques-uns. La profonde iniquité du modèle économique chilien, néolibéral dans sa forme la plus raffinée, limite toute possibilité de produire des changements structurels dans notre société.

Une phrase résume très bien les sentiments des gens : « ce n’est pas 30 pesos, c’est 30 ans ». [N.d.E. 30 pesos est la valeur de la hausse du prix du ticket de métro, ce qui a déclenché les protestations]. Et ce sentiment continue à opérer car il n’y a pas de réponse fondamentale de la part du gouvernement.

Aujourd’hui, dans le contexte du coronavirus, le mouvement social, dans son expression de rue et de grande masse, a été progressivement réduit au silence. Au début, nous avons regardé les politiques du gouvernement avec beaucoup de suspicion, nous pensions qu’ils voulaient nous démobiliser, qu’ils cherchaient un prétexte pour que nous restions chez nous, mais il est vite apparu que la situation était grave et que cette épidémie représentait un risque pour la vie et la santé de millions de personnes. Les gens ont répondu aux instructions de se retirer, de rester chez eux, de maintenir la distance sociale pendant le confinement. Et c’est ce qui se passe aujourd’hui ; aujourd’hui, la grande majorité des Chiliens respectent cette mesure de manière responsable pour éviter la propagation massive du virus.

Les militants chiliens ont-ils réussi à trouver des moyens plus créatifs pour mener à bien leurs initiatives, pour poursuivre la mobilisation malgré les limites imposées par l’urgence ?

Cela n’a pas été facile car la situation est complexe. Le pays a été durement touché par la pandémie, par la menace qu’elle peut représenter pour la santé et l’économie. Depuis l’annonce du début du confinement, des milliers de personnes ont perdu leur emploi et autant ont vu leurs revenus diminuer de manière drastique. Et notre système de santé publique, précaire, sous-financé et longtemps étouffé, est incapable de répondre à une demande potentiellement explosive. Pour l’instant, nous disposons des lits et des ventilateurs nécessaires, mais nous ne savons pas combien de temps cela va durer. Et donc, à ce stade, les gens battent en retraite, mais c’est une retraite tactique, de gens matures qui comprennent très bien la situation, de gens qui prennent soin de leurs proches.

Alors comment les gens ont-ils pu manifester et s’exprimer ? Premièrement, par le biais des réseaux sociaux qui ont été très utiles pour révéler les mensonges avec lesquels le président Piñera cherche à améliorer sa propre image. Les réseaux ont ainsi aidé à rester attentif et vigilant et à ne pas négliger sa préoccupation pour les questions de fond. Mais l’expression de ces revendications dans la rue a clairement été limitée.

Les politiciens et économistes néolibéraux tels que Boris Johnson et Mario Draghi, entre autres, ont été responsables, avec leurs politiques d’austérité, de la destruction de l’État-providence. Aujourd’hui, ils se présentent comme les « sauveurs du peuple » et soutiennent l’intervention de l’État pour aider le peuple et sauver l’économie, et soulèvent la nécessité de revenir à une bonne santé publique et à de bonnes normes. Que pensez-vous de ce changement ?

Pendant trop longtemps, les services de santé publique ont été détruits dans le monde entier et la valeur du privé s’est installée, privilégiant l’activité de quelques-uns. Il en va de même pour le système éducatif, qui étouffe des millions de familles à travers le monde, obligées de s’endetter démesurément pour éduquer leurs enfants.

Ces politiques restrictives dans le domaine de la santé et de l’éducation ont été appliquées par des gouvernements de droite, mais aussi par des secteurs sociaux-démocrates qui représentent un progressisme modéré, comme c’est le cas en Espagne, en Italie, en France, en Angleterre, sans parler de l’Amérique latine.

Ces mêmes secteurs qui ont étranglé la santé publique sont ceux qui veulent maintenant apparaître comme les sauveurs du peuple. Ils devraient partir en reconnaissant qu’ils ont trompé la population pendant trop longtemps. Dans le cas spécifique du coronavirus, ce mensonge se manifeste par l’énorme manque de respirateurs, de lits dans les unités de soins intensifs, voire de masques ou d’autres éléments nécessaires à la sécurité du personnel de santé.

Il y a aussi, si l’on considère le long terme, un aspect positif à cette situation. Certains dirigeants politiques commencent à prendre conscience de la fragilité du modèle économique et social mondial, réfléchissent aux problèmes sous-jacents qui compromettent l’orientation des événements au-delà de la pandémie et commencent à réfléchir à l’avenir de l’humanité dans son ensemble. De ce point de vue, il me semble que cette incertitude sur le monde à venir laisse également espérer un changement profond.

J’ai entendu le discours de Boris Johnson, qui était proche de la mort, et il est vrai que ces expériences vous touchent et vous amènent à chercher de nouvelles réponses. Dans son discours, M. Johnson, à sa sortie de l’hôpital, a estimé que le système national de santé de l’Angleterre, le système de santé PUBLIC, était très important. Aujourd’hui, il est internationalement reconnu que ce sont précisément les pays qui ont maintenu ou pris en charge le système de santé publique qui ont réussi à répondre au mieux à cette crise sanitaire. C’est le cas de l’Allemagne, un pays qui a maintenu un système de santé publique solide au fil des ans et qui a aujourd’hui l’un des taux de mortalité les plus bas du monde. Il en va de même pour certains pays d’Europe du Nord qui ont su prendre en charge et maintenir le système de santé publique. En bref, c’est ce système public, avec ses travailleurs, ses fonctionnaires, ses médecins et ses infirmières et tout le réseau humain qui leur est associé, qui a su prendre le plus grand soin de la santé des populations.

Que devraient faire les forces politiques progressistes, qui ont toujours dénoncé les politiques néolibérales et qui sont maintenant déconcertées et acculées ?

Je crois que plus que de grands discours, ce que la gauche et le progressisme doivent faire aujourd’hui, c’est assumer un engagement sérieux et profond qui est le résultat d’une autocritique et d’une réflexion sur le renforcement de la santé et de l’éducation en tant que droits humains fondamentaux. Ce qui semble évident ne l’est pas. Aujourd’hui, comme on l’a dit, ces droits ont été transformés en marché, et en tant que marché, ils sont orientés vers le profit. Cet intérêt à gagner de l’argent profite à certains secteurs à court terme, à de petits groupes économiques qui contrôlent la santé et l’éducation, mais au final, dans une situation comme cette pandémie, il est clair que ce « profit de quelques-uns » finit par ne profiter à personne. Il en va de même pour les systèmes de retraite privatisés. Cela signifiera une tragédie aussi grande que celle du Coronavirus, c’est-à-dire qu’elle affectera des millions de personnes qui, lorsqu’elles prendront leur retraite, constateront qu’elles n’ont même pas la capacité de couvrir leurs dépenses de base. En ce sens, je crois que le rôle qui correspond aujourd’hui à la gauche et au progressisme est de penser à des solutions très profondes, qui ont trait à un changement structurel de modèle.

Pensez-vous que cette crise puisse contribuer à un saut évolutif de l’être humain et à un changement radical du système ?

Je pense que nous sommes confrontés à un dilemme. Deux voies s’ouvrent devant nous ; il se peut que les valeurs du « chacun pour soi » soient renforcées, et c’est ce que nous voyons dans ce genre de curieuse guerre mondiale pour les respirateurs artificiels. Aujourd’hui, il existe de véritables mafias reliées même aux États, qui sont en train de ravir les marchés et la fourniture de ces équipements qui sont vitaux pour la survie des personnes qui se trouvent dans une situation dramatique. C’est un chemin, et c’est un chemin qui a trait à l’approfondissement d’un modèle dans lequel nous coexistons depuis longtemps.

Mais en même temps, la voie est ouverte à la collaboration et à la solidarité. Cette direction de l’aide réciproque entre les pays, entre ce qu’un pays produit et ce qu’un autre pays demande. La voie qui consiste à utiliser l’intelligence artificielle non pas pour s’espionner, non pas pour nous persécuter, mais pour obtenir effectivement les meilleures informations concernant les progrès technologiques. De même, le partage des brevets et des informations scientifiques pour apporter des réponses qui permettent aux ressources de toutes sortes de circuler rapidement entre les nations. C’est la voie de la collaboration.

Les deux possibilités sont ouvertes. J’ai une certitude et un espoir profonds dans la capacité des êtres humains à trouver les meilleures réponses en temps de crise. Et de ce point de vue, je crois qu’une situation aussi complexe que celle que nous vivons va également générer de nouvelles réponses, des réponses très intéressantes. Bien sûr, il y aura aussi des spéculateurs qui feront des affaires avec tout cela en cherchant à faire des profits à court terme, mais je pense que les plus intéressantes seront les réponses dans le sens du collaboratif, du commun, du convergent, des alliances qui aident et profitent aux grandes majorités.

Par rapport au district que vous représentez à Santiago et au Chili, voyez-vous le germe de ce phénomène?

Si, en effet, je crois que la solidarité et la collaboration sont profondément ancrées dans le cœur des gens, nous, les individus, n’existons pas isolément, nos vies se construisent avec les autres. C’est précisément ce registre d’interconnexion qui permet, dans ces situations d’urgence, d’exprimer le meilleur de l’être humain. Nous l’avons vu ici au Chili, et je sais que des amis dans différentes parties du monde en ont fait l’expérience, le besoin de se connecter avec les autres augmente avec le confinement. De nombreuses personnes ont mis au point des mécanismes et des moyens pour collecter de la nourriture et des ressources afin de répondre à la demande de médicaments de leurs voisins, de leurs collègues, voire de personnes anonymes qui ont besoin d’aide.

Dans le cas du 11e district de Santiago, (le district que je représente), qui comprend cinq communes très diverses (Peñalolén, La Reina, Las Condes, Vitacura et Lo Barnechea), nous avons soutenu la formation de réseaux de solidarité qui ont été essentiels pour briser la peur et l’isolement psychologique. Dans certains endroits, à la suite de fermetures d’entreprises et du confinement, des personnes se sont retrouvées sans travail. Dans ces cas, la seule réponse aux besoins les plus urgents a été l’aide mutuelle et la solidarité. Nous avons organisé des campagnes comme celles qui ont été faites à l’époque de la dictature pour répondre à ces situations négligées par le gouvernement.

Quels sont les changements au sein de l’être humain qui peuvent émerger de cette expérience de peur, d’enfermement et de mort au niveau mondial ? Et que se passera-t-il au lendemain de la pandémie en termes de mouvements sociaux au niveau mondial et national ?

Je pense que cette pandémie a été très forte, très compliquée surtout parce qu’elle a réveillé la peur très fortement, et pourquoi a-t-elle réveillé la peur ?

Parce que nous vivons avec l’illusion que nous contrôlons nos vies, et cette pandémie prouve que nous ne contrôlons rien. En quelques semaines, les événements se sont précipités, ils prennent une direction totalement inattendue et nous sommes paralysés devant une réalité que nous ne pouvons pas assimiler.

Dans cette situation de grande instabilité interne, nous cherchons à faire à nouveau l’expérience du vouloir contrôler, mais ce n’est pas possible. Nous pouvons alors transformer ce moment d’incertitude en une opportunité, en une fenêtre qui nous permet de repenser les priorités, de réfléchir à l’orientation que nous voulons donner à notre vie et aussi de réfléchir à ce qu’est le projet de société que nous voulons construire.

Il est clair pour tout le monde que rien n’est sous notre contrôle, la planète entière que nous connaissons est confrontée à une situation très complexe due à la crise environnementale annoncée il y a des années et qui a aujourd’hui des conséquences désastreuses. Il est important de rappeler que dans cette crise, nous, les êtres humains, avons une grande responsabilité. Au Chili, par exemple, nous avons le drame du manque d’eau, non seulement à cause des sécheresses, mais aussi à cause de l’accaparement que quelques personnes font de cet élément pour favoriser leurs entreprises.

Enfin, cette situation difficile nous permet de reconnaître les peurs sous-jacentes qui opèrent en nous. Des peurs qui sont toujours avec nous et qui, cette fois, se manifestent plus clairement ; la peur de la maladie, la peur de la mort, la peur de la solitude, la peur de perdre mes proches. Ces peurs peuvent aussi se transformer en sentiments élevés, en amour pour certains, en compassion pour les autres, en sentiments de solidarité, de communion.

Je crois que cet espace intérieur qui se renforce, qui prend de la dimension, est un lieu très intéressant dans lequel nous pouvons entrer en profitant de cette situation de silence qui se produit autour de nous. Ainsi, ce confinement peut être l’occasion de se connecter à nos aspirations profondes, à nos espoirs, à ce qui donne un sens à notre vie et aussi à ce but transcendant qui nous encourage à regarder plus loin et à aller de l’avant.

Catégories: Amérique du Sud, Droits humains, Humanisme et Spiritualité, Interviews
Tags: , , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.