Le puits le plus profond jamais foré par les humains pour voir ce qui se cache dans les profondeurs de la Terre

25.05.2020 - RT

Cet article est aussi disponible en: Espagnol

Le puits le plus profond jamais foré par les humains pour voir ce qui se cache dans les profondeurs de la Terre
Le bâtiment du puits super profond de Kola en 2007. (Crédit image : Andre Belozeroff / Wikimedia Commons)

Entre 1970 et 1992, les opérateurs du puits super profond Kola ont foré 12 262 mètres entre les roches, une profondeur où la température atteint 200 degrés Celsius.

Les autorités de la région russe de Mourmansk, au nord-ouest du pays, envisagent de céder à l’État la propriété du puits super profond de Kola et peut-être de l’ouvrir aux visites touristiques, rapporte l’agence Interfax.

Le puits a une profondeur de 12 262 mètres, ce qui en fait l’objet scientifique le plus profond de son genre au monde.

L’histoire de l’installation a commencé en 1970, et était due à la course entre l’URSS et les USA pour atteindre la discontinuité de Mohorovicic, la frontière entre la croûte terrestre et le manteau.

Le puits est situé dans le Bouclier baltique, une ancienne plaque tectonique vieille d’environ 3 milliards d’années. En quatre ans, les chercheurs ont foré 7 263 mètres. À cette profondeur, la première foreuse, similaire aux foreuses industrielles, n’était plus efficace, il fallait donc la remplacer par une nouvelle qui puisse continuer à forer à une cadence de 60 mètres par mois. Le remplacement des machines a duré une année entière.

Le puits super profond de Kola bien préservé en 2012. Rakot13 / Wikimedia Commons

En 1983, une profondeur de 12 066 mètres avait été atteinte, mais l’année suivante, la foreuse s’est cassée et une partie de l’appareil est restée dans le tunnel principal, de sorte que les scientifiques ont dû recommencer à travailler dans le tunnel de réserve. Huit ans plus tard, ils ont réussi à atteindre la profondeur actuelle. Deux autres pannes ont ensuite empêché la poursuite du forage. En 2008, l’installation a été officiellement fermée.

À 12 kilomètres de profondeur, les conditions de travail sont devenues encore plus difficiles, a déclaré en 2007 le directeur de l’installation de l’époque, David Gubermán.

Nous sommes confrontés à ce que les foreurs appellent la « courbure naturelle ». Lorsque des roches dures sont fréquemment intercalées avec des roches tendres, le puits cesse d’avancer verticalement et « tourne » vers les roches tendres », a déclaré le scientifique dans une interview en 2007.

‘Le puits de l’enfer’

La légende la plus célèbre liée au puits Kola raconte que lorsqu’il atteignait 12 000 mètres, les chercheurs entendaient, par le biais de microphones, les cris des pécheurs tourmentés en enfer.

En fait, l’histoire trouve son origine dans un journal finlandais, qui la publie le 1er avril 1989, mais elle est rapidement reprise par les médias du monde entier, ce qui donne au super puits profond une popularité inattendue.

« Pour moi, ces publications ont été une surprise totale. Nous travaillions tranquillement […] et soudain une rafale d’appels téléphoniques est tombée sur notre bureau. […] Finalement, j’ai demandé directement à un interlocuteur : « Pourquoi tout le monde s’intéresse soudainement à nous ? … » « Eh bien », a-t-il répondu, « dans tous les journaux, on dit : « Ils sont allés en enfer et ont réveillé les démons », se souvient M. Guberman.

Cependant, les conditions au fond du puits pourraient être considérées comme infernales, puisque, étant donné la proximité du noyau terrestre, la température à cette profondeur est de 200 degrés centigrades.

Quelle est sa valeur scientifique ?

Lors du forage, les chercheurs ont extrait 4 400 mètres d’échantillons de roche du puits super profond de Kola, ce qui leur a permis d’analyser la structure de la croûte continentale.

« À une profondeur d’environ 7 000 mètres, on devait découvrir la soi-disant discontinuité de Conrad entre granits et basaltes. Finalement, nous sommes entrés dans les granits, c’est-à-dire les arches, à une profondeur de 6840 mètres, et nous ne les avons plus quittés. Il n’y avait pas de basalte, même à 12 000 mètres. Le puits a donc montré que la structure en couches de la croûte terrestre n’est pas un dogme », a expliqué M. Guberman. L’ancien directeur du puits a révélé une autre découverte géologique inattendue : les roches extraites à une profondeur de 3-4 km étaient presque identiques à celles de la lune.

Dans le même temps, le puits représentait également une avancée importante pour la biologie, puisque, en détectant 14 espèces de micro-organismes pétrifiés dans les échantillons, les chercheurs ont découvert que la vie sur notre planète était apparue au moins 1,5 milliard d’années plus tôt qu’on ne le pensait auparavant.

Catégories: Sciences et Technologie
Tags: , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

 

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.