Beijing ne restera pas les bras croisés

04.05.2020 - Santiago du Chili - Redacción Chile

Cet article est aussi disponible en: Espagnol

Beijing ne restera pas les bras croisés
(Crédit image : Alejandro Rodríguez)

Pour ma part, malgré tous mes efforts, je ne peux toujours pas visualiser dans toute sa dimension le cours des événements. Lorsque j’arrive à certaines conclusions, de nouvelles variables se croisent dans mon raisonnement, rendant interminable l’analyse de la perspective et des conséquences prévisibles.

 Bien entendu, le contexte des relations internationales n’est pas sans rapport avec cette logique. Dans le domaine stratégique de la discipline, il reste à voir comment évoluent les relations entre la Chine et les États-Unis, ce qui, à mon avis, est le facteur déterminant pour conclure toute hypothèse concernant le monde de demain.

Par Sergio Rodríguez Gelfenstein

Vers la fin de l’année dernière, j’ai écrit un article intitulé : « 2019 : première année de la confrontation stratégique entre les États-Unis et la Chine ». Certaines personnes l’ont qualifié d’alarmiste et m’ont écrit (y compris un collègue chinois), me disant que c’était exagéré. C’était le 19 décembre ; quelques jours plus tard, le dernier jour de l’année, la Chine a notifié à l’OMS et au monde entier l’émergence d’un virus jusqu’alors inconnu.

L’aube de l’année 2020 ne présageait pas de l’ampleur que cela aurait pour l’humanité, son irradiation ultérieure à la planète entière a conduit au décret du 11 mars de l’OMS sur le coronavirus COVID-19 déjà connu en tant que pandémie. Les implications ultérieures sont toujours en cours. Diverses conjectures – des plus apocalyptiques aux plus optimistes – apparaissent comme des visions de l’avenir du monde à venir.

Pour ma part, malgré tous mes efforts, je ne peux toujours pas visualiser le déroulement des événements dans toute leur dimension. Lorsque j’arrive à certaines conclusions, de nouvelles variables se croisent dans mon raisonnement, rendant l’analyse de la perspective et des conséquences prévisibles sans fin.

Bien entendu, le contexte des relations internationales n’est pas sans rapport avec cette logique. Dans le domaine stratégique de la discipline, il reste à voir comment évoluent les relations entre la Chine et les États-Unis, ce qui, à mon avis, est le facteur déterminant pour conclure toute hypothèse concernant le monde de demain.

Dans l’article précité – je le répète – sans que le COVID-19 n’apparaisse à l’horizon, j’affirmais que le conflit entre les deux grandes puissances mondiales était bien plus qu’une « guerre commerciale » comme on l’a abondamment assuré dans les espaces académiques, médiatiques, politiques et diplomatiques. J’ai également déclaré que cette transe « se concentre sur les divergences politiques et idéologiques de nature antagoniste et structurelle qui n’ont pas de solution… » J’ai également averti sur le fait qu’il fallait être prudent car « …en politique, le manque de compréhension et la confusion entre les dimensions stratégiques et tactiques conduisent souvent à des erreurs extrêmement graves, et à des conséquences qui laissent des séquelles improbables » et que les accords conclus dans le cadre du conflit commercial entre les deux pays étaient « …juste une pause qui [devait] être comprise dans cette perspective… »

Dès octobre de l’année dernière, le président Trump a créé la Société financière de développement international des États-Unis avec un budget de 60 milliards de dollars (trois fois plus que celui de l’agence précédente) pour accorder des prêts, des garanties de prêts et des assurances aux entreprises désireuses de faire des affaires dans les pays en voie de développement. Avec pour objectif clair de contrer l’influence géopolitique de la Chine, le président américain s’est attaqué à l’initiative de « la nouvelle route de la soie », contredisant même sa proposition de campagne visant à réduire et, dans certains cas, à supprimer l’aide internationale.

Ce revirement de la politique étrangère – contrairement à ce que l’on pourrait supposer – n’est pas dû à un changement soudain d’avis de Trump trop préoccupé, mais plutôt à son besoin désespéré d’essayer de bloquer les effets de l’expansion de la coopération internationale de la Chine, qui se traduit par le financement de grands projets en Asie, en Europe de l’Est, en Amérique latine, dans les Caraïbes, et en Afrique.

Malheureusement, la pause convenue en janvier a été rompue prématurément, le COVID-19 en fut la cause. Lorsque l’atmosphère de négociation et de détente qui a conduit à une telle trêve au milieu du premier mois de l’année aurait pu être un bon prélude au développement de la coopération en pleine pandémie, la confrontation stratégique de nature idéologique était plus puissante que l’intérêt d’oser agir de manière concertée pour répondre au pire danger qui a menacé l’humanité au cours de ce siècle et depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Du point de vue tactique, aucune analyse ne peut éviter le fait que les deux partis du système politique américain soient incapables de se désengager de la campagne électorale à l’approche des élections de novembre, ce qui les a poussés à utiliser la pandémie comme un outil de propagande. En ce sens, la victoire certaine de Trump jusqu’en février commence à être remise en question après sa gestion déplorable de la pandémie au cours des deux derniers mois.

Du côté démocrate, comme prévisible, Bernie Sanders a renoncé prématurément devant l’avalanche de ressources financières de ses adversaires avec lesquels il ne pouvait rivaliser, par conséquent il a malheureusement appelé à soutenir Joe Biden en signant son acte de mort politique. Bien que Biden ne soit pas très différent de Trump, le plus gros problème est qu’il entre dans une phase naturelle de démence sénile, comme le rapporte ABC International, ce qui lui fait oublier ses propos, voire même ce qu’il doit exposer dans ses discours, souvent en divagant sur des faits, des chiffres, et des noms. Ainsi, en novembre, les États-Unis auront à débattre entre un psychopathe et un dément, ce qui compliquera encore plus l’avenir de l’humanité.

Le 27 avril, la chancellerie chinoise a exprimé « sa forte opposition à son implication dans la politique électorale américaine », en réponse à un mémo de 57 pages publié par le média Politico exhortant les candidats républicains à résoudre la crise du COVID-19 en attaquant agressivement la Chine par le biais de trois approches principales qui doivent être poursuivies : La Chine a causé le virus en le « cachant », 2. Les démocrates sont « indulgents envers la Chine » et 3. Les républicains « ont impulsé des sanctions contre la Chine pour son rôle dans la propagation de cette pandémie ».

Dans ce contexte, M. Trump a opté pour l’attaque contre la Chine afin de susciter un nationalisme populiste qui le conduira à court terme à remporter les élections et, plus tard, à poursuivre l’effort entrepris il y a deux ans pour éloigner la Chine de son schéma de développement qui – bien que limité par la pandémie – a pris un nouvel élan après avoir réussi à y faire face et, plus tard, à collaborer avec l’OMS et plus de 80 pays dans le monde avec le même objectif.

L’option américaine pour la confrontation a pris un tournant positif au cours du mois dernier, lorsqu’il semble que COVID-19 soit sorti des mains de Trump et de son gouvernement. Et dès le 1er avril, des fonctionnaires américains et ceux d’autres pays occidentaux ont tenté de rejeter la responsabilité de la pandémie sur la Chine, l’accusant de dissimuler le nombre réel de personnes infectées et de faire de fausses déclarations concernant le COVID-19. Ils ont également déclaré qu’ils feront des réclamations à la Chine une fois la pandémie passée.

La campagne anti-Chine a notamment mis en scène Peter Navarro, le conseiller commercial du président, qui est devenu l’un des ennemis les plus acharnés de la Chine à la Maison Blanche, accusant le pays asiatique d’une « dissimulation qui a retardé de six semaines la réaction mondiale ». Dans une interview, Navarro est allé jusqu’à dire que « la Chine savait depuis la mi-décembre qu’elle avait des cas de transmission du coronavirus de personne à personne ».

La réponse de Beijing a été écrasante. Hua Chunying, porte-parole de la chancellerie, a déclaré : « Les mensonges de cet homme politique américain ne méritent pas d’être réfutés. Je me suis rendu compte que pendant cette interview, même le journaliste l’a interrompu plusieurs fois et lui a fait remarquer qu’il [faisait] perdre le temps de tout le monde ». Il a également qualifié ses commentaires d’ « éhontés » du fait de blâmer la Chine pour le coronavirus sans preuve, tout en assurant que les États-Unis « devraient cesser de politiser un problème de santé et se concentrer sur la sécurité de leur population. »

Pour sa part, dans une autre interview le 16, le secrétaire américain à la défense, Mark Esper, a poursuivi la ligne d’attaque en déclarant que la Chine était « trompeuse » et « non transparente » dans ses informations sur l’épidémie. La Chine a répondu en disant que ce mensonge est exactement le même que celui de certains autres politiciens américains, et que cette excuse de blâmer quelqu’un d’autre n’était pas nouvelle.

Dans ce contexte, un groupe d’avocats américains a lancé une action historique en justice pour poursuivre la Chine pour des billions de dollars, accusant ses dirigeants de négligence pour avoir laissé l’épidémie de coronavirus éclater, puis l’avoir dissimulée. L’action collective, impliquant des milliers de plaignants de 40 pays, a été déposée en Floride le mois dernier. Le stratège en chef du ministère public, Jeremy Alters, a déclaré que « les dirigeants chinois doivent être tenus pour responsables de leurs actes ».

Tout cela a été rejeté par le Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses, qui, lors d’une conférence de presse donnée le 17 avril à la Maison Blanche, a rejeté la théorie de la conspiration selon laquelle le nouveau coronavirus aurait été créé et se serait échappé d’un laboratoire chinois, selon le Business Insider.

Dans la continuité de l’offensive anti-Chine du 22 avril, un groupe de 16 sénateurs républicains a demandé au président Donald Trump de forcer les pays demandant une restructuration de la dette ou une aide économique à rendre compte à Washington de leurs engagements envers Beijing. Ainsi, Mac Thornberry, chef de la commission des services armés de la Chambre des représentants, a présenté au Congrès, avec le soutien des républicains et des démocrates, un projet de loi visant à créer un fonds de 6 milliards de dollars pour renforcer le potentiel de dissuasion contre la Chine.

Face à des accusations similaires du secrétaire d’État américain Mike Pompeo, la Chine a été contrainte de réagir en rupture avec sa pratique diplomatique traditionnelle. Dans un article publié dans le Quotidien du peuple, l’organe du Parti communiste chinois, écrit par Zhu Feng, doyen du prestigieux Institut des relations internationales de l’Université de Nanjing, une réponse très dure aux États-Unis est esquissée – en la personne de Pompeo –  qui est l’expression d’un nouveau langage pour les relations internationales de la Chine.

Après avoir qualifié l’ancien chef de la CIA et actuel secrétaire d’État d’« officier le plus arrogant de l’administration de Donald Trump lorsqu’il s’agit d’attaquer la Chine », Zhu déclare : « L’identité politique de la droite républicaine, l’arrogance de l’élite américaine et les ambitions politiques personnelles constituent le « gène politique » anti-chinois du secrétaire d’État ».

Il a ajouté que « …l’attaque de Pompeo contre la Chine est typique de la position hégémonique des politiciens américains de droite qui se caractérise par le fait que, premièrement, « les États-Unis ont toujours raison » et sont les « propriétaires de la vérité », ce qui permet la distorsion et la manipulation des faits. Deuxièmement, les États-Unis sont la plus grande puissance mondiale et peuvent contraindre les organisations et le droit international à se soumettre aux conceptions et aux interprétations américaines. […]  Ils ont le droit d’abandonner les conventions, mais les autres pays « doivent » respecter le droit international et permettre aux États-Unis de passer outre les organisations internationales et les autres États souverains ».

La caractérisation de Pompeo et d’autres politiciens comme étant de « droite » fait référence à un aspect idéologique inhabituel dans les relations internationales de la Chine, même dans le monde universitaire, qui prend acte de contradictions allant bien au-delà de la vision strictement commerciale ou même – dans ce cas – contradictoire dans la gestion de la pandémie. Ainsi, nous entrons dans un domaine qui a été sciemment ignoré par Beijing, même face à l’implication ostensible des États-Unis dans le soutien à la déstabilisation de Hong Kong, et à leur intervention en appui à l’administration taïwanaise, en violation flagrante des accords bilatéraux sur les relations diplomatiques entre les États-Unis et la Chine.

On ne sait pas encore quel sera l’avenir du monde après la fin de la pandémie, ni prévoir avec certitude quelle direction prendra une restructuration imminente des relations internationales ; mais ce qui semble certain, c’est que dans leur désespoir de perdre l’hégémonie mondiale, les États-Unis intensifieront leurs attaques contre la Chine. Contrairement au passé, il semblerait que cette fois-ci, Beijing ne restera pas les bras croisés.

 

Traduction de l’espagnol, Ginette Baudelet

Catégories: International, Opinion, Relations internationales
Tags: , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.