Une cour britannique a entamé l’examen sur la question de l’extradition de Julian Assange vers les États-Unis, où il est accusé d’espionnage et encourt jusqu’à 175 ans de prison pour avoir publié des documents confidentiels, dévoilant des crimes de guerre états-uniens commis en Iraq et en Afghanistan. Une foule de sympathisants, dont le membre fondateur de Pink Floyd, Roger Waters, et la créatrice de mode Vivianne Westwood, se sont rassemblés dans le centre de Londres pour demander qu’il soit libéré. Nous avons recueilli les propos de l’avocate d’Assange, Jennifer Robinson.

Jennifer Robinson : « WikiLeaks a publié des preuves de crimes de guerre, d’abus des droits humains et de corruption commis partout à travers le monde. Et c’est pour cela que Julian Assange est assis dans une prison de haute sécurité, risquant 175 ans de prison aux États-Unis. Comme vous l’avez entendu aujourd’hui, cette affaire est un abus de procédure. C’est un abus de procédure et une attaque politique. »

Un verdict dans l’affaire d’extradition d’Assange n’est pas attendu avant au moins cet été.

 

Traduction, Maryam Domun Sooltangos