Bolivie : Notes quotidiennes d’une tentative de coup d’État en cours

07.11.2019 - Centro Latinoamericano de Análisis Estratégico

Cet article est aussi disponible en: Espagnol

Bolivie : Notes quotidiennes d’une tentative de coup d’État en cours
(Crédit image : ABI)

Par Marcos Salgado, CLAE (*)

Le président de l’État plurinational de Bolivie, Evo Morales, a remporté les élections générales à une large majorité, ce qui lui a permis de se valider comme chef du pouvoir exécutif au premier tour. Mais le peu de marge qui lui a permis d’éviter le deuxième tour était l’excuse d’une réaction de droite qui avait déjà été planifiée et qui serait arrivée sous une forme ou une autre. La situation dans les rues au-delà du mouvement médiatique, et les points de contact (et non) avec les tentatives de coup d’Etat de 2008.

Les mouvements sociaux, mineurs et paysans de l’Occident bolivien étaient à nouveau présents pendant plusieurs jours consécutifs dans le centre de La Paz. Sur la place San Francisco, le président Evo Morales a appelé à  » l’effort et à l’engagement pour défendre ce que le peuple a conquis  » et a demandé l’unité des Boliviens pour vaincre les  » vende patria (vendre la patrie) qui tentent un coup d’État pour privatiser les ressources naturelles  » qui ont été nationalisées au profit de la population.

Evo a également rejeté la proposition du président du Comité Civique de Santa Cruz, l’homme d’affaires Luis Fernando Camacho, qui ne pouvait pas quitter l’aéroport d’El Alto, dans sa tentative de porter une lettre de démission pour que le président réélu la signe, comme il l’avait promis dans toutes les épopées et devant une foule dans sa zone de confort : le centre de Santa Cruz de la Sierra, en Bolivie orientale.

La nouvelle tentative de coup d’Etat s’est intensifiée après le triomphe électoral retentissant du premier tour du MAS, le 20 octobre dernier, mais surtout après que le gouvernement d’Evo Morales ait convenu avec l’Organisation des Etats Américains (OEA) d’un audit complet des résultats électoraux (qui devrait être prêt le 11 novembre), de mettre fin à la campagne de la droite, de la presse locale et de l’ambassade des Etats-Unis et de démontrer qu’au-delà des retards dans le décompte rapide du corps électoral plurinational, les votes pour Evo Morales ont également été suffisants pour le consacrer au premier tour.

La décision du gouvernement a délogé l’opposition, qui a dû réagir en changeant son référent. Il ne pouvait plus être le candidat Carlos Mesa, qui s’est enlisé dans son discours en demandant un second tour sans présenter de preuves de fraude. La stratégie a dû être changée et Fernando Camacho est entré en jeu, avec un geste plus publicitaire que politique : se rendre à La Paz pour présenter une lettre de démission au président Morales, tandis qu’une grève indéfinie a commencé à Santa Cruz, dont le développement devra être mesuré au fil des heures.

Pour l’instant, la stratégie  » citoyenne  » de Santa Cruz n’a pas fonctionné. Après 10 heures sans pouvoir quitter un aéroport assiégé par des partisans du gouvernement, les militaires l’ont monté dans un avion et l’ont ramené à Santa Cruz de la Sierra. Dérapage.

Bien que la droite n’ait pas l’intention – pour l’instant – d’ignorer le gouvernement d’Evo Morales (ils n’ont peut-être pas lu l’échec de la tentative Guaidó au Venezuela), les limites de leur stratégie sont en vue. Le coup d’État est fortement ancré dans son centre politique, la ville de Santa Cruz, où sont enregistrés les actes les plus violents, en confrontation avec des zones de la périphérie et de l’intérieur du département, qu’ils ne contrôlent pas. Dans la ville de Cochabamba, un panorama similaire est enregistré, bien que les incidents ne soient condensés que dans le centre urbain et le nord, zone résidentielle et confortable.

Dans le reste du pays, les manifestations sont de plus en plus sporadiques et réduites, concentrées dans quelques centres urbains seulement. A La Paz, siège du gouvernement, ils n’ont pas réussi une mobilisation soutenue. Au contraire, venant d’El Alto et de l’intérieur du département de La Paz, ce sont les paysans, les étudiants, les ouvriers – et fondamentalement les mineurs – qui marquent le terrain et soutiennent le gouvernement de Evo Morales. Ils savent comment le faire, ils ont de l’expérience, ils ont de l’endurance.

C’est la mobilisation populaire, les paysans du nord de Santa Cruz, les cultivateurs de coca de Cochabamba, les mineurs et les travailleurs de La Paz qui ont désarmé la tentative de coup d’Etat de 2008, proclamée par les mêmes propriétaires du Comité Civique de Santa Cruz, avec des répliques dans d’autres secteurs urbains des autres départements, et qui ont abouti à des événements comme le massacre du 11 septembre, lorsque 13 paysans furent tués dans le village d’El Porvenir, au Nord de Pando, par les groupes de la droite.

Onze ans plus tard, les forces en opposition sont les mêmes et l’on ne peut exclure la possibilité d’autres actes plus violents et extrêmes. Il en va de même pour les limites de la stratégie de la droite : elle est hégémonique dans des zones et sphères spécifiques et ne sont pas fortes à proximité du siège du gouvernement. Une différence : en 2008, l’UNASUR a agi en faveur de la légalité et le Brésil de Lula (ainsi que l’Argentine de Néstor Kirchner et Cristina Fernández) a fermé la porte à l’aventure séparatiste.

 

(*) Periodista argentino, corresponsal de prensa internacional, editor de questiondigital.com. Analista asociado al Centro Latinoamericano de Análisis Estratégico (CLAE, estrategia.la)

Catégories: Amérique du Sud, Opinion, Politique
Tags: ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.