Riccardo Gatti de Open Arms : L’objectif des gouvernements est de passer sous silence ce qui se passe en Méditerranée et en Libye

01.05.2019 - Sezano, Italie - Redazione Italia

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Italien, Grec

Riccardo Gatti de Open Arms : L’objectif des gouvernements est de passer sous silence ce qui se passe en Méditerranée et en Libye
(Crédit image : Proactiva Open Arms)

Lors de la rencontre nationale de Pressenza dans le Monastère du Bien Commun de Sezano, près de Vérone, Riccardo Gatti de Open Arms s’est connecté en vidéoconférence depuis Barcelone, dans laquelle il a pu nous raconter la situation actuelle des opérations de sauvetage en Méditerranée et a répondu aux questions des participants. Voici un résumé de son intervention.

 En ce moment il y a un silence médiatique sur ce qui se passe en Méditerranée et il n’y a plus d’espace pour témoigner. Il n’y a presque plus de bateaux d’ONG et il n’y a pas d’autorisations des gouvernements italiens et maltais pour mener les opérations de sauvetage et de débarquement dans un port sûr. Le gouvernement espagnol bloque notre bateau et le gouvernement hollandais fait également pression sur Sea Watch afin qu’ils stoppent leurs activités de recherche et de sauvetage. Les autorités gouvernementales essayent de ralentir ou d’empêcher le travail des bateaux, par conséquent le secours en haute mer devient de plus en plus difficile.

Je pense que leur intention est de s’assurer que l’on ne parle plus de la situation, de créer un silence absolu et de faire omission de ce qu’il se passe en mer. Ils essayent également d’occulter toute information sur ce qu’il se passe en Libye, ce qui est bien souvent le point de départ pour les personnes qui tentent d’arriver aux ports européens.

Depuis presque un an, les systèmes de surveillance des sauvetages nous informent qu’il y a de moins en moins d’embarcations sur la Méditerranée. Je crois qu’il s’agit d’une tentative d’éclipser les stations de contrôle.

Que penses-tu de la partie juridique et légale de ton travail?

Un de nos buts principaux est de diffuser notre travail par  les différents moyens de communication. Nous collaborons avec plusieurs ONG pour obtenir de nouvelles voies qui puissent nous permettre de se remettre en route. Cependant, sur le plan normatif, le brouillard devient de plus en plus dense, sur le plan juridique il y a une lacune, il y a beaucoup d’obstacles qui empêchent notre travail. Il s’agit, d’une certaine façon, d’un environnement extra-régulateur, par conséquent nous devons également trouver des solutions sur le sujet. Il faut entreprendre des actions juridiques, par exemple, contre les gouvernements italiens ou espagnols pour leur abus de pouvoir dans les opérations de sauvetage.

Il  semblerait que le gouvernement espagnol soit en train de transférer les opérations de contrôle au Maroc. En savez-vous quelque chose ?

Nous gardons contact avec quelques associations qui confirment ce scénario, à savoir l’intervention de marocains, avec des cas fréquents de maltraitance, comme ce qu’il se passe avec les libyens. Il semblerait que les forces marocaines qui travaillent au nom du gouvernement espagnol n’agissent pas adéquatement.

Que savez-vous de la situation sur les côtes tunisiennes? En Italie on parle beaucoup de la Libye, mais pas de ce qui se passe en Tunisie.

En effet, nous avons également des contacts avec quelques associations tunisiennes et, de ce que nous savons, la situation n’est pas comparable à celle de la Libye. Toutefois, au niveau international, je confirme qu’il y a peu d’information à ce sujet.

Pouvons-nous également aborder les causes de cette immigration forcée et montrer le rôle de l’Europe dans ce jeu ? Sensibiliser les gens des ports, par exemple…

Nous focalisons aussi la sensibilisation en Afrique, par exemple au Sénégal, sur les modalités du voyage et les difficultés auxquels ils peuvent être confrontés pour venir en Europe. Nous n’avons pas beaucoup de ressources économiques et nous sommes une trentaine, mais c’est un travail important. Nous essayons d’informer les gens des zones dangereuses qu’ils pourraient rencontrer dans un probable voyage.

Pensez-vous qu’il pourrait se produire des actes de désobéissance civile afin d’attirer l’attention sur le fait que nous ne parlons pas de ce qui se passe en Méditerranée ?

Nous avons toujours agi dans le cadre de la législation existante, mais elle est bien souvent violée par les gouvernements. Nous préférons maintenir un cadre légal car notre force est de continuer à être dans la légalité, sinon nous courrons le risque de perdre notre crédibilité.

Les gouvernements ont rendu difficile votre travail, afin que l’on s’imagine qu’il n’y a plus de morts, n’est-ce pas ?Avez-vous des preuves pour montrer que ce n’est pas vrai ?

Nous savons que les bateaux continuent de naviguer depuis les côtes africaines. Du fait de ne plus pouvoir être présents en mer comme auparavant, nous avons peu d’information sur ce qu’il se passe, mais je peux confirmer que les voyages n’ont pas cessé.

Est-ce que vous gardez contact avec les autorités municipales et les villes qui vous soutiennent ?

Oui, nous sommes toujours en contact avec les villes solidaires avec notre travail de sauvetage et nous continuons à nous battre pour que l’alliance des villes signée à Rome en février grandisse et pour créer de nouvelles dynamiques qui puissent conduire à la défense des droits des migrants, à leur protection et à la lutte contre la criminalisation des organisations non-gouvernementales et des collectifs de migrants.

 

Traduit de l’espagnol par Romane Vilain

Catégories: Afrique, Europe, Interviews, Migrants
Tags: , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.