L’économie du bien commun : un modèle économique au service de tous, y compris l’environnement

29.03.2019 - Allemagne - Evelyn Rottengatter

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Allemand, Grec

L’économie du bien commun : un modèle économique au service de tous, y compris l’environnement
(Crédit image : ecogood.org)

Les grèves scolaires des jeunes pour le climat sont aujourd’hui sur toutes les lèvres et sont également soutenues par 23.000 scientifiques en Allemagne, en Autriche et en Suisse. Pour prendre des mesures véritablement efficaces contre le changement climatique, il est nécessaire de s’éloigner du système néolibéral avec ses avantages énormes pour quelques-uns au détriment du grand public, et au profit du bien-être de la communauté et, par conséquent, de l’environnement.

Mais comment apparaitre un système nouveau, au-delà des extrêmes du capitalisme ou du socialisme ? Un système qui sert au bien-être de tous et protège l’environnement, notre air, nos eaux, nos forêts et nos sols, et le climat, qui sont tous des biens publics ?

Une réponse possible est l’économie du bien public (GWÖ- Gemeinwohl-Ökonomie). En tant qu’économie de marché éthique, elle s’appuie principalement sur des entreprises privées, cependant elles ne se font pas concurrence pour des gains financiers, mais coopèrent dans le but du bien commun.

Il y a sept ans, l’initiative Gemeinwohl-Ökonomie a été fondée par l’Autrichien Christian Felber, qui a également écrit un livre à ce sujet, alors qu’elle bénéficie déjà du soutien de plus de 2.300 entreprises et de plus de communautés, universités et particuliers.

L’action entrepreneuriale et une bonne économie commune ne sont pas contradictoires

La première banque allemande, la « Pioneer Bank », qui produit un bilan d’intérêt public audité depuis 2011, est la coopérative Sparda-Bank de Munich. C’est la plus grande banque coopérative de Bavière avec plus de 300.000 membres et 46 succursales en Haute-Bavière. Ses membres représentent plus de 90 % des employés avec leur famille, ce qui démontre que l’activité économique est possible pour le bénéfice de tous, sans dépendre du cours des actions et de la spéculation boursière. Le site web spécialement crée « L’économie pour le bien de tous » présente l’orientation de la bonne économie de la Sparda-Bank de Munich, et le dernier bilan d’intérêt public déjà audité sera publié dans quelques semaines.

Il existe déjà un fonds public d’assurance maladie. Le BKKK ProVita a obtenu pour la deuxième fois la validation selon les critères GWÖ. C’est la première compagnie d’assurance maladie allemande à être neutre en émissions de carbone et, avec ProVeg Deutschland, une association déclarée, elle a reçu le prix des Nations Unies pour la protection climatique pour le projet commun « Aktion Pflanzen-Power » [N.d.T. Action pouvoir des plantes] à Katowice. C’est la première fois que le prix est décerné à l’Allemagne et, pour la première fois, à une entreprise d’intérêt public.

De même que Sparda Bank et BKK ProVital, il y a beaucoup d’autres petites entreprises et de commerces spécifiques qui sont déjà impliqués, tels que : la société de commercialisation de plantes Sonnentor, qui fournit une information sur son rapport relatif à l’intérêt public sur son site Web et prépare dix thèses pour un intérêt plus général. De plus amples informations sur d’autres exemples de bilans d’intérêt public sont disponibles sur le site web de ce programme d’économie sociale ecogood.org.

La science reconnaît également le GWÖ comme un pouvoir d’innovation sociale

Deux études récentes des universités de Valence, Flensburg et Kiel ont été présentées au premier symposium scientifique du GWÖ à Vienne en février. Ils arrivent à la conclusion que le modèle économique du GWÖ « promeut tant les avantages éthiques que financiers et vaut la peine d’être imité et institutionnalisé ».

Aujourd’hui, l’Ecole Waldorf Wetterau est même la première école à disposer d’un registre d’aide sociale publique. L’institution est également désireuse d’encourager d’autres disciplines éducatives, de placer les personnes et l’environnement au centre de l’attention et de travailler avec l’équilibre global du bien commun ; elle a donc développé un guide avec les participants du GWÖ, que les autres institutions éducatives peuvent utiliser pour créer leur propre bien commun.

Les communautés allemandes et autrichiennes peuvent être agréées selon la norme GWÖ

L’année dernière, la municipalité de Kirchanschöring, en Haute-Bavière, est devenue la première commune d’Allemagne à disposer d’un rapport de bien-être global certifié. « Ce type de responsabilité pour l’avenir ouvre également la voie à des progrès qui ne se concentrent plus uniquement sur les critères du plus grand, du plus rapide et du davantage » a déclaré dans le Süddeutsche Zeitung, Alois Glück, ancien président du parlement d’état et du Comité central des catholiques allemands.

Les municipalités donnent également un bon exemple en Frise du Nord. Bordelum, Breklum et Klixbüll sont les premières communes du nord de l’Allemagne à recevoir un certificat d’initiative Gemeinwohl Ökonomie (GWÖ) pour leurs bilans d’intérêt public.

En Autriche, ce sont Nenzing et Mäder qui, en tant que communes tournées vers l’avenir, sont des pionnières et ont achevé le processus de certification pour le bien public ; une autre étape importante sur la voie vers un avenir meilleur.

Le premier thème de GWÖ dans les municipalités allemandes

C’est déjà une petite émotion de voir que même des villes entières sont impliquées désormais dans la question de l’économie du bien commun. C’est ainsi que le Stuttgarter Zeitung a récemment titré « Le résultat suggère la durabilité – pour l’instant », étant donné que la ville de Vaihingen sur l’ Enz échoue de peu dans une application qui aurait fait d’elle une pionnière en durabilité. Stuttgart et Mannheim sont désormais également impliquées dans le concept GWÖ.

Et à Erlangen, le conseil municipal a également voté pour une éventuelle introduction de l’économie du bien commun. Gunther Moll, coauteur du livre « Les paradis pour nous tous : pourquoi nous pouvons les atteindre et comment ils pourraient être financés » ainsi que des partisans passionnés du GWÖ, ont déposé une demande. A la suite de cet article, nous avons publié son discours dédié à la ville d’Erlangen.

Rien n’est plus fort qu’une idée dont l’heure est venue

Compte tenu des problèmes d’inégalité sociale, de dégradation de l’environnement et de cupidité des entreprises auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui dans notre société, il n’y a aucune raison de ne pas considérer l’économie du bien public comme un modèle économique alternatif et durable. Si les banques, les caisses d’assurance maladie, les entreprises et les autorités locales adoptent déjà l’idée et la mettent en œuvre avec succès, alors nous devrions tous nous en occuper amplement, la politique en particulier. Et nous devons soutenir les jeunes dans leurs grèves à propos du climat, car pour atteindre les objectifs climatiques, nous devons non seulement augmenter la pression, mais aussi promouvoir des solutions à plus grande échelle. L’économie du bien commun en fait assurément partie.

Rien n’est plus fort qu’une idée dont l’heure est venue.” (Victor Hugo)

Discours du Pr. Gunther Moll à la mairie de Erlangen le 22.11.2018

Monsieur le Maire, mesdames, Messieurs :

L’économie du bien public signifie des économies pour le bénéfice de tous. Ce modèle économique éthique est une boussole transparente de valeurs qui témoigne de la mise en œuvre des valeurs de dignité humaine, de solidarité, de durabilité environnementale, de justice sociale, de participation démocratique et de transparence dans une communauté ou une entreprise, dans son propre bilan public, en plus de son bilan financier. Ici, notre ville doit jouer un rôle de pionnier le plus tôt possible, car l’économie du bien commun est déjà vraiment en marche. En voici quelques exemples :

En 2015, l’économie du bien public est parvenue au Parlement européen lorsque le Comité économique et social européen a adopté l’avis suivant : « Le CESE, Conseil Economique Social et Environnemental, estime que le modèle de l’économie du bien commun devrait être intégré dans les cadres juridiques européens et nationaux. L’objectif est de faire progresser l’achèvement du marché intérieur grâce à une économie plus éthique fondée sur les valeurs européennes et une responsabilité sociale synergique. « Cela sera renforcé au sein du nouveau Parlement européen, en particulier par le groupe des Verts ; les représentants et les représentantes du GWÖ sont placés à des endroits prometteurs sur la liste ».

En 2016, l’économie du bien commun a atteint le niveau de l’Etat, car ses principes étaient basés sur l’ACCORD DE COALITION entre BÜNDNIS 90/LES VERTS DU BADE-WÜRTTEMBERG et le CDU DU BADE-WÜRTTEMBERG 2016 – 2021. Et en 2018, en Hesse, voir le programme électoral des élections nationales ECOLOGIE ET ECONOMIE : LA POLITIQUE ÉCONOMIQUE DES VERTS EST COMMUNE ET DURABLE. Une citation : « Les formes économiques telles que les modèles coopératifs, l’économie du bien-être commun, les économies solidaires ou les réseaux apportent, en plus de la valeur ajoutée régionale, l’aspect environnemental dans l’action entrepreneuriale et combinent donc l’écologie et l’économie. Ce sont les moteurs de l’innovation et ils devraient être renforcés en Hesse. C’est pourquoi nous voulons que la Hesse devienne également un pays coopératif ».

« Je suis sûr que, même dans notre ville, nous n’aurions aucun problème avec le « logement social » si les investisseurs n’assumaient pas de plus en plus le marché du logement avec pour seul objectif de maximiser les profits, mais plutôt comme des coopératives, comme un des principes fondamentaux du bien commun de l’économie. »

Mais il n’y a pas que les Verts. Le CSU est déjà dans le coup, un exemple actuel, cité par le Süddeutsche Zeitung le 19.11.2018 : « Social, équitable, solidaire et durable : comme la première église en Allemagne, Kirchanschöring (district de Traunstein) a son propre bilan entièrement créé selon les principes du (GWÖ). Pour cette raison, la municipalité de 3300 représentants sera accréditée et honorée ce mardi. La comptabilité volontaire de GWÖ permet une description détaillée de l’action basée sur la valeur et l’activité économique dans la communauté », explique Hans-Jörg Birner, maire de Kirchanschöring (CSU). De cette façon, sa congrégation suit enfin la constitution bavaroise, dans laquelle l’action orientée vers le bien commun est obligatoire. (…) Selon l’Association internationale pour la promotion de l’économie du bien commun, jusqu’à présent (…) environ 60 villes et communes ont été guidées par les principes du GWÖ. « Pour moi, ce genre de responsabilité pour l’avenir prépare également le terrain pour des progrès qui ne se concentrent plus uniquement sur les critères du plus, du plus rapide et du meilleur, » déclare Alois Glück, ancien président du parlement régional et ancien président du Comité central des catholiques allemands, qui devrait intervenir lors de la cérémonie.

Et le SPD est aussi avec lui, à titre d’exemple l’association du district de Mannheim. Une citation de son site Web dit : « L’inégalité sociale croissante, la pauvreté galopante et le changement climatique presque instable et d’origine humaine soulèvent des questions fondamentales sur notre forme économique et notre mode de vie actuel. Le mouvement Gemeinwohl-Ökonomie (GWÖ) a trouvé une réponse à ces questions. Il offre une approche pour surmonter le problème fondamental de l’ordre économique actuel : la confusion entre l’objectif (bien commun) et les moyens (argent). Il critique le fait que l’objectif est d’augmenter les profits et de perdre de vue le bien-être des gens. Par conséquent, il exige que le bien-être de la personne et de l’environnement deviennent l’objectif suprême de l’activité économique. Aujourd’hui, plus de 2.000 entreprises, 160 organisations et 9.000 particuliers soutiennent le GWÖ dans le monde entier. Dans la région Rhin- Neckar, l’économie du bien public est devenue un enjeu pour les entreprises, les mairies et les écoles. Les entreprises individuelles ont préparé un premier registre de bien-être général et, dans le budget actuel de la ville de Mannheim, un budget approprié a été approuvé pour les entreprises municipales. « Mannheim devient ainsi la deuxième plus grande ville du Bade-Wurtemberg après Stuttgart, qui crée un bilan d’intérêt public pour les entreprises municipales en plus du bilan financier ».

Il est certain que, selon l’avis de l’administration, Erlangen serait trop grand pour un bilan du bien-être public ; mais ce n’est pas un argument, parce que la ville de Munich a récemment demandé au groupe Green-Pink une liste d’application, le processus de comptabilité du bien‑être public pour le lancement d’un projet pilote dans une entreprise municipale et de fournir les fonds nécessaires. Et les coûts élevés en personnel pour les budgets d’aide sociale publique exigés de l’avis de l’administration ne sont pas un argument contre, parce que, premièrement, la situation budgétaire de notre ville est très bonne, et deuxièmement, une orientation d’intérêt général est plus que viable.

« Jusqu’à présent, notre ville d’Erlangen a été une communauté active en Allemagne en termes de responsabilité sociale, de conscience environnementale et de durabilité. Une orientation d’intérêt public durable, dans laquelle toutes les décisions doivent répondre à la question « Est-elle au service de l’humanité, de la nature et de la paix ? », dans le but de créer un sentiment du bien-être public communautaire comme conséquence logique pour un avenir prospère et permanent de notre ville. »

« Nous devons, dans l’intérêt de tous nos citoyens, devenir une communauté de solidarité qui démontre régulièrement les activités d’entraide dans un bilan de solidarité vérifié et publié (avec le Rapport sur l’économie de l’entraide) à partir de 2019. Nous voulons être à l’avant-garde d’un des projets d’avenir les plus importants en tant que « municipalité pionnière » et « municipalité modèle », comme beaucoup d’autres. »

Merci.

Le professeur Gunther Moll est directeur du département de santé mentale pour enfants et adolescents de l’hôpital universitaire d’Erlangen. Il s’engage en faveur des droits de l’enfant. Avec son fils Benjamin, il a publié en 2012 le livre « Die Kinderwagen Revolution » et en 2016 « Le changement radical » : comment enfants, parents et grands-parents ont changé notre pays ». En 2018, il publie avec Sarah Benecke et Günter Grzega « Le précurseur du paradis pour nous tous ». Gunther Moll s’engage pour l’économie du bien commun, pour la communauté des électeurs libres d’Erlangen. Gunther Moll est dans le conseil municipal.

 

Traduction de l’espagnol, Ginette Baudelet

Catégories: Ecologie et Environnement, Economie, Europe
Tags: , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.