La nonviolence est écologique

20.03.2019 - Maria Giovanna Farina

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Italien

La nonviolence est écologique
Art et nonviolence (Crédit image : Flavio Lappo)

Le mouvement mondial né de la conscience écologique d’une jeune fille de seize ans, que nous appelons maintenant Greta à l’amiable, est l’événement le plus important de ces dernières années. La première chose qui m’est venue à l’esprit pendant que je regardais la manifestation dans ma ville, Milan, c’est : « Enfin, les jeunes se réveillent pour quelque chose de grand ! » C’est en effet une preuve que tout le monde n’est pas hypnotisé par la happy hour et le smartphone. Il y a des millions de jeunes dans le monde qui nous demandent de ne pas leur voler leur avenir, une demande à laquelle, d’abord et avant tout parmi les politiciens, nous ne pouvons échapper.

L’histoire de la nonviolence nous rappelle sa plus grande icône – j’utilise ce terme abusé simplement parce qu’il donne une bonne idée – le Mahatma Gandhi, qui a montré à tous combien il est possible de gagner dans une bataille politique sans armes ni effusion de sang, c’est-à-dire ce que doivent aussi faire tous les êtres dits civilisés. Après tant d’années, le nouveau millénaire nous a même donné une adolescente qui, sans vouloir faire de comparaisons avec le passé, a pu demander aux adultes polluants du monde de prendre des mesures pour inverser le cours de l’autodestruction à laquelle nous sommes condamnés si nous ne proposons pas immédiatement une solution.

Gandhi a fait sortir les Britanniques simplement en croisant les bras avec le peuple, mais combien ont suivi son exemple dans les années suivantes ? A en juger par les guerres qui dévastent le monde à chaque instant de notre vie, la soif de pouvoir économique est aujourd’hui le seul moteur des « batailles » actuelles entre les états ; je dirais que nous sommes très loin du modèle de Gandhi, mais la petite Greta a donné la poussée pour un grand changement, celui de la conscience écologique. Sans adultes de confiance, les adolescents pourraient trouver un moyen de sauver la Terre et, par conséquent, eux-mêmes : seuls dans l’avenir, ils ont trouvé une sorte de réparation personnelle. Je suis envahie par un espoir, une joie, j’ai été infectée et cela me fait croire que la décadence culturelle et la violence généralisée, qui est une conséquence directe, peuvent prendre le chemin du rétablissement. Mais un tel mouvement écologique doit rester entre les mains des jeunes, loin de ceux qui sont toujours prêts à épouser des causes « à la mode » pour les présumer ou les critiquer afin de les redimensionner. C’est grave, ce n’est ni à droite ni à gauche ; je me souviens que le terme écologie signifie étudier la relation entre les êtres vivants et l’environnement, une relation qui nous concerne en tant que citoyens du monde.

La nonviolence n’est pas seulement écologique par sa capacité à unir pacifiquement les êtres humains, mais aussi parce qu’elle sait comment préserver l’environnement ; sans les guerres, nous n’aurions pas besoin d’armes très polluantes. Pensez aux bombes à l’uranium appauvri qui ont rempli nos mers, en particulier l’Adriatique, avec la guerre des Balkans dans les années 1990.

La vision holistique de l’écologie de l’esprit de l’anthropologue anglais Gregory Bateson (1904-1980) tente d’intégrer différentes fonctions de l’esprit, comme l’apprentissage, la mémoire et la langue. L’écologie de l’esprit est basée sur une vision holistique de l’homme, une vision générale qui est à son tour la base de l’écologie en tant que relation de l’homme à l’environnement. Bref, nous sommes tous connectés et ceux qui polluent à l’Est, par exemple, ont des répercussions à l’Ouest et vice versa ; nous devons apprendre à penser et à voir au-delà de notre mur. En l’absence de cette vision ou en la rejetant, nous nous sommes approchés de la voie du non-retour dont nous devons nous éloigner. Nous sommes tous connectés, c’est l’écologie que Bateson nous a montrée, de l’esprit ; pour l’académique, les idées sous-tendent la loi de l’évolution, certaines survivent à l’évolution et d’autres non, et qui sait si les meilleures survivent ; celle qui peut nous sauver.

Et à ceux qui se perdent dans la critique de Greta, je voudrais vous rappeler que la jeune femme a lancé un mouvement pour la vie en opposition à la culture de la mort par la drogue qui, malheureusement, asservit trop de jeunes êtres humains.

Catégories: Jeunes, Nonviolence
Tags: , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.