En route pour Caracas, un ‘Panama paper’

04.02.2019 - Ville de Panama, Panama - Javier Tolcachier

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Italien, Portugais, Grec

En route pour Caracas, un ‘Panama paper’
(Crédit image : Pressenza)

Je suis à l’aéroport de la ville de Panama. Je vais prendre l’avion pour Caracas sous peu. Je pars avec des excédents de bagages, chargé de centaines d’étreintes latino-américains, de bons vœux pour le peuple vénézuélien et de messages de force pour le gouvernement constitutionnel présidé par Nicolás Maduro. Mais la compagnie aérienne ne veut pas me faire payer pour être en surpoids, la solidarité ne tient pas dans une valise.

Dans un long couloir, qui relie les différentes parties de l’aéroport, je vois sur un mur vitré une initiative intéressante. Le bureau local des Nations Unies a placé le slogan « DÉFEND LES DROITS HUMAINS » en lettres autocollantes. Parmi les beaux visages qui reflètent la diversité humaine, on peut lire en anglais « Nous sommes tous égaux en dignité et en droits humains ». Soudain, je tourne le regard et découvre devant la murale un grand salon aux conforts intéressants pour les voyageurs. Fatigué par le long voyage depuis ma ville natale, je me prépare à en profiter, mais une gentille dame et un comptoir m’en empêchent. « C’est seulement pour les passagers avec des billets de catégories supérieures » – me clarifie-t-elle. Des passagers VIP, des gens très importants, je pense et je regarde à nouveau la murale en face, pour voir si elle est toujours là.

Je marche un peu plus quelques mètres, encore une fois la murale suggestive, avec les inscriptions cette fois en espagnol. Pour que personne n’oublie, il vaut mieux répéter. Je regarde le mur de devant et la triste réalité se révèle une fois de plus sous mes yeux. Sur un fond bleu serein, on voit une publicité pour le premier sanatorium privé des États-Unis, le « namber uàn » de la santé. Je ne sais pas si seules des « personnes très importantes » y sont soignées, mais je suis sûr que l’égalité de dignité et de droits restera certainement à la porte, si vous ne pouvez pas payer pour cela.

L’État panaméen y a également installé un bureau avec de belles images de ses paysages naturels. Sur la façade, un écran numérique invite, en espagnol, anglais et chinois, des investisseurs à collaborer à la destruction de ces paysages. Il y a aussi des noms emblématiques de la vision gouvernementale. Je cherche des mots comme « liberté », « égalité », « fraternité », mais je ne les trouve pas.

Je regarde les gens qui travaillent ici. À ceux qui fréquentent les boutiques – comme on dit ici –, aux employés de l’aéroport, aux policiers, aux filles qui nettoient, aux messieurs qui s’occupent des ordures. Ils sont presque tous noirs ou descendants d’indigènes, tous à peine métis, indubitablement membres de ce peuple aussi colonisé que les autres peuples en Amérique latine et dans les Caraïbes. Mais au Panama, avec une colonisation excessive. Les « gringos » ont été pendant près d’un siècle propriétaires d’une de leurs ressources les plus importantes, une voie de navigation entre le Pacifique et les Caraïbes. Canal qui a donné naissance à ce pays, le séparant de la Colombie. Des siècles d’esclavage et d’opprobre, légalement bannis depuis quelques générations, ne disparaissent pas facilement. Le zèle raciste non plus. Comme une farce macabre, l’entreprise engagée pour faire disparaître les ordures, dont les ouvriers sont presque entièrement à peau cuivre, noir et mulâtre, s’appelle « Men in White ».

Plus loin, une bijouterie attire des clients potentiels avec un cœur énorme, rappelant ainsi la proximité de la Saint-Valentin. Une célébration également importée du Nord, dans laquelle l’Amour – du moins selon ce business – devrait être accompagné d’une pierre précieuse. Peut-être pour qu’un peu de lumière s’allume dans les relations. Montrez que vous aimez et que vous pouvez le prouver, il semble que ce soit le message.

Je me souviens encore une fois de l’inscription des Nations Unies et je me demande combien de temps nous vivrons dans l’hypocrisie capitaliste ? Malheureusement, je n’ai pas le temps d’approfondir ma réflexion. L’internet de l’aéroport est gratuit pour seulement 30 minutes.

Catégories: Amérique centrale, Droits humains, Humanisme et Spiritualité, Reportages photo
Tags: , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


vidéo 10 ans de Pressenza

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.