2019 apportera-t-il des opportunités pour changer le système ?

07.01.2019 - Santiago de Chile - Redacción Chile

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Italien

2019 apportera-t-il des opportunités pour changer le système ?
(Crédit image : Alejandro Rodríguez)

Par Howard Richards

Certains d’entre nous pensent que 2008 était une occasion manquée. L’humanité a eu l’occasion de changer de direction pour se sauver et sauver la biosphère. Nous avons échoué. 2019 pourrait-elle être une seconde chance ?

La raison pour laquelle 2008, plutôt qu’une autre année récente, se démarque comme une occasion de changement est que vers la fin de cette année, les investisseurs perdaient de l’argent. Les raisons fondamentales pour lesquelles les nouvelles économies et les nouvelles structures sociales sont nécessaires et pas seulement facultatives sont les mêmes depuis longtemps. Ces raisons sont :

1. Le travail humain devient obsolète en tant que facteur de production.

2. La nature est en train de mourir et les humains la tuent (avec eux-mêmes).

3. Les anciennes alternatives bien connues au capitalisme n’ont pas fonctionné.

La souffrance de l’humanité est une constante de l’histoire récente. Selon des chiffres de l’Organisation internationale du travail, moins de la moitié des travailleurs dans le monde ont des sources de revenus fiables. Même au sein de la minorité active, la vie a tendance à être dure et précaire. Parmi les exemples dramatiques récents, citons les boat people qui tentent désespérément d’entrer en Europe (où les taux de chômage est toujours aussi élevé) ; et les migrants économiques qui traversent le Mexique à pied et qui tentent désespérément de se rendre aux États-Unis (où le taux de chômage réel n’est pas le faux 4,7% officiel, mais 21,5%).

L’agonie de la nature ne cesse de s’aggraver chaque année, et pas seulement en 2008. Par exemple, on estime aujourd’hui que l’agriculture à base de pesticides a éliminé 73000 espèces d’insectes. Depuis 2006, les populations d’abeilles mellifères ont diminué de 40% aux États-Unis, et ainsi de suite.

Ce qui a fait la différence en 2008, c’est que les investisseurs ont perdu de l’argent. Beaucoup. Cela a fait de la crise actuelle de l’humanité et de la planète une crise systémique. Les médias ont dit que c’était une crise. Ce n’était pas seulement que l’élite du pouvoir s’est soudainement retrouvée au bord de l’anéantissement. C’est que le moteur qui a fait bouger l’économie s’était bloqué. Il s’est arrêté. Il a menacé d’arrêter tout le reste.

En 2008, nous avons tout gâché. L’année 2008 a été l’occasion de reconnaître l’absurdité, ainsi que la cruauté, d’un système qui oblige chaque adulte à trouver un acheteur qui trouve rentable d’acheter sa force de travail (ou bien des acheteurs pour ses biens et services, en cas de travail indépendant) afin de faire valoir son droit d’être née. Qui commande ici ? Les gens servent-ils l’économie ou l’économie sert-elle les gens ? La réponse est évidente et absurde. Et cruel.

En 2008, nous avons eu l’occasion de faire quelque chose contre l’appétit insatiable de profit de la bête qui nous gouverne. Mais nous (ou du moins ceux d’entre nous qui ont pris les décisions clés) avons cru les économistes qui donnent à cet appétit insatiable le nom de « croissance ». Ils nous ont dit que le seul moyen de créer une plus grande part du gâteau pour chacun était d’augmenter la taille du gâteau. Ils nous ont dit que nous serions sauvés si nous reprenions le chemin de la croissance régulière. Cela créerait des emplois. Cela élargirait l’assiette fiscale et financerait ainsi les services publics destinés aux pauvres.

La seule et unique voie vers la croissance, nous disaient-ils, était de rendre les investissements à nouveau rentables. La confiance des investisseurs devait être restaurée. Il fallait convaincre les investisseurs qu’ils pouvaient transformer l’argent en plus d’argent en reprenant les actes permissifs qu’ils avaient arrêtés.

Certains d’entre nous n’ont pas cru les économistes orthodoxes. Mais nous n’avions pas le choix. Leur logique était la sagesse conventionnelle. On a fait comme si c’était de la science. La dette privée a donc été transformée en dette publique. L’État-providence – déjà au mieux dans un processus de retraite méthodique – a été décimé. D’énormes quantités d’argent ont été créées par décret – essentiellement imprimé. Ils ont été fournis à des membres choisis de l’espèce humaine à des taux d’intérêt quasi nulles. Les bénéficiaires sélectionnés des largesses du gouvernement, de la modération salariale et de tout le reste, seraient – nous l’ont dit – les seuls avec le pouvoir à relancer l’ancienne machine à pain en panne. Eux seuls pouvaient créer des emplois.

Les bénéficiaires de l’aide sociale ont été humiliés. Les banquiers étaient subventionnés. Les dirigeants des grandes compagnies ont également été subventionnés. De nombreux dirigeants ont saisi l’occasion pour emprunter des tonnes d’argent au nom de la compagnie, puis d’ordonner à la personne de la compagnie d’acheter ses propres actions. Cela a fait grimper le cours de l’action. Le nombre d’actions propres auto-détenues par la société elle-même a augmenté. Le nombre d’actions détenues par le public a diminué. De ce fait, le bénéfice par action a augmenté. (Les actions auto-détenues ne sont pas prises en compte dans le calcul du résultat par action.) Par conséquent, conformément aux conditions de leurs contrats de rémunération, les dirigeants avaient droit à une prime. Une autre conséquence, encore plus désastreuse, du déplacement du ciel et de la terre pour retrouver la croissance, a été la création d’économies encore plus grandes et encore plus incompatibles avec les lois fondamentales de la biologie, de la chimie et de la physique. (Une économie « plus grande » est une économie avec un PNB plus élevé, ce qui signifie que dans un territoire donné, au cours d’une année donnée, davantage de produits nouveaux sont achetés et vendus ; plus des relations humaines sont commercialisées, plus de choses se trouvent sous le sapin de Noël, plus de voitures sont sur la route, plus de nature – y compris les semences hybrides et l’eau privatisée – sont devenues des marchandises).

L’idée de base était et est toujours que le monde fonctionne sur le profit. Sans profit, il ne fonctionne pas. Lorsque le système économique s’effondre, il doit être réparé en graissant ses roues avec profit. Remplacer le système par un autre est considéré comme hors de question, pour la troisième raison pour laquelle de nouvelles économies sont nécessaires, que j’ai évoquée plus haut. À savoir, parce que les anciennes alternatives bien connues au capitalisme n’ont pas fonctionné.

On pourrait être tenté de dire, avec Margaret Thatcher, qu’il n’y a pas d’alternative ; que s’il y a un autre krash en 2019, il faudra plus de sauvetages des banques aux frais de l’État, plus d’austérité et plus d’incitations monétaires destinées à inciter les riches à créer des emplois. On pourrait être tenté de dire toutes ces choses, MAIS si l’on considère qu’en plus d’être injuste et instable, le système est également (comme indiqué plus haut) insoutenable, alors continuer encore et encore avec plus de la même chose est non seulement une souffrance interminable pour la majorité, c’est impossible à vivre.

De ce point de vue, c’est une consolation de reconsidérer 2008 comme l’année dans lequel quelque chose aurait pu se passer. Les choses auraient pu tourner différemment. Comme beaucoup d’économistes hétérodoxes l’ont demandé à l’époque, 2008 a été une occasion historique de mettre à l’essai les nouvelles idées qu’ils avaient expérimentées en théorie, attendant simplement une crise comme celle-ci pour les mettre à l’épreuve dans la pratique. En 2008, les penseurs créatifs et les praticiens novateurs avaient déjà tiré des leçons du passé et projeté des futurs alternatifs. Le Goulag, ou la social-démocratie qui s’est épanouie après la Seconde Guerre mondiale mais qui s’est ensuite estompée, n’étaient pas les seules alternatives d’intervention des gouvernement dans l’économie pour enrichir les riches. Et la croyance (plus ou moins sincère, et avec une certaine paresse mentale) de faire passer le gouvernement pour un Robin des Bois à l’inverse, en volant aux pauvres pour donner aux riches, était la seule solution possible au problème.

L’année 2008 a été une occasion historique pour les riches eux-mêmes de se réveiller, tout comme pour les autres. Se réveiller et se rendre compte que les conséquences inévitables du système dominant aujourd’hui — violence, inégalité, misère et une planète inhabitable — ne sont pas des conséquences que personne ne veut ou ne désire. Il n’y a pas un seul être humain, pas même le plus riche, dont les intérêts sont servis par un système fondé sur la conception de moyens toujours plus complexes de transformer l’argent en argent.

Le mieux que l’on puisse dire du système dominant actuel, c’est que les solutions de rechange sont pires. Mais il est certain que la social-démocratie a été meilleure tant qu’elle a duré. Et certainement, le nombre de alternatives qui n’ont pas été essayées est très important. En effet, en principe, le nombre d’alternatives non testées est infini. Et il y a beaucoup d’alternatives qui ont été essayées. Des centaines d’alternatives peu connues ont été couronnées de succès à petite ou moyenne échelle. Les exemples vont de l’économie solidaire en Espagne, à l’Ithaca HOURS (N.d.T. monnaie locale utilisée à Ithaca) dans l’État de New York, aux SEL (N.d.T. Système d’échange local) en Australie, aux banques publiques locales en Chine et à Rosario (Argentine) et dans le Dakota du Nord, aux cliniques oculaires Aravind en Inde, aux monastères en France et dans le monde, à la propriété publique des ressources minérales en Norvège et au Botswana et dans de nombreux autres pays, à une production coopérative durable de riz à Bali. Les meilleures pratiques réussies pourraient être transposées à plus grande échelle.

Dans l’hypothèse où 2019 pourrait offrir à l’humanité une nouvelle chance de changer de cap et de sauver la biosphère et elle-même, permettez-moi d’exprimer ici quelques-unes de mes nombreuses opinions sur la manière d’y parvenir.

Pour résoudre le problème fondamental, nous devons redéfinir l’idée de base. Le problème n’est pas de savoir comment adoucir l’accord pour que les grands investisseurs se rendent à leur intérêt de produire notre pain quotidien et de nous donner un travail de boulangerie. La nouvelle idée de base est la construction d’une mosaïque mondiale d’économies démocratiques, d’économies solidaires et d’économies de peuple soucieuses qui travaillent en harmonie avec la nature.

Mais. Ce que je viens de dire est fondamentalement vrai, mais tant que le monde sera dominé par la nécessité de l’accumulation du capital, comme c’est le cas aujourd’hui, une grande partie du problème pour le moment est encore de savoir comment attirer les investissements. Le défi est d’attirer des investisseurs, qui seront des partenaires, avec une conscience. Ils ont besoin de suffisamment de bénéfices pour couvrir les coûts de production, y compris le coût du capital et ce qu’Alfred Marshall a appelé les bénéfices normaux ( » le prix d’offre de l’entreprise « , c’est-à-dire le minimum qu’il en coûte pour motiver l’entrepreneur). ils peuvent et vont souvent s’aligner avec les autres secteurs pour promouvoir ensemble le bien commun. (On trouve des exemples dans les œuvres de C.K. Prahalad.) et ils le feront souvent. Gavin Andersson appelle cela une  » organisation sans frontières « .

En même temps que les banquiers, les investisseurs et les capitalistes eux-mêmes deviennent chaque jour des partenaires de plus en plus éclairés sur le plan éthique avec le gouvernement et la société civile (en partie parce qu’ils sont aussi des humains et, dans leur cœur, ils veulent être bons ; et en partie parce que les mauvaises pommes parmi eux sont de moins en moins prises en compte par le reste de la société) les classes moyennes et inférieures reprennent leur vie en main.

Construire l’économie populaire signifie plus de coopératives, plus de formes diverses de propriété privée, communautaire et publique comme celles que les législateurs européens ont été occupés à autoriser au cours de la dernière décennie, plus d’organismes sans but lucratif, plus d’organismes de bienfaisance dotés, plus d’entreprises appartenant à des employés, plus de travailleurs au conseil, plus de mini entreprises et petites entreprises, plus de professionnels indépendants, plus de volontaires, plus de jardins familiaux, plus de jardins collectifs, davantage de quartiers et territoires gérant leurs propres salons locaux, davantage d’hôpitaux tenus par des professionnels de santé, plus de médias appartenant à ses journalistes. Tu vois le tableau.

Mais. Il ne faut jamais s’oublier que le travail humain c’est en train de devenir chaque fois plus obsolète en tant que facteur de la production. Donc il doit exister chaque fois davantage des moyens de subsistance dignes pour davantage de personnes rejetées par le marché du travail. L’économie populaire seule ne peut pas créer tous les emplois nécessaires. Les grandes entreprises non plus.

Mais n’oubliez pas non plus que, d’autant plus que les robots prennent le contrôle de la production, il faut des moyens de subsistance plus dignes pour un plus grand nombre de personnes qui ne dépendent d’aucune entreprise, même pas d’une coopérative appartenant à des travailleurs. De plus en plus de travailleurs sont au chômage parce qu’il n’y a pas de marché pour les produits qu’ils fabriqueraient s’ils avaient un emploi.

Guy Standing a raison lorsqu’il dit que la clé du financement d’un revenu de base universel est de capter les revenus économiques. Déplacer l’argent d’un endroit où il n’est pas nécessaire à un autre où il est nécessaire. Une « rente » est un revenu inattendu qui dépasse le coût de production. Il s’agit d’un excédent qui va au-delà de ce qui est nécessaire pour faire tourner les rouages de l’entreprise. (Selon moi, cependant, le meilleur moyen d’assurer un revenu de base universel est de financer de multiples activités qui ont une valeur humaine et écologique : sports, musique, reboisement, nettoyage du plastique dans l’océan, art, philosophie, recherche, éducation permanente, etc. Le financement des activités est un moyen de donner à chacun dignité et discipline, pas seulement de l’argent.) Ellen Brown a également raison lorsqu’elle dit qu’une autre façon de financer la fin de l’exclusion économique consiste à retirer tout ou une partie du pouvoir de créer de l’argent aux banquiers privés. Mettre la création monétaire entre les mains d’institutions publiques ou semi-publiques qui utiliseront le produit pour financer un revenu de base universel. Thomas Piketty a raison de prôner les droits de succession et la répression des paradis fiscaux.

Rendre les droits sociaux de l’être humain (comme l’emploi décent, les pensions, les soins de santé…) réalité au lieu de promesses non tenues, exige une double approche. Premièrement : Nous tous, et pas seulement le gouvernement, avons la responsabilité de faire respecter les droits humains. Deuxièmement, le gouvernement doit cesser d’être ce que Joseph Schumpeter appelait un État fiscal. L’Etat doit avoir de multiples sources de revenus, et non une seule, en commençant par les revenus provenant des rentes sur les ressources naturelles, et en continuant avec les revenus bancaires et la création d’argent. Résultat net : Le gouvernement a moins à faire et plus avec quoi le faire. Avec des nouvelles idées comme ceux échantillons, le temps d’attente pour une opération d’hernie dans un hôpital public passe d’un an ou plus à un mois ou moins.

Catégories: Economie, International, Opinion
Tags: , , , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


vidéo 10 ans de Pressenza

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.