Piketty, une proposition pour refaire l’Europe

15.12.2018 - Santiago de Chile - Redacción Chile

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Piketty, une proposition pour refaire l’Europe

Par Howard Richards

Au milieu de plus d’une crise, un groupe d’étoiles intellectuelles de centre-gauche, dirigé par Thomas Piketty, a rédigé une proposition visant à refaire l’Europe. Elle comprend un manifeste, un traité établissant en effet une nouvelle législature, et un budget. Les détails peuvent être trouvés sur www.tdem.eu. Comme le disent ses auteurs, le plus grand mérite de leur proposition est qu’elle existe. Tout le monde est invité à la commenter et à suggérer des améliorations. En les prenant au mot, voici trois commentaires et une suggestion.

Commentaire 1 : La proposition, en particulier le budget, exagère le pouvoir des gouvernements de contrôler les marchés. Il appelle les gouvernements à imposer de lourdes taxes aux détenteurs de propriété. Ils comprennent les taxes sur les fortunes, les émissions de carbone, les bénéfices des sociétés et les revenus personnels élevés. Mais les propriétaires et les gestionnaires ont un pouvoir de marché que les gouvernements n’ont pas.

Déjà dans son livre La crise de légitimité de 1973, Jürgen Habermas a montré que, à l’époque moderne, le marché est la principale institution. Le gouvernement est une institution secondaire. Les marchés commandent plus les gouvernements que les gouvernements commandent les marchés. Un marché est une institution dans laquelle les propriétaires sont libres d’acheter ou non, de vendre ou non, de déplacer leurs biens meubles ou de les conserver où ils sont, d’investir ou de ne pas investir. Comme a dit Mikhail Kalecki, le capital dispose d’un pouvoir de veto sur toutes les politiques publiques, car toute politique qui sape la confiance des investisseurs, pour quelque raison que ce soit ou sans raison, entraînera une crise économique.

Habermas a expliqué pourquoi la social-démocratie (qu’il a appelé le capitalisme tardif) implique la crise fiscale de l’État. Dans le cadre du droit civil, la capacité de l’État à taxer la richesse est sévèrement limitée, notamment par la fuite des capitaux ou sa menace. L’État est obligé de dépenser de l’argent pour attirer des capitaux et de garantir les droits sociaux aux soins de santé, aux pensions, au logement et autres. Les dépenses dépasseront les revenus. Les promesses seront brisées. La légitimité sera brisée.

Commentaire 2 : À bien des égards, la proposition de Piketty et ses amis tente de raviver la social-démocratie d’après la Seconde Guerre mondiale, de l’approfondir et de la colorer en vert. Il manque une stratégie pour faire face aux raisons structurelles pour lesquelles la social-démocratie d’antan n’a pas duré et a été remplacé par le néolibéralisme.

Les perspectives de la social-démocratie se sont-elles améliorées depuis que Habermas les a analysés en 1973 ? Pas du tout. Le capital est encore plus mobile qu’il ne l’était alors. Le traité de 1994 instituant l’Organisation Mondiale du Commerce, et d’innombrables autres documents ayant force de loi, ont rendu les droits de propriété encore plus immunisés contre la démocratie qu’en 1973.

Comme Piketty l’a lui-même a montré, le fait que les dépenses consacrées au filet de sécurité sociale soient restées à peu près égales ne signifie pas que les gens bénéficient toujours de la sécurité économique des trente glorieuses années de la démocratie sociale qui ont suivi la Seconde Guerre Mondiale. Les garanties sociales s’érodent en même temps que davantage de personnes en ont besoin. Moins d’avantages et plus de bénéficiaires totalisent à peu près les mêmes dépenses totales. Combinés à une concurrence fiscale intense pour attirer les investissements, ils entrainent une dette publique toujours plus impayable ! Aujourd’hui, la social-démocratie est au mieux en retraite ordonnée. Si l’extrême droite balaye les élections européennes de mai 2019, la retraite peut devenir une déroute. Il est déjà devenu une déroute en Grèce et dans certains pays d’Europe de l’Est.

Dans notre livre, Les dilemmes de la social-démocratie, ma co-auteure, Joanna Swanger et moi-même avons recherché des structures profondes sous-jacentes dans un esprit de réalisme critique, par opposition à la recherche de régularités dans les données observées dans un esprit de positivisme. Faisant écho à Habermas, utilisant des études des cas historiques d’Espagne, de Suède, d’Autriche, d’Afrique du Sud, d’Indonésie et du Venezuela, nous avons montré pourquoi la social-démocratie échoue. Elle ne peut pas réussir sans modifier les structures sociales et culturelles fondamentales de la modernité. Il s’agit surtout des structures manifestées dans le droit civil. Karl Renner avait tort !

Qui était Karl Renner ? De 1918 à 1920, il fut le premier chancelier de l’Autriche après la défaite des puissances centrales en la Première Guerre Mondiale. En 1904, il publia la première édition allemande de Les institutions de droit privé et leurs fonctions sociales. Il a expliqué, comme Max Weber l’a expliqué par la suite dans Wirtschaft und Gesellschaft, comment le droit civil européen, hérité et adapté du droit romain, puis imposé au reste du monde par le pouvoir de l’épée, constituait la cadre de base de ce que Karl Polanyi a appelé plus tard «la société de marché ».

En 1904, demanda Renner, la société de marché capitaliste peut-elle devenir une société de marché social-démocrate, toujours restant dans le cadre européen du droit civil hérité et adapté de l’Empire Romain ? Sa réponse : oui !

Notre réponse : non !

Notre réponse ne signifie pas que le capitalisme ne peut être transformé que par la violence. Au contraire, cela implique qu’il ne peut être transformé que par l’éducation. À ce stade de l’histoire, l’humanité est sur une voie d’autodestruction. C’est en train de détruire la biosphère et de déchiqueter le tissu social. Mais ceux sont des résultats souhaités par pas un seul être humain ! Loin de servir les intérêts d’une classe dirigeante, ces résultats ne servent pas les intérêts d’une seule femme, d’un seul homme, ni d’un seul enfant ! Si l’éducation pouvait enseigner comment et pourquoi les structures de base peuvent et doivent être transformées, les rangs des transformateurs se multiplieraient, tandis que ceux des opposants diminueraient.

Troisième commentaire : La proposition Piketty ne prend pas au sérieux la venant – et dans une large mesure la déjà arrivée – obsolescence du travail humain comme facteur de production. Ne prend pas au sérieux la venue – et dans une large mesure déjà arrivée – inutilité de beaucoup de force de travail sur le marché. Ici je développerai ce point et des points connexes en faisant allusion implicite à certains détails de la proposition sans faire référence explicite à aucun d’entre eux.

L’économie orthodoxe sera un non-démarreur dans un monde où la valeur marchande d’une grande partie du travail humain (personne ne sait exactement combien) sera nulle. Le projet intellectuel d’Adam Smith, suivi de ses successeurs, repose sur le postulat de Smith selon lequel le prix naturel et approprié du travail est et devrait être la contribution du travail à la valeur de ce que Smith appelle son « produit vendable ».

Il est temps de recommencer avec des principes différents. Nous ne pouvons pas créer la dignité de tous par essayer de gonfler la valeur marchande de la force de travail lorsqu’elle est matériellement redondante. L’augmentation du salaire minimum et le renforcement de la négociation collective pourraient faire partie d’une proposition globale capable de résoudre les problèmes structurels, mais ils ne traitent pas du licenciement massif de main-d’œuvre.

Inciter le capital privé à investir utilisent des fonds publics pour le protéger du risque ne persuadera personne d’utiliser des technologies obsolètes à forte intensité de main-d’œuvre.

Compter sur une productivité plus élevée pour entrainer des salaires plus élevés est aussi trompeuse. Il fut un temps où Smith pouvait remarquer l’exploitation injuste du travail et où Marx pouvait transformer ce que Smith avait remarqué en une idéologie puissante. Le solde du travailleur fut (et est aujourd’hui) moins que la valeur marchande de son produit.

Mais aujourd’hui, augmenter la productivité signifie généralement acheter de la technologie et employer moins de travailleurs. Aujourd’hui – si nous suivons toujours l’éthique de John Locke et d’Adam Smith qui postule que le producteur a un droit moral sur ce qu’il (ou peut-être elle) produise -, nous devons admettre que la cause immédiate qui a entraîné l’augmentation de la plus-value (le Mehrwert de Marx) était l’investissement dans les nouvelles technologies par des capitalistes. Et la limite vers laquelle tend la productivité croissante est une usine gérée principalement par des robots.

Le défi actuel est d’atteindre que les robots travaillent pour tout le monde, pas seulement pour les actionnaires, et pas seulement pour les quelques travailleurs humains restants qui travaillent avec les robots.

Il est temps de recommencer avec une éthique de la solidarité. Le travail n’est pas une marchandise. Le droit à une vie décente ne devrait pas dépendre de la recherche d’un acheteur pour la force de travail. Le but d’une économie n’est pas l’accumulation. C’est de servir les besoins et les objectifs des êtres humains, en harmonie avec la nature. Comme l’écrit Piketty dans Capital au XXIe siècle, il est temps que la démocratie prenne le contrôle du processus d’accumulation de capital. Les dons de la nature, ses minéraux, ses sols, ses eaux, ses atmosphères et ses espèces vivantes appartiennent en principe à tous et à personne. A tous pour profiter des avantages. A personne pour abuser de l’héritage des générations futures.

Les dons de l’histoire – la richesse créée dans le passé par des personnes qui ne vivent plus, les connaissances scientifiques accumulées au fil des siècles, et les contributions d’hier au savoir-faire technique d’aujourd’hui – sont des cadeaux destinés à tous. Il est temps de sortir des sentiers battus du droit civil et de l’économie orthodoxe. Comme le recommandait Antonio Gramsci, il est temps d’adapter la culture à ses fonctions physiques.

Permettez-moi de conclure cette troisième remarque avec un exemple d’économie solidaire adaptant la culture à ses fonctions physiques dans le quartier connu sous le nom d’Alex dans la ville de Johannesburg en Afrique du Sud. Si vous visitez une ancienne église sur l’avenue principale d’Alex, un après-midi en semaine, vous y trouverez douze jeunes ex-chômeurs qui ont retrouvé un emploi et qui sont heureux.

Ils pratiquent leurs chants et leurs routines de danse : comme Black Motion d’Imali et Babes Wodumo de Wololo ; ainsi que des vieux favoris comme Cat Daddy et Bird Walk. Ils ont dû auditionner pour entrer dans la troupe. Une fois dedans, ils ont besoin de discipline et d’autodiscipline pour apprendre leurs pas et leurs lignes afin de se préparer aux performances. Ils se produisent principalement pour les enfants des écoles élémentaires, où, en plus d’offrir des divertissements, ils fournissent un exemple éclatant de jeunes qui ne se droguent pas et s’amusaient.

Il faut plus d’autodiscipline pour se rendre au travail, pour être à l’heure, pour arriver sobre et pour rester propre dans plus d’un sens. Exprimant mon accord général avec la théorie de la vertu (areté) d’Aristote dans son Ethique à Nicomaque, même si je n’ai aucune preuve tangible concernant les danseurs d’Alex, je croix que leur discipline les conduit à la vertu et que la vertu les mène au bonheur.

La troupe de chanteurs et de danseurs pratiquant dans l’ancienne église située sur l’avenue principale d’Alex est un exemple d’emploi non commercial rendu possible par la solidarité. C’est rémunéré par la capture de rentes économiques et le partage du surplus. L’argent et d’autres ressources sont transférés des endroits où ils ne sont pas nécessaires à des endroits où ils sont nécessaires. Grâce aux donateurs publics et privés l’emploi non-commercial se rend toujours plus capable de servir des valeurs vraiment humaines. Les donateurs soient parfois volontaires. Soient parfois involontaires comme dans le cas des contribuables. Soient parfois semi-volontaires selon l’une des nombreuses façons dont les normes sociales peuvent être motivantes sans être strictement obligatoires. En fin, la solidarité vient à la rescousse quand l’emploi sur le marché a fait de son mieux et ne peut plus en faire.

Voici ma suggestion pour améliorer la proposition Piketty : attendez un mois. Peut-être deux mois. Puis convoquez l’équipe qui l’a écrit. Réécrivez-la à la lumière des commentaires reçus.

Catégories: Economie, Europe, Opinion
Tags: , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


vidéo 10 ans de Pressenza

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.