Le tribunal pénal no 2 de Jujuy a acquitté Milagro Sala de l’affaire connue sous le nom de « Balacera de Azopardo » (fusillade d’Azopardo) du 27 octobre 2007, dans laquelle la dirigeante sociale a été accusée de tentative de meurtre. Le procès faisait partie d’une série de processus habilement construits pour empêcher Milagro Sala d’exercer ses activités politiques et sociales ; dans ce cas, l’accusation d’implication de Milagro était clairement retardée par rapport aux faits contestés, qui remontent à plus de dix ans.

« C’est une petite lueur d’espoir – a dit Milagro Sala immédiatement après la sentence – que justice soit faite face à la persécution politique que je subis avec mes compagnons. Je ne l’espérais pas, ça me surprend beaucoup”.

Au cours du procès, le seul accusateur de la dirigeante de Tupac Amaru était Jorge Rafael Páes, dont le témoignage a été contredit par tous les autres témoins. Páes avait été acquitté par le juge d’instruction Pablo Pullen Llermanos, accusateur de Milagro Sala dans de nombreuses procédures. Ce juge a fait des accusations prétextes contre Milagro Sala pour qu’elle continue en condition de détention provisoire.