L’avenir de la paix dans le monde

22.12.2018 - Santiago du Chili - Redacción Chile

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

L’avenir de la paix dans le monde
Texte image : Pour la paix et la défense de la vie, ce sont des actes de la véritable humanité. (Crédit image : Sandra Ramírez Giraldo / Focos Narrativos)

Par Juan Gómez

« Je parle d’une paix véritable, le genre de paix qui rend la vie sur terre précieuse, qui permet aux hommes et aux nations de grandir, d’avoir de l’espoir et de construire une vie meilleure pour leurs enfants”.

J.F. Kennedy

Nous nous demandons souvent si la paix est possible. Beaucoup de gens sont désabusés en pensant que ce n’est qu’une illusion, une utopie irréaliste et même quand ils soutiennent et adhèrent aux mouvements pacifistes, ils ne se mobilisent pas pour la paix. Il y a des intérêts trop puissants qui dominent tout, disent-ils. « Cela a été le cas, et ce sera toujours le cas. Il n’est pas possible de le changer ou de l’améliorer », ajoutent-ils. Voilà notre problème lorsque nous les invitons à travailler dans nos activités pour la fin des guerres et le désarmement. Et les grandes entreprises le savent. Il en va de même pour les gouvernements. D’autres croient que la justice sociale et la répartition équitable des ressources ne peuvent être réalisées par des moyens non violents. Pour changer la culture du monde, nous devons construire une masse critique de personnes qui travaillent à construire la paix de manière nonviolente, comment faire ?

Le système productif actuel fondé sur le libre marché et la libre entreprise entraîne d’importantes différences de revenus, car tous les individus n’ont pas les mêmes capacités de production de biens et de richesse. Les entrepreneurs sont généralement des personnes ambitieuses qui veulent créer de plus en plus d’entreprises en profitant de toutes les ressources naturelles et humaines disponibles et en les payant le moins possible. Ils accumulent ainsi beaucoup de richesses qui donnent naissance au capitalisme en tant que phénomène économique. Ce capital génère des entreprises qui produisent des biens et des services dont tout le monde a besoin pour survivre, donc les gens doivent les consommer. Cependant, tous les biens et services ne sont pas aussi nécessaires, créant des besoins artificiels qui alimentent une culture de consommation de produits superflus ou somptueux.

Avec ce système capitaliste de consommation, il existe de grandes différences de revenus entre les détenteurs du capital (la minorité) et les travailleurs (l’immense majorité), les chômeurs et les personnes indigentes. Il est essentiel pour les premiers de préserver d’une manière ou d’une autre ces différences irritantes, pour lesquelles il est nécessaire d’avoir un bon service de police pour prendre soin des biens des premiers, et du système capitaliste dans son ensemble. Mais comme certains entrepreneurs sont des personnes ambitieuses et que leurs entreprises doivent connaître une croissance constante, il devient nécessaire de conquérir des marchés étrangers pour les biens qu’ils produisent et aussi d’obtenir des ressources naturelles pour les produire. Pour les protéger correctement, il est donc nécessaire d’avoir une bonne armée dotée d’armements avancés pour défendre ces intérêts, qui sont ceux de la nation elle-même.

C’est une excellente occasion pour l’industrie de l’armement de négocier avec ses produits et de les vendre sur les marchés internationaux. Cette industrie organise des foires pour montrer les avantages de ses produits, mais aussi pour convaincre les clients potentiels, ils leur présentent des raisons supplémentaires telles que la sécurité de leurs frontières, les menaces potentielles de leurs voisins et les tensions internationales croissantes.

Les pays producteurs d’armes dessinent pour leurs clients un scénario mondial avec des guerres, le terrorisme, des ressources naturelles rares qui nécessitent une armée moderne, agile, dotée d’armes de pointe pour dissuader les conflits éventuels. Ils s’inquiètent de faire cela et de maintenir la situation mondiale dans une tension permanente, en faisant sentir à chacun que le monde est un endroit peu sûr, plein de menaces, donc il faut être sur ses gardes, avec des armées bien armées, afin de défendre efficacement son pays contre toute agression.

La logique du marché est que les ventes de toutes les industries doivent croître en permanence, et l’armement ne fait pas exception. Pour ce faire, ils font la promotion de leurs articles, font pression sur les gouvernements, influencent les politiques de défense et les relations extérieures, essayant de configurer ce scénario international peu sûr qui stimule et encourage la vente d’armes. Ainsi, les ventes d’armes ne cessent d’augmenter et ne diminuent jamais, comme le réaffirme année après année le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI). Par conséquent, le désarmement, et avec lui la Paix, est réduit à un problème économique, en raison de ces intérêts économiques gigantesques qui animent l’économie mondiale. Le revenu des pays producteurs d’armes tiré de ce concept est si élevé qu’il ne peut être perdu, comme l’a avoué Trump lui-même.

Le complexe militaro-industriel fait la pluie et le beau temps, et ne veut pas les laisser partir pour rien. Avec cette affaire diabolique, ils ont plus de pouvoir que les gouvernements eux-mêmes, influençant de manière décisive les politiques de défense. Des politiques qui obéissent à un climat d’insécurité artificielle, avec des menaces et des ennemis partout, plus inventés que réels, mais comme dans une paranoïa délirante, il faut conjurer avec une armée puissante, avec un système de sécurité nationale, des alliances et des traités de défense régionale. Dans ces conditions, la paix est enterrée. Nous ne pouvons laisser cette mentalité malveillante continuer à dominer les politiques de défense et les relations extérieures, et avec elle notre sécurité et nos chances d’être heureux. Un nouveau look s’impose d’urgence. La avidité nous tue.

La paix ne peut pas devenir un problème économique, typique de la voracité entrepreneuriale de quelques-uns. Le fait que les économies des pays producteurs d’armes dépendent de la vente d’armes est une erreur, leurs armées en général exigent beaucoup de ressources économiques, qui peuvent être utilisées pour la santé, l’éducation et le bien-être de la population… L’industrie de l’armement doit être reconvertie d’une industrie dédiée à la mort à une industrie dédiée à la vie, comme l’industrie alimentaire, la santé ou la construction. Ce n’est peut-être pas aussi rentable, mais c’est l’avenir de l’humanité qui est en jeu.

Si l’industrie de l’armement met fin à sa production meurtrière d’armes, les guerres prendront également fin. Les guerres sont la conséquence naturelle des ventes d’armes et de la méfiance mutuelle entre les nations. S’il y a confiance mutuelle entre les nations et en conséquence pas d’armées ou d’armes sur place, il n’y aura pas de guerres.

Dans ce scénario, les armées sont une dépense inutile. Ils auraient terminé leur cycle et mériteraient enfin de se reposer. La reconversion des armées est donc fondamentale. Les nouvelles armées devraient à l’avenir se consacrer de plus en plus fréquemment aux interventions en cas de catastrophes naturelles. Construire des maisons sûres, travailler avec les communautés. Peut être moins nombreux en contingent, mais basés sur le même esprit de camaraderie.

Le désinvestissement dans l’industrie de l’armement est un premier pas important et nécessaire pour sensibiliser l’opinion publique mondiale, les banques et l’industrie en général à cette nouvelle réalité ; et pour que la bonne industrie en bénéficie et que la mauvaise industrie soit rejetée et sous-financée.

Le temps est venu de changer la façon dont les nations entretiennent des relations entre elles, en laissant derrière elles la haine, la vengeance, les menaces, en améliorant la confiance par des échanges culturels et éducatifs, des entreprises communes, la connaissance mutuelle de l’histoire, des coutumes et de la culture des autres. Et de là, tenter ensemble de résoudre les grands défis de l’humanité, tels que le changement climatique, la pénurie d’eau, la pauvreté, la famine, les migrations, etc.

Pour le bien de l’humanité, c’est maintenant ou jamais.

Catégories: International, Opinion, Paix et Désarmement
Tags: , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.