Hausse excessive des frais de scolarité : les étudiants étrangers sont-ils toujours les bienvenus en France?

15.12.2018 - France - Rédaction France

Cet article est aussi disponible en: Grec

Hausse excessive des frais de scolarité : les étudiants étrangers sont-ils toujours les bienvenus en France?
(Crédit image : Mauricio Alvarez)

Par Josefina Dowbor et Mauricio Alvarez

 

Répondant à une ambiance générale de tension sociale, des lycéen-ne-s et étudiant-e-s se sont mobilisé-e-s partout en France ces dernières semaines. Parmi les nombreuses revendications, qui vont de la réforme du bac au service obligatoire pour les jeunes dès 16 ans, se trouve une mesure dont on parle peu, mais qui est loin de faire l’unanimité. Il s’agit de la hausse excessive des frais de scolarité pour les étudiant-es de nationalités autres que celles de l’Union européenne.

Cette dernière mesure, annoncée par le Premier ministre, inquiète universités, syndicats et étudiant-e-s. En effet, la plupart des étudiants étrangers doivent travailler en plus de leurs études, et payent au moins 2000 € avant d’étudier en France à cause des frais de visa, des cours de français, etc. La plupart des étudiant-e-s considèrent cette mesure inadmissible, car celle-ci empêcherait les étudiant-e-s étranger-e-s, notamment les africain-e-s et sud-américain-e-s de venir en France.

Pour mieux comprendre la situation, nous vous proposons de partager l’expérience vécue par D. (qui souhaite rester anonyme), une étudiante argentine de 19 ans, qui est passée en quelques jours, du défaitisme à une lutte acharnée pour défendre son droit de continuer à étudier à des frais raisonnables dans le pays des droits de l’Homme.

Un rêve qui tourne au cauchemar

D. est originaire de la ville de Lujan, située dans la province de Buenos Aires. Issue d’une classe moyenne, sa famille a dû faire des efforts considérables pour l’aider à accomplir son rêve de venir étudier en Europe. Pendant la dernière année de ses études secondaires, D. suit des cours de langue française à l’Alliance Française de sa ville. En Juin 2017 elle obtient un DELF B2 lui permettant de s’inscrire à des études universitaires en France.

En Août 2018, avant son arrivée à Paris, D. obtient in extremis une place pour une licence en Histoire à l’université Panthéon-Sorbonne (L1). Elle démarre ses études en septembre 2018, mais tout juste deux mois après le début de sa formation, D. apprend que le gouvernement souhaite augmenter fortement les frais de scolarité pour les étudiant-e-s de nationalités autres que celles de l’Union européenne. Même si cette mesure ne l’affecte pas directement pour la poursuite de sa licence (1), son rêve de poursuivre ses études en France s’effondre, car les frais d’inscription pour un cycle de Master passeraient de 243 € à 3770 € (2), un coût jugé inaccessible pour elle et sa famille. D. imagine donc 2 alternatives : envisager de demander une bourse pour poursuivre un Master (tout en sachant qu’il s’agit d’un véritable parcours du combattant) ou faire tout le nécessaire pour éviter cette réforme.  

Une solidarité entre étudiants qui permet à D. de croire une fois de plus à son avenir

Le 4 décembre 2018, D. participe, avec d’autres camarades de classe, à une AG au centre Tolbiac. C’est à ce moment qu’elle s’aperçoit que les étudiants français soutiennent majoritairement les étrangers dans leur lutte. Cela lui donne des ailes pour se joindre à la mobilisation générale. D’habitude mesurée, elle se surprend même de passer en quelques jours, d’un vote contre le blocage de sa fac à un vote en faveur. Avec en prime, une participation active pour l’assurer.

D. démarre sa mobilisation

Le 6 décembre 2018, D. participe à sa première manifestation depuis son arrivée en France. Un rassemblement est prévu face à Campus France, mais les quelques 500 étudiants se sentent rapidement à l’étroit dans la rue de la Grange aux Belles, et se mettent spontanément en marche. Un long trajet les mène jusqu’à la Gare de Lyon, située à l’autre extrémité de Paris. Pendant le parcours le cortège atteint un pic de 3000 personnes. Cette forte mobilisation, et la présence massive des médias donne encore plus d’espoir à D. dans sa lutte.

Le 11 Décembre 2018, D. participe à un nouveau rassemblement prévu Place Saint Michel, mais une fois de plus, sans déclaration préalable, les étudiants se mettent en mouvement. Ils s’arrêtent devant le ministère de l’Education, mais se voient rejetés rapidement par des CRS déterminés. Au bout d’une longue marche d’environ 3 heures, les manifestants se retrouvent encerclés par des CRS dans un carrefour situé à l’extrémité de la rue du Bac. D. est ses camarades de classe restent 2h30 assis par terre, impuissants, dans un froid glacial. Ils ne comprennent pas pourquoi les CRS sont intervenus en sachant que la manifestation était pacifique, sans aucun heurt à déplorer.  

Des soutiens inattendus, mais encourageants

Aujourd’hui, les AG se poursuivent et des soutiens imprévus arrivent de toute part.

Georges Haddad, président de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne est venu lui même à l’AG, qui a eu lieu le mercredi 12 décembre à Tolbiac, pour négocier sur le thème du blocage. Il a exprimé son soutien aux étudiants, et s’est montré conciliant sur certains points.

En conséquence, le vendredi 14 décembre, un email envoyé par l’administration de l’université annonce des mesures, qui vont plus ou moins dans le bon sens. Entre autres :

  • Les examens partiels, qui devaient se dérouler du 17 décembre au 21 décembre 2018 sont reportés à la première semaine du second semestre,
  • Le manque d’assiduité, pendant cette période troublée, ne sera pas considéré comme une défaillance.
  • Des documents pourront être transmis sur les EPI (Espaces Pédagogiques Interactifs), au cas par cas, pour compléter et/ou ajuster les contenus pédagogiques assurés en présentiel.

Enfin, pour D. les jours se suivent, mais ils ne se ressemblent pas. Cela fait 2 semaines que ses cours se sont arrêtés. Et malgré toutes ces mobilisations, elle ne sait pas vraiment quel sera le fruit de toutes ces actions. Une chose est certaine, elle est plus déterminée que jamais à se battre pour parvenir à l’abandon de cette mesure qu’elle considère injuste et discriminatoire.

(1) Cette mesure ne concerne pas les étudiants ayant déjà démarré un cycle supérieur de formation en France. 

(2) « Actuellement 170 € pour une année de formation en Licence, 243 € en Master et 380 € en Doctorat. Ils s’établiront désormais à 2 770 € en licence et 3 770 € en Master et Doctorat. » Source : Dossier de presse. Stratégie d’attractivité pour les étudiants internationaux. Bienvenue en France. Campus France.

Catégories: Europe, Politique
Tags: , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.