Chine, 40 ans

24.12.2018 - Santiago du Chili - Pía Figueroa

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Allemand, Grec

Chine, 40 ans
(Crédit image : Pressenza)

Je reviens depuis peu de mon premier voyage en Chine et je pense encore à tout ce que j’ai pu voir, ce qui m’a sans doute fait réaliser – une fois de plus – combien la presse, manipulée par les intérêts occidentaux, nous donne quotidiennement des distorsions. Nous construisons notre image du monde sur la base des informations que nous donnent les journaux télévisés et nous croyons aveuglément à l’interprétation des faits qui est faite de leur regard. Ce sont des comptes rendus fonctionnels du positionnement économique et géopolitique des principales puissances européennes et nord-américaine, qui suppose que le monde est tel qu’il est construit à partir de là.

Mais combien de fois nous a-t-on dit, par exemple, comment 740 millions de personnes, selon les chiffres officiels, ont pu sortir de l’extrême pauvreté en moins de 40 ans ? Cela représente beaucoup de personnes ! Je pense à la croisade de Lula au Brésil en 2003, dont l’objectif était d’éradiquer la faim et la pauvreté, que l’on appelait « faim zéro », considérée comme un succès car elle a amélioré les conditions de vie de 23 millions de Brésiliens. Nous parlons ici de 32 fois plus d’êtres humains, dont le destin a complètement changé.

Ils m’ont dit que lorsque Mao est mort en 1976, l’État pouvait à peine livrer sa ration alimentaire quotidienne à chaque famille chinoise et qu’ils avaient deux tissus à porter : gris et vert olive. C’était l’aboutissement d’une révolution qui a pris pour acquis qu’un pays était terriblement décimé par la pauvreté.

Dans la ville de Chongqing, où j’étais, je n’ai rencontré personne qui n’avait pas d’application sur son téléphone portable qui ne pouvait pas comprendre en traduisant dans la langue locale, et cela soit dit en passant, les iphones étaient de la dernière génération. Sans parler des nombreuses gourmandises offertes par les magasins d’alimentation et d’habillement, enviées par toutes les métropoles sud-américaines, où vous payez avec de l’argent dématérialisé, en scannant un code QR avec des smartphones.

Pourquoi la Chine est-elle exclue des rétines, alors qu’en seulement quatre décennies, elle a subi un changement sans précédent ? C’est peut-être l’un des phénomènes les plus extraordinaires qui se soient produits, plaçant le pays asiatique dans la situation actuelle de la deuxième économie mondiale.

Cela a commencé deux ans après la mort de Mao, sur la base d’un programme appelé « Réforme et ouverture » promu par le dirigeant du Parti communiste chinois de l’époque, Deng Xiaoping. Entre le 18 et le 22 décembre 1978, la troisième séance plénière du Comité central du parti a eu lieu, où il a été approuvé que certains paysans, pour la première fois, puissent avoir la propriété de leurs cultures. Cette première étape serait suivie par la création de Shenzhen, alors village de pêcheurs et aujourd’hui centre technologique et industriel florissant de 12,5 millions d’habitants, en tant que « zone économique spéciale » pour expérimenter un système de marché plus flexible. Shenzhen est actuellement décrite comme la « Silicon Valley chinoise ».

Soutenant l’idée d’un « socialisme aux caractéristiques chinoises », Deng rompt avec les réformes économiques établies et promeut plusieurs réformes visant l’agriculture, la libéralisation du secteur privé, la modernisation de l’industrie et l’ouverture de la Chine au commerce extérieur. Dans les années qui ont suivi, des changements ont été mis en œuvre, qui ont ensuite été considérés comme très ambitieux et ont été mis en œuvre malgré l’opposition à Deng de l’aile la plus conservatrice du parti.

Le secteur agricole a abandonné le système d’économie rurale planifiée de Mao, augmentant la productivité et la technologie pour devenir l’énorme industrie d’exportation actuelle. Il est remarquable qu’en dépit d’un encouragement à une migration de main-d’œuvre vers les villes, 46 % de la population de la Chine est encore rurale aujourd’hui.

Les « chaînes » du secteur privé se sont également desserrées et, pour la première fois depuis la création de la République populaire en 1949, le pays s’est ouvert aux investissements étrangers.

C’est cette ouverture vers l’extérieur qui a contribué à accroître sa capacité productive, ainsi que de nouvelles méthodes de gestion. Ces changements ont conduit la Chine, après un long processus, à adhérer à l’Organisation mondiale du commerce en 2001, qui a définitivement ouvert les portes de la mondialisation, qui a tant contribué à son essor économique.

C’est curieux, mais au cours de toutes ces années, beaucoup de choses ont été écrites et rapportées sur les effets de la mondialisation en Europe de l’Est, se vantant d’avoir apporté de grands capitaux à l’ancienne Union soviétique. Mais la presse latino-américaine a beaucoup moins suivi ce qui s’est passé dans le géant asiatique.

Ce n’est qu’en 2008, lorsque la crise financière mondiale a éclaté et que l’Occident s’est lancé dans la recherche de nouveaux marchés, que la Chine s’est distinguée du reste du monde, devenant « l’usine du monde ».

Depuis, ici, dans ma ville, nous nous habillons avec des vêtements fabriqués là-bas, nous cuisinons avec des ustensiles chinois, nos outils et nos meubles sont produits par des Chinois, des voitures, des ordinateurs et peut-être combien d’autres choses sont faites en Chine.

Les femmes y prennent actuellement leur retraite à 55 ans et les hommes à 60 ans. Cependant, j’ai observé une grande vocation vers le travail, en tous, pour s’occuper et la capacité de contribuer. C’est comme s’ils construisaient l’avenir, les yeux fixés sur l’horizon. Un avenir commun, des « communautés partagées pour le destin commun de l’espèce humaine », comme l’a dit Xi Jinping dans son discours d’ouverture des Nations Unies de cette année.

Un de mes amis à Chongqing m’a dit que dès que le discours a été prononcé, il a été immédiatement traduit dans tous les dialectes parlés en Chine, imprimé sous forme de livre, enveloppé et distribué en moins d’un mois par la poste à chaque foyer dans cet immense pays. J’ai été très surpris par le niveau de clarification : à chaque maison, que le gouvernement apporte, et je lui ai demandé s’il pouvait m’en envoyer une copie.

Le voilà, il m’est parvenu par la poste. Une copie de 197 pages imprimée en anglais, première qualité.

Cette semaine, Xi a souligné l’importance de la « direction » du Parti communiste dans un discours célébrant le 40e anniversaire de l’ouverture économique du pays. Le Président a souligné que la Chine continuera sur la voie de l’ouverture et du développement, mais en suivant son propre rythme. « Nous changerons de manière décisive ce qui peut être réformé et nous ne changerons pas de manière décisive ce qui ne peut pas l’être ». Une importance particulière a été accordée à la lutte contre la pollution.

« Dans un pays comme la Chine, avec 5000 ans d’histoire et une population de plus de 1,4 milliard d’habitants, aucun manuel ne peut être considéré comme une règle d’or et il n’y a aucun enseignant qui puisse donner des ordres au peuple », a-t-il dit.

Pour ma part, je reste attentif au processus de ce peuple admirable qui captive mon intérêt malgré la façon suspecte dont l’Occident traite les informations qui le concernent. Un peuple qui ne semble pas souffrir de la crise actuelle ni douter des options qui s’offrent à lui, mais qui est extrêmement occupé, désireux de construire l’avenir.

Catégories: Asie, Economie, Opinion
Tags: , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Mobilisations quotidiennes EN DIRECT à Santiago 09.12.19

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.