Paul Grüninger, le policier suisse dont la réputation a été restaurée après avoir été condamné pour avoir sauvé la vie de centaines de réfugiés

02.11.2018 - Anna Polo

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Italien, Allemand

Paul Grüninger, le policier suisse dont la réputation a été restaurée après avoir été condamné pour avoir sauvé la vie de centaines de réfugiés
Le Rhin à la frontière entre le canton de Saint-Gall et l'Autriche. (Image par Kecko, Wikimedia Commons)

L’arrestation récente de Mimmo Lucano, maire de Riace, pour « aide à l’immigration illégale » est un autre exemple du vieux dilemme entre droit et justice. Un dilemme au cœur de la tragédie grecque d’Antigone s’est posé à maintes reprises au cours de l’histoire, lorsque les individus ont dû choisir de suivre leur propre conscience. Cela peut impliquer la violation d’une loi jugée injuste et peut souvent avoir des conséquences extrêmement graves.

Il y a de nombreux exemples de personnes qui ont fait ce choix courageux. Depuis ceux qui ont caché et aidé des esclaves fugitifs aux États-Unis jusqu’à ceux qui ont aidé le peuple juif avant et pendant la Deuxième Guerre mondiale. L’un de ces héros mérite qu’on s’en souvienne : Paul Grüninger, un policier du canton de Saint-Gallen, en Suisse neutre, a aidé des centaines de personnes à traverser la frontière avec l’Autriche.

Après l’annexion de l’Autriche par le Troisième Reich en 1938, une vague croissante de réfugiés a tenté d’entrer en Suisse. Grüninger a fait campagne pour que le pays ouvre ses frontières, arguant qu’il était « inacceptable de renvoyer des réfugiés, pour des raisons humaines sinon pour d’autres raisons » et que « beaucoup devaient être reçus ». Toutefois, la Confédération suisse a décidé de leur refuser l’entrée dans le pays, une décision avec laquelle Grüninger n’était pas d’accord. Ignorant la loi, il a permis à un grand nombre de personnes d’échapper à la persécution et à la mort qui auraient été leur sort en Autriche.

Ses actions ont également eu de graves répercussions sur sa famille. En 1939, une enquête a été ouverte contre lui, suivie d’une procédure pénale. Il a ensuite été suspendu de ses fonctions, licencié et destitué de la police, perdant ainsi son droit à une pension. En 1940, il a même été contraint de payer une amende de 300 francs pour violation du secret professionnel et falsification de documents. Il a vécu et est mort dans la pauvreté et pendant des années, sa fille a été qualifiée de « fille du traître » et a eu du mal à trouver du travail. Malgré cela, Grüninger a toujours soutenu que, si une telle situation s’était répétée, il n’aurait pas eu un comportement différent.

Avant et après sa mort (1972), de nombreuses tentatives ont été faites pour réhabiliter sa réputation, toutes rejetées par le gouvernement de Saint-Gall. Son dossier a finalement été rouvert après la campagne de l’association « Justice pour Paul Grüninger ». En 1995, le même tribunal de Saint-Gall qui l’a condamné a annulé toutes les accusations. Plus tard, il a été ajouté à la liste des Justes parmi les Nations par Israël.

Il y a des parallèles frappants entre ce que Grüninger a dit après avoir été condamné et les paroles de Mimmo Lucano lors d’une manifestation de soutien tenue la semaine dernière à Riace. « Je n’ai pas honte du verdict du tribunal », a déclaré Grüninger. « Au contraire, je suis fier d’avoir sauvé la vie de centaines de personnes opprimées. L’aide que j’ai apportée au peuple juif était enracinée dans ma conception d’être chrétien… Il est fondamental de sauver les vies humaines menacées par la mort. Alors, comment aurait-il pu prendre au sérieux les règles bureaucratiques et les « considérations » ? Il est vrai que j’ai sciemment franchi les limites de mon autorité et, de mes propres mains, falsifié documents et certificats. Cependant, je l’ai fait dans le seul but de permettre aux persécutés d’entrer dans ce pays. Comparé au sort cruel de ces milliers [de Juifs persécutés], mon propre bien-être était si insignifiant, et si peu important, que je ne le prenais même pas en compte. »

Des exemples comme ceux de Mimmo Lucano et Paul Grüninger aident à éclairer les temps sombres dans lesquels nous vivons et nous rappellent que, même dans les situations les plus dramatiques, les êtres humains sont encore capables d’actes de générosité et de solidarité.

Catégories: Droits humains, Europe
Tags: , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


vidéo 10 ans de Pressenza

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.