Forum de Madrid sur la violence urbaine : le dialogue comme solution

07.11.2018 - Madrid - Natale Salvo

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Italien, Allemand

Forum de Madrid sur la violence urbaine : le dialogue comme solution

La philosophie Ubuntu, un concept dérivé d’une langue africaine. La présentatrice Helena Diez-Fuente a inauguré le deuxième Forum mondial sur la violence urbaine, qui a lieu à Madrid entre le 5-8 novembre, en rappelant dans ce mode de pensée et de vie, alternatif au capitalisme, l’existence d’un individu est liée aux autres, à sa communauté, à son entourage.

La cérémonie d’ouverture, cependant, semble être une opportunité et est pleine de stéréotypes ; il peut être juste et naturel de faire ressentir au public ce qu’il a envie d’entendre.

Différentes, cependant, sont les émotions que nous ressentons quand nous écoutons les activités concrètes qui se déroulent dans les quartiers de Madrid, parmi les vrais pauvres, avec le projet Mosaic proposé par le théâtre social « La roue » dont je vous parle ci-dessous.

Cependant, il est également correct de dire ce que j’ai entendu dans la grande salle du centre culturel de Matadero devant de nombreuses caméras et plus de six cents spectateurs.

Forum Madrid : la cérémonie d’ouverture

Le thème principal de plusieurs des interventions d’ouverture s’articule autour du mot-clé « décentraliser ». Le terme utilisé par la Maire de Bucarest, Gabriela Firea ; par le Belge Patrick Keuleers, fonctionnaire du Programme des Nations Unies pour le développement, qui a soutenu l’existence d’une « relation entre paix et participation » et ; enfin, par l’ancien Directeur général de l’UNESCO, Federico Mayor Zagagoza, qui, plus explicitement encore, a appelé à « impliquer des citoyens qui sont plus spectateurs que acteurs » et, dans ce sens, « éduquer gouvernements et décideurs ». La dénonciation publique de Mpho Franklyn Parks Tau, ancien maire de Johannesburg, était importante pour moi : « Les gouvernements locaux ne doivent pas se limiter à gérer les conséquences de la violence ». Widet Bouchmaoui, lauréate tunisienne du prix Nobel de la paix 2015, a déclaré que « le dialogue peut sortir de la crise et résoudre les conflits ».

Forum de Madrid : Débat en plénière sur l’aporophobie

Forum Madrid su Aparofobia

Emilio Martínez, professeur d’éthique à l’Université de Murcie ; Carlos Giménez, de l’Institut Demos Paz, le député du parti populaire Javier Moliner Gargallo et Sara Giménez, activiste de la Gypsy Secretariat Foundation, ont parlé de l’aporophobie, la peur des pauvres, à l’auditorium. Ici aussi, il a semblé insignifiant d’entendre un député de droite espagnol dire que « chacun doit avoir sa chance » ou garantir « le respect de l’être humain », d’où qu’il vienne. Le professeur Martinez a soutenu qu' »une mauvaise éducation, en restant ignorant, contribue à créer de faux préjugés et l’idéologie de la suprématie » de quelqu’un sur les autres.

La plainte de Carlos Giménez est plus spécifique : « Le populisme a besoin de se fabriquer des ennemis, d’exclure quelqu’un », « la politique a besoin de racisme, de xénophobie ». Le professeur Martinez a également convenu que le populisme est « un danger réel« . La condamnation de Sara Giménez à cet égard était claire : « Certains discours ne doivent pas être autorisés ! »

Carlos Giménez a cependant admis que « beaucoup de personnes sont aveugles parce qu’elles souffrent ». Emilio Martínez a conclu en invitant au « dialogue socratique-maïeutique, [N.d.R. Pour résoudre les conflits] » et en blâmant le concept romain de « do tu des », de bénéfice direct, qui est celui de notre société.

Forum de Madrid : La capitale expérimente le théâtre communautaire dans ses quartiers

Proyecto Mosaicos al Forum de Madrid

Projet Mosaicos au Forum de Madrid « Violence et coexistence dans les quartiers » a été le thème finalement proposé par « La Rueda ».

Le projet de ce théâtre social expérimenté dans cinq quartiers de Madrid est né en Argentine et est offert comme une contribution à la lutte contre la violence structurelle qui existe dans les villes. Le thème du travail théâtral communautaire est la vie en commun, le sentiment d’appartenance à une communauté et le fait de donner une identité à son propre quartier.

Le projet a commencé par l’identification des associations et collectifs qui opèrent dans les quartiers et la connaissance de ces mêmes personnes qui habitent dans la rue. Il rassemble les histoires de la vie quotidienne du quartier et, avec une méthode spontanée, il représente les émotions, libérant les gens de la pression des expériences traumatisantes vécues (effet catharsis), même en les transformant, mais faisant aussi que les habitants soient des protagonistes , leur inspirant confiance.

L’activité proposée aux participants à la rencontre au sein du Forum a été de faire vivre une expérience et a fait revivre, concrètement, une rencontre typique de quartier. Quelque chose qui n’a rien à voir avec le théâtre traditionnel.

Il est possible, si vous le souhaitez, d’approfondir sur le site du projet Mosaïques et celui de La Rueda, ou simplement de visionner la vidéo suivante projetée lors de la rencontre.


L’auteur s’excuse si une déclaration ne reflète pas ce que les orateurs ont dit dans leur langue maternelle. Cependant, il a fait de son mieux pour essayer de comprendre la traduction simultanée en français ainsi que les interventions en espagnol.

Catégories: Europe, Nonviolence, Video
Tags: , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.