Elly Schlein : il faut du travail politique, social et culturel pour combattre la haine et l’intolérance

06.11.2018 - Anna Polo

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Italien, Grec

Elly Schlein : il faut du travail politique, social et culturel pour combattre la haine et l’intolérance

Politiques migratoires, forces nationalistes et xénophobes, mise en réseau des forces politiques progressistes et de la société civile, opposition à la haine et à l’intolérance, puis la valeur de la nonviolence. Nous en avons discuté avec Elly Schlein, députée européenne pour « Possibile » et rapporteur pour son groupe S&d (Alliance progressiste des socialistes et démocrates) pour la réforme du règlement de Dublin.

Les déclarations de la récente rencontre entre Salvini et Orban suggèrent que de la controverse sur une Europe qui ne peut pas accueillir des immigrants, nous nous dirigeons vers une position australienne plus dure, à savoir « arrêter l’immigration à tout prix ». Qu’en pensez-vous ? Une réforme du règlement de Dublin est-elle encore possible ?

La position de rejet des immigrés par les pays de Visegrad (Pologne, République tchèque, Slovaquie et Hongrie) n’est pas nouvelle et est le seul point sur lequel nous pouvons souder cet axe paradoxal de Salvini-Orban. C’est un projet instrumental et tout cela aux dépens de l’Italie, sacrifiant les intérêts du pays sur l’autel d’une alliance avec des forces nationalistes qui veulent résoudre des problèmes et des défis globaux et complexes en retournant dans le passé, aux frontières nationales. Il est donc vraiment absurde de chercher des alliances avec ceux qui, comme la Hongrie, n’ont pas fait une seule re-localisation d’immigrants.

Le modèle australien, outre qu’il n’est pas civilisé, ne s’applique pas à une région comme la Méditerranée, proche de nombreux scénarios de guerre et de l’externalisation des frontières, comme cela a été fait avec la Turquie et comme il voudrait se faire avec plusieurs pays africains, cela se traduit par une violation accrue des droits humains et de nouvelles routes, toujours plus dangereuses, vers l’Italie et la Grèce.

Une réforme du règlement de Dublin serait encore possible : le vote à la majorité qualifiée des pays européens les plus grands et les plus peuplés suffirait, sans avoir besoin de l’unanimité, et la reconnaissance que seule la coopération et la solidarité peuvent résoudre une question comme celle des immigrants. Un autre point fondamental est de comprendre que l’inertie des gouvernements européens, en premier lieu des gouvernements allemand et français, a permis et a favorisé une avancée xénophobe et nationaliste et que les politiques de droite menées par les gouvernements en théorie de centre-gauche ont fini par renforcer la droite elle-même.

Les forces de droite et populistes ont su comprendre l’insécurité et la peur de l’avenir de tant de personnes, en réalité crées par des coupes systématiques dans la santé, les retraites, l’éducation et le travail, alors qu’il y a, de plus en plus de précarité, ils se sont présentés comme les défenseurs des Italiens ignorés par une gauche distante et indifférente et de mettre tout sur le dos des immigrants : Comment faire reculer ce discours et sortir de la division toxique entre « nous » et « eux » ?

Le jeu de l’utilisation de l’étranger comme bouc émissaire pour tous les maux est ancien et a été expérimenté de première main par les Italiens, qui ont été identifiés comme criminels quand ils ont émigré. C’est aussi une « arme de distraction de masses » qu’il faut dénoncer, utilisée pour masquer l’absence de réponses réelles à des problèmes sociaux tels que la pauvreté et les inégalités, qui ne cessent de croître, alors que la richesse est de plus en plus concentrée dans quelques mains. « D’abord les Italiens » est un faux slogan qui cache l’absence de mesures réelles pour frapper les véritables responsables de cette situation, par exemple, les multinationales et les fraudeurs fiscaux.

Pour démanteler ce récit, il faut tout d’abord une « véritable opération » sur les migrants : L’Italie est le pays où la perception de sa présence est plus déformée que les données réelles. En outre, des mesures concrètes doivent être prises à court terme : la réforme du règlement de Dublin (voté en novembre 2017 au Parlement européen à la majorité des deux tiers pour supprimer le critère hypocrite de l’obligation de demander l’asile dans le premier pays d’accès et le remplacer par un mécanisme de réinstallation obligatoire et automatique, afin que tous les pays européens puissent faire leur part), qui a échoué lors du Conseil européen de fin juin, la création de routes légales et sécurisées pour tous les pays européens et pour tous les migrants sans distinction absurde entre migrants économiques et réfugiés de guerre. En Italie, cela signifie l’annulation de la loi Bossi-Fini, qui, dans la pratique, a empêché toute forme d’entrée légale dans le pays. Et ensuite renforcer le modèle d’accueil généralisé du SPRAR, impliquant les autorités locales, en laissant la logique de l’urgence et en recherchant une plus grande transparence. Un autre niveau d’intervention pour apaiser la guerre entre les pauvres est la lutte contre les inégalités, la pauvreté et l’exploitation, et cela pour tous, sans distinction. J’étais récemment en Ouganda et j’ai pu voir comment ce modèle était appliqué, avec des interventions ciblant aussi bien les Ougandais que les réfugiés. Et enfin, arrêtez cette guerre infâme contre les ONG, qui n’a fait que compenser l’absence d’une véritable mission européenne de recherche et de sauvetage en mer.

Bien sûr, nous devons également parler de questions plus larges, comme une politique étrangère différente, qui exclut la vente d’armes à des pays en conflit ou connus pour avoir violé les droits de l’homme.

Comment voyez-vous la manière de s’opposer au climat de haine, d’intolérance et de violence alimenté par Salvini et ses alliés européens et de présenter des propositions politiques alternatives ? comment pouvons-nous mettre en réseau la société civile avec des forces politiques progressistes et trouver des moyens de nous soutenir mutuellement, au niveau national et international ?

En fait, les forces nationalistes et xénophobes ont réussi à s’unir et à former un front uni, alors que, d’autre part, il y a un manque de force égale [pour s’opposer]. Nous avons besoin d’un front progressiste et écologique tant au niveau européen qu’au niveau italien, qui n’est ni avec la classe dirigeante qui a produit cette situation, ni avec les souverains. Le seul effet positif de cette dérive alarmante est peut-être que de plus en plus de gens ressentent le besoin de réagir et de bouger. Un exemple est celui de la solidarité européenne, la mobilisation du 27 juin de 170 villes européennes pour demander aux gouvernements de faire leur part dans l’accueil, de modifier le règlement de Dublin et d’ouvrir des voies légales et sûres d’accès à l’Union.

Il faut s’opposer aux égoïsmes nationaux et, du côté des partis, reconnecter humblement les fils de la connexion avec la société civile, se mettre à la disposition des forces sociales sans prétendre les conduire et essayer de les accompagner. Quiconque ressent le besoin de manifester doit le faire en utilisant de nombreuses formes différentes, et pas seulement des mobilisations, en retournant participer activement aux partis et aux associations. Ce n’est pas seulement un travail politique et social, c’est aussi un travail culturel.

A l’heure où la violence se répand sous toutes ses formes, quelle valeur la nonviolence a-t-elle pour vous ?

Pour moi, la nonviolence a une valeur fondamentale car « elle ne se démode jamais », comme la paix. Face à la brutalité de la propagande qui utilise la haine envers les étrangers et favorise les nombreux épisodes de violence physique qui se sont produits ces derniers temps, il est essentiel de ne pas tomber dans un piège en donnant des réponses tout aussi violentes. Aujourd’hui, quiconque fait preuve de solidarité et défend les droits de tous est attaqué, tandis que ceux qui se remplissent la bouche du mot « sécurité » ne répondent pas aux craintes et à l’insécurité pour l’avenir, rendant la société moins sûre en pratique. La nonviolence agit exactement dans la direction opposée et rend possible une société meilleure et plus sûre pour tous.

Bref, je crois qu’aujourd’hui, plus que jamais, nous devons retrousser nos manches et, comme le disait Gandhi, être le changement que nous voulons voir dans le monde.

Catégories: Droits humains, Europe, Interviews
Tags: , , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Mobilisations quotidiennes EN DIRECT à Santiago 12.12.19

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.