Ch. Koulouri : la réconciliation entre les peuples ne peut être réalisée ni par le silence ni par les distorsions

16.11.2018 - Grèce - Marianella Kloka

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Italien, Grec

Ch. Koulouri : la réconciliation entre les peuples ne peut être réalisée ni par le silence ni par les distorsions
(Crédit image : Pressenza)

Comment enseigne-t-on l’histoire de la guerre dans l’après-guerre ?

La réconciliation est-elle impossible ?

Lors de l’événement de deux jours, les 9 et 10 novembre, intitulé  » Clio va à l’école « , organisé par le Groupe pour l’enseignement de l’histoire en Grèce, j’ai eu l’occasion de suivre la contribution de Christina Koulouri, professeur d’histoire moderne et contemporaine à l’Université Panteion. Elle a présenté un matériel pédagogique commun qui vise à aider l’enseignement de l’histoire dans tous les pays des Balkans, efforts qui ont commencé lorsque les guerres en Yougoslavie ont pris fin, à une époque où les souvenirs de guerre étaient très frais, et le résultat a été achevé et publié en 2016.

Ch. Koulouri a commencé sa présentation avec les mots suivants : « Nous vivons en temps de paix, mais l’enseignement de l’histoire tourne autour des guerres. Certains événements sont très lointains, comme les guerres des Balkans, mais d’autres sont plus proches de nous, comme notre guerre civile. L’expérience martiale dans toutes ses versions laisse des signes profonds dans les sociétés, qui se transmettent de génération en génération. La mémoire de la guerre est le principe organisationnel autour duquel se forment de nombreuses identités collectives. Dans le cas des Balkans, c’est encore plus puissant. Quand on parle historiquement du XXe siècle, on parle de guerres. Nous partons des Balkans, nous allons à la Première Guerre mondiale, puis à l’Entre-deux-guerres, à la Seconde Guerre mondiale, à la Guerre froide, etc. »

Une centaine d’historiens qui enseignent à des niveaux de scolarité différents et venant de pays « hostiles » ou rivaux se sont assis à la même table, ils ont parlé et fini par raconter le passé commun. Le résultat de leur travail a été traduit en 9 langues, également en grec, et est disponible gratuitement sur Internet. Il contient des collections de sources de tous les pays des Balkans, couvre tous les chapitres de l’enseignement de l’histoire commune et constitue un manuel que les enseignants peuvent utiliser dans tous les pays des Balkans.

« Est-il possible de dépasser la narration ethnocentrique ? Comment enseigner les événements conflictuels et controversés dans des sociétés qui viennent de connaître des guerres sanglantes, des génocides, des massacres et des déplacements ? » a dit Mme. Koulouri. Nous entendons généralement dire que ce n’est pas possible et qu’il faut s’éloigner des faits pour avoir la tranquillité d’esprit dont nous avons besoin pour négocier, ou que le silence est préférable.

Et elle poursuit : « L’histoire crée l’identité. Ceci ne peut être ignoré ou contredit. La question est de savoir ce que l’identité façonne, comment l’enseigner pour construire un citoyen moderne. Les guerres sont interprétées dans l’enseignement comme faisant partie d’un récit ethnocentrique. Ces approches ethnocentriques sont pratiquées par toutes les sociétés, notre pays ne fait pas exception. Les expériences traumatisantes des guerres stigmatisent le présent et créent des souvenirs partagés. Principalement du côté des victimes, nous entendons parler du « devoir de mémoire », nous devons nous rappeler pourquoi nous reconnaissons la douleur et l’expérience traumatique des victimes de cette façon. Ainsi, dans la sphère publique, des « guerres de mémoire » sont menées et il y a un abus politique du passé et de l’histoire par les gouvernements et les partis ».

Le rôle de l’école et le manuel scolaire

« Le manuel scolaire est traité comme un ‘évangile’ qui doit contenir la « vérité ultime », de sorte que ses auteurs sont aussi la cible d’attaques et de critiques. L’école peut contribuer à la reproduction du conflit si elle cache les côtés sombres du passé et favorise une interprétation unilatérale des événements. Il y a une expérience qui a été discutée sur le rôle de l’école entre deux guerres, si elle cultivait essentiellement la haine envers son prochain. L’autre aspect est de savoir si l’enseignement de l’histoire peut, en parlant de conflits, contribuer à la réconciliation. Avancerons-nous dans la réconciliation, et alors l’histoire de l’enseignement sera-t-elle réorganisée ? ou utiliserons-nous l’enseignement de l’histoire pour arriver à la réconciliation ? «  a demandé Mme Koulouri.

Quelques dilemmes et l’exemple d’une approche commune de la guerre en Yougoslavie

Le premier dilemme concerne la relation entre les victimes et les auteurs des violences : faut-il pardonner aux auteurs afin de parvenir à la réconciliation, ou la justice est-elle plus importante ?

Les nouvelles générations devraient-elles apprendre à connaître leur passé et se réconcilier avec ce que leurs parents, grands-mères et grands-pères ont fait ?

Faut-il se souvenir ou oublier les événements traumatisants de l’enseignement de l’histoire ?

Prenant l’exemple de la guerre en Yougoslavie, Ch. Koulouri a expliqué comment ce thème a été abordée dans la tentative conjointe de centaines d’historiens de tous les pays des Balkans. D’un côté, les guerres, les batailles, le « réel », comme les historiens appellent les événements historiques. Mais d’autre part, l’expérience humaine, la façon dont les sociétés ont vécu la guerre, en particulier les enfants, la face sombre de la guerre, c’est-à-dire les réfugiés partout, le nettoyage ethnique, la destruction des monuments et des lieux de culte, les mouvements anti-guerre de l’époque.

Elle a conclu en disant :  » Nous devons incorporer les aspects mentionnés ci-dessus dans le récit hégémonique de l’histoire, c’est-à-dire, changer le récit des conflits. C’est une stratégie nécessaire dans la pensée historique pour surmonter l’ethnocentrisme et reconnaître la diversité. En ce qui concerne la mémoire, le choix n’est pas entre se souvenir ou oublier, entre la mémoire ou l’oubli, car l’oubli n’est pas quelque chose que nous pouvons choisir. Le choix réside dans les différentes façons de se souvenir. La réconciliation ne peut être réalisée ni par le silence, ni par des distorsions. La mémoire est vivante, même sous le voile du silence, surtout lorsqu’il y a eu un passé violent récent. L’éducation à l’histoire doit entreprendre la tâche difficile d’enseigner les guerres et les conflits pour apprendre aux nouvelles générations à faire face à leur sombre passé. L’enseignement de l’histoire ne peut être efficace et convaincant que s’il intègre des expériences traumatisantes et répond à des expériences du conflit « .

Catégories: Education, Relations internationales
Tags: , , , , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


vidéo 10 ans de Pressenza

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.