Des raisons pour le désarmement ? Toutes !

07.10.2018 - Juana Pérez Montero

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Grec

Des raisons pour le désarmement ? Toutes !
(Crédit image : Pixabay)

Les armes n’ont jamais vraiment servi à faire avancer l’être humain. Elles ont toujours été utilisées au profit de quelques-uns au prix de la vie, de la douleur et de la souffrance de la grande majorité. Et les victoires – s’il y en a – sont toujours éphémères parce qu’elles portent dans leur essence la vengeance des perdants, dans une chaîne de violence qui ne trouve pas de fin.

Le développement des armes comme forme de survie pourrait se comprendre il y a des milliers d’années, ce qui ne veut certainement pas dire et ne justifie pas que le « choix » de cette voie par l’humanité ne soit pas une grosse erreur, que nous payons encore et dont nous ne sommes pas sortis, étant arrivés aujourd’hui, où la survie de l’espèce et de la planète entière est en péril.

La course aux armements que nous vivons et qui nous ramène aux pires moments de ce que l’on a appelé la ‘guerre froide’, s’accompagne de campagnes de sensibilisation qui se renforcent même dans les écoles, nourrissant une image idéale – associée aux loisirs – sur le « bénéfice » des armes.  Nous le voyons dans quelques anciens pays d’Europe de l’Est ou en Angleterre ces derniers temps. Ces campagnes de sensibilisation s’accompagnent de la construction imaginaire d' »ennemis » : pays comme la Russie, l’Iran, la Corée du Nord… (pays qui ne s’inclinent pas), groupes humains comme les réfugiés, migrants (déplacés par les catastrophes que l’industrie de l’armement elle-même produit), etc., augmentant d’autres types de violence comme la faim, le racisme, la xénophobie, la discrimination sur la base des convictions religieuses, etc. qui alimentent l’engrenage des violences dans une course folle.

Il est alarmant de voir l’augmentation des dépenses militaires dans le monde entier[1] : les Etats-Unis[2] en tête et leur politique d’utilisation de la force et la menace, politique qu’ils imposent et que leurs partenaires de l’OTAN acceptent ; certains gouvernements, comme celui de la Colombie[3], modifiant sensiblement la carte géo-militaire de la région, ou le Japon[4], exemple le plus évident de barbarie à laquelle nous avons pu assister et qui s’estompe sous les pressions de Trump en multipliant la tension dans une des régions les plus chaudes du globe.

Cette « pièce de monnaie » des dépenses militaires dont la taille augmente chaque jour, a deux faces, toutes deux négatives.  L’autre côté est le côté des dommages collatéraux, parlant en termes de guerre.  Si le budget d’un pays augmente les dépenses militaires, les droits sont systématiquement réduits et le budget est réduit dans les politiques sociales (éducation, santé, pensions là où elles existent, recherche, etc.).

Les exemples clairs abondent.  En Espagne, au cours de ce qu’ils ont appelé de manière trompeuse la « crise », les gouvernements au pouvoir ont réduit l’éducation, les soins de santé, les retraites publiques… tout en maintenant leurs engagements envers l’industrie de l’armement et en augmentant le budget militaire[5] ; la Grèce de Txipras a trahi la volonté du peuple, sur les traces des gouvernements précédents, et a livré son peuple aux pieds des intérêts des banques d’Europe centrale, sans se soucier de réduire les salaires, les droits du travail, la santé, l’éducation, les pensions publiques… tout en achetant paradoxalement du matériel militaire[6].

Ces exemples concernent de cas scandaleux qui se trouvent dans tous les médias, clairement parce qu’ils appartiennent au « nord » de la planète.  Mais, si nous savons cela de la vieille Europe ou des USA, que se passe-t-il et rien est dit en toute l’Afrique ou une grande partie de l’Asie, des régions avec de grandes ressources naturelles, dont la population vit dans l’extrême pauvreté à cause de guerres qu’ils n’ont pas choisies et qui les maintiennent « occupés » pendant que toutes leurs ressources sont volées ?

Là où on investit en armes, augmente la violence sous toutes ses formes (physique, économique, psychologique, morale, raciale, religieuse, sexuelle…) : les inégalités sociales, les famines, le changement climatique, les déplacements forcés de populations, etc. augmentent.

Il est également très clair de voir comment cette course aux armements accompagne le processus de concentration des richesses[7]. Les affaires de guerre sont les plus importantes au monde, ne l’oublions pas.

Survie de l’humanité

Quoi qu’il en soit, il n’y a pas aujourd’hui de situation qui justifient les armes et les guerres si l’on parle de survie et de défense des intérêts de l’humanité tout entière, comme nous l’avons dit au début de cet article.  Aujourd’hui, il y a suffisamment de richesses accumulées dans tous les domaines, grâce au travail de milliers de générations, pour que toute l’humanité puisse vivre dans des conditions de vie dignes.  Et cette richesse, qui a été générée par tous, par la justice sociale, doit donc revenir à tous.  Et nous avons tous les moyens pour que la richesse soit partagée.

Pourquoi disons-nous que la richesse doit revenir à tous et comment pourrions-nous le faire ?  Sans qu’il soit nécessaire d’écrire une histoire toujours pleine d’injustices perfides, prenons un exemple d’actualité et autour duquel il y a des conflits armés.  Nous savons que dans le nord de la planète, il y a de plus grands progrès scientifiques et technologiques et dans le sud, il y a des éléments comme le coltan, qui est si essentiel pour les appareils électroniques, afin que ces progrès technologiques dans le nord puissent être réalisés… Quelle position sage ou morale et qui ouvre l’avenir de chacun justifie que l’on continue à verser le sang de millions de personnes pour leur enlever ces ressources et les empêcher de profiter de ces avancées ?

Imaginons un instant combien d’énergie dans tous les domaines l’humanité tout entière pourrait gagner si, au lieu de promouvoir la confrontation, nous renoncions à la guerre comme solution aux conflits (voir l’exemple de la Constitution de Bolivie 2009, dans son article 10.1[8]), si nous travaillons sur des politiques de rapprochement et de coopération, si nous investissons dans l’éducation gratuite, dans la santé universelle, dans la nourriture et le logement pour tous, si une éducation et une culture se développent pour désamorcer la violence interne et éliminer toute violence extérieure… Nous serions confrontés à l’augmentation exponentielle de la santé physique et psychologique des populations, devant un être humain qui aurait une foi profonde en son avenir, nous mettrions la condition pour que les différentes formes de violence ne trouvent pas d’engrais dans les consciences individuelles et collectives.

Si toutes les ressources détournées vers la course aux armements étaient utilisées en fonction de la vie et de la libération de l’être humain, nous aurions la terre pour passer à une autre étape de l’histoire, nous pourrions passer à construire et raconter la véritable histoire humaine, comme le disait le penseur latino-américain Mario Rodriguez (Silo)[9].

Ainsi, nous ne trouvons aucune raison de continuer à alimenter la violence et l’industrie de l’armement, alors nous disons haut et fort : « Des raisons pour le désarmement ? Toutes !

 

Juana Pérez, periodista y narradora de documentales, es editora y redactora de Pressenza para España, y activista humanista.

Cet article a été initialement publié dans la Revue América Latina en Movimiento : Paz y NoViolencia: Rebeldía a un sistema violento, 17/09/2018
Catégories: International, Opinion, Paix et Désarmement
Tags: , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


vidéo 10 ans de Pressenza

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.