Espagne : Pourquoi un pays qui a interdit les armes biologiques et chimiques n’interdirait-il pas les armes nucléaires ?

04.07.2018 - Madrid, Espagne - Tony Robinson

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Italien, Grec

Espagne : Pourquoi un pays qui a interdit les armes biologiques et chimiques n’interdirait-il pas les armes nucléaires ?

C’est la question posée la semaine du 26 juin 2018 à Madrid par Beatrice Fihn, directrice exécutive de l’ICAN, aux parlementaires, maires, diplomates, étudiants et militants de diverses organisations de la société civile, pendant deux jours d’activités dans la capitale espagnole, pour encourager le soutien au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires à tous les niveaux de gouvernement et pour sensibiliser le public aux risques et dangers des armes nucléaires.

A l’invitation de Pedro Arrojo, militant écologiste et député espagnol, et des militants des organisations Monde sans Guerres et sans Violence et de la Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté ( LIFPL ou WILPF), Fihn est venu recueillir officiellement le soutien de 91 membres du Congrès de six groupes parlementaires différents pour la promesse parlementaire de l’ICAN de « travailler pour la signature et la ratification de ce traité historique…, puisque nous considérons l’abolition des armes nucléaires comme un bien public mondial du premier ordre et une étape essentielle pour promouvoir la sécurité et le bien-être de tous les peuples « .

Au cours de la conférence de presse où les signatures ont été présentées, Pablo Bustinduy, coordinateur du Secrétariat international de Podemos, a qualifié cet engagement comme une invitation à « contester l’idée que la meilleure chose que l’Espagne puisse faire dans ses relations internationales est d’assumer une position subordonnée, sous réserve des mandats de l’OTAN et des Etats-Unis ». Il a ajouté que « l’Espagne a devant elle une formidable opportunité d’assumer le rôle qui lui revient dans la sphère géopolitique. L’Espagne a une capacité d’influence, d’action, d’intervention et de leadership dans les relations internationales qu’il est plus que jamais nécessaire de mettre au service de la démocratie, des droits humains et du droit international. Il a conclu en disant : « Nous avons deux ans de ce Parlement devant nous pour développer une stratégie, par tous les moyens possibles et dans un esprit de paix, jusqu’à ce que l’Espagne signe et ratifie ce traité ».

Après la réunion très cordiale du Congrès au cours de laquelle des idées ont été échangées sur la manière de créer une majorité politique capable de prendre les mesures nécessaires pour que l’Espagne signe et ratifie le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires sans transgresser ses obligations envers l’OTAN, les actes ont été transférés à l’Université Complutense de Madrid, où Beatrice Fihn a donné une conférence à 200 personnes après les mots de bienvenue de Carlos Andradas Heranz, Recteur de l’Université, Manuela Mesa de LIMPAL et Federico Mayor Zaragoza, ancien Directeur général de l’UNESCO.

Dans son discours, M. Fihn a déclaré que « les États de l’UE n’ont rien signé dans le Traité de l’Atlantique Nord qui concerne une doctrine d’instabilité nucléaire fondée sur la chance et le risque. Rien dans notre défense collective ne devrait nous forcer à utiliser des armes nucléaires contre des civils. C’est le contraire de la sécurité coopérative ».

Soulignant l’hypocrisie de soutenir certaines armes de destruction massive et pas d’autres, elle a ajouté : « Ni le peuple espagnol ni ses représentants au gouvernement ne considéreraient légitime de s’abstenir d’adhérer à l’interdiction des armes chimiques ou biologiques parce que les États-Unis voulaient maintenir un ‘parapluie de gaz moutarde’, ou si le Royaume-Uni et la France prévoyaient d’utiliser une version bio-conçue du ravageur pour la ‘dissuasion étendue’. L’Espagne ne restera pas silencieuse, puisque trois alliés de l’OTAN ont construit de nouvelles armes chimiques afin de faciliter leur utilisation. Mais c’est exactement ce que fait le gouvernement dans le cas des armes de destruction massive que l’un de ses inventeurs a appelé ‘le destructeur de mondes’ « .

La visite de Fihn s’est terminée jeudi 28 juin par une réunion à l’hôtel de ville de Madrid avec les organisateurs du 2e Forum mondial sur la violence urbaine et l’éducation pour la coexistence et la paix afin de voir comment promouvoir au mieux le Traité d’interdiction parmi les 500 maires du monde entier qui y participeront. Cela a été suivi d’une réunion avec Manuela Carmena, maire de Madrid, qui a promis de demander au conseil municipal de soutenir formellement le traité.

Catégories: Europe, Paix et Désarmement
Tags: , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


vidéo 10 ans de Pressenza

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.