Retour de la paix en Corée : comprenons pourquoi

06.05.2018 - David Swanson

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Retour de la paix en Corée : comprenons pourquoi

Par David Swanson

Lorsque la paix se manifeste et que les stocks des entreprises d’armement diminuent, nous devons faire plus que simplement applaudir. Nous devons éviter tout malentendu sur l’origine de la paix. Nous devons reconnaître les forces qui veulent la détruire. Nous devons travailler pour la pérenniser et l’étendre.

Il y a quelque chose de tordu dans la croyance que la principale cause de tension entre les États-Unis et la Corée du Nord est ce qui a réduit la tension là-bas. Sur le plan des relations personnelles, nous pouvons comprendre ceci. Si vous lancez des insultes et des menaces à quelqu’un de l’autre côté de la rue et que celui-ci vous rend la pareille, et ce jusqu’à ce qu’une tierce personne intervienne et propose de résoudre le conflit, vous ne pouvez pas proclamer que la personne après qui vous criiez a finalement cédé et se tait parce que vous avez crié assez fort. En fait, proclamer cela, c’est courir le risque que la dispute reprenne.

Appliquer la même compréhension à la Corée est difficile du fait de deux raisonnements véritablement absurdes mais largement répandus. Tout d’abord, il y a la croyance que parce que je suis un citoyen américain et non pas un tyran agressif et ne m’intéresse d’aucune façon à la Corée du Nord, et qu’il en est de même pour tous mes amis, alors la même chose doit être vraie pour le gouvernement américain. Cette erreur est aggravée par l’idée que l’histoire n’a pas d’importance et par le concept fou d’un « intérêt national » compris comme quelque chose que tout le monde dans une nation et son gouvernement partagent en commun. Si vous possédez des actions dans Lockheed Martin et que vous voulez la paix, vos intérêts ne concordent même pas avec vos propres intérêts, sans parler de ceux de John Bolton et de Bill Gates.

Deuxièmement, il y a la croyance que s’inquiéter de l’apocalypse nucléaire n’est plus à la mode, que cela date des années 1980. C’est ce que la télévision nous fait croire, alors que le risque a augmenté et que la compréhension du risque a changé, de sorte qu’en fait nous comprenons que moins d’armes nucléaires causeraient plus de dégâts que ce que la plupart des gens imaginaient dans les années 1980.

Si on donne leur importance à l’histoire et aux faits, alors nous devons prendre en compte les éléments suivants. Le gouvernement des États-Unis a divisé la Corée en deux. Le gouvernement des États-Unis a imposé une dictature brutale en Corée du Sud. Le dictateur sud-coréen des États-Unis a contribué à déclencher une guerre dans laquelle les États-Unis ont détruit la plupart des villes de Corée du Nord. Les États-Unis ont empêché la fin officielle de la guerre ou la réunification des deux Corées pendant plus d’un demi-siècle. Les États-Unis ont imposé des sanctions brutales au peuple nord-coréen pendant plus d’un demi-siècle. Les États-Unis ont menacé la Corée du Nord et militarisé la Corée du Sud, sur laquelle ils ont maintenu leur emprise militaire pendant plus d’un demi-siècle.

La Corée du Nord a négocié un accord de désarmement avec les États-Unis dans les années 1990 et, dans une large mesure, l’a respecté, mais les États-Unis ne l’ont pas fait. Les États-Unis ont qualifié la Corée du Nord de composante d’un axe du mal, ont détruit l’un des deux autres membres de cet axe et ont menacé de détruire le troisième membre depuis lors. Et depuis, la Corée du Nord a déclaré qu’elle renégocierait mais a construit les armes qui, selon elle, la protégeront. Elle a déclaré qu’elle renégocierait si les États-Unis s’engageaient à ne pas l’attaquer à nouveau, à cesser de déployer des missiles en Corée du Sud et à cesser les exercices militaires aériens à proximité de la Corée du Nord. Au lieu de mettre fin à ces comportements, les États-Unis ont intensifié les menaces, tandis que la Corée du Nord a fait de même.

Maintenant, un troisième acteur est intervenu : le gouvernement sud-coréen, avec une forte pression du peuple sud-coréen qui a écarté le gouvernement précédent qui refusait de tenir tête aux États-Unis – et avec une forte pression des militants pour la paix sud-coréens et nord-coréens (commençons à dire simplement coréens) et des militants pour la paix du monde entier. La Corée du Sud a accepté qu’il n’y ait plus de menace de guerre et de désarmer. Cela signifiera, si l’on y donne suite, plus d’exercice militaire, plus de tweet présidentiel guerrier, plus de construction de bases et d’installation d’armes – en fait, le retrait progressif des armes, des bases et des troupes qui y sont installées. (Nous pouvons bien sûr donner à chaque personne concernée un meilleur emploi mieux rémunéré dans des entreprises pacifiques, ce qui coûtera moins d’argent.)

Maintenant, si quelqu’un au sein du gouvernement américain veut s’attribuer le mérite de la paix, laissez-le faire. Que ce soit une chose positive pour la paix. La paix est extrêmement facile à décider quand vous contrôlez les instruments de la guerre, et nous devrions faire en sorte que ceux qui sont au pouvoir considèrent les avantages à tirer de ce choix. Mais si quelqu’un veut prétendre que la paix est le fruit de menaces et de sanctions, les choses mêmes qui ont créé le problème, il risque notre vie à tous. Et ceci n’est pas une exagération. C’est ce que signifie la guerre nucléaire, même une petite guerre nucléaire.

Et si la Corée du Nord se débarrasse de ses armes nucléaires et que les États-Unis l’attaquent, nous pourrons abandonner l’idée que n’importe quel petit pays n’abandonne jamais plus ses armes nucléaires, n’importe où sur Terre – et nous pourrons probablement oublier la Terre.

Les États-Unis ne feraient jamais une telle chose, diriez-vous, mais je vous encourage à demander aux Libyens, aux Irakiens, aux Afghans, aux Yéménites, aux Somaliens, aux Vietnamiens, à la plus grande partie de l’Amérique latine, aux Philippins, aux… bien, demandez juste aux autres 96%, n’importe lequel d’entre eux.

Lorsque les États-Unis ont conclu un accord nucléaire avec l’Iran, il s’agissait d’un accord selon lequel les États-Unis mettaient un terme à une menace de guerre immorale, illégale, désastreuse, catastrophique, irrationnelle et sadique – et bipartite – avec l’Iran. Ce n’était justifié par rien d’autre, même si il n’y a jamais d’inconvénient à des restrictions plus sévères sur les armes nucléaires, qui devraient être appliquées à l’échelle mondiale, et pas seulement à l’Iran.

Selon Gallup (*), la plupart des nations consultées considèrent les États-Unis comme la plus grande menace pour la paix sur Terre. Certainement, le peuple de Corée (de toute la Corée) comprend cela. Le peuple des États-Unis doit aussi le comprendre.

Si les employés du gouvernement américain prêtaient le serment d’Hippocrate, les États-Unis retireraient immédiatement leurs missiles, leur armée et leur nez de la péninsule coréenne et laisseraient la paix s’instaurer.

 

(*) Société américaine spécialisée dans les sondages d’opinion

Catégories: Asie, Opinion, Paix et Désarmement
Tags: , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


vidéo 10 ans de Pressenza

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.