Syrie : tout faux, comme par le passé

16.04.2018 - David Swanson

Cet article est aussi disponible en: Anglais

Syrie : tout faux, comme par le passé

Dans un parc, aujourd’hui, j’ai vu un adolescent regarder deux petits enfants, dont l’un a apparemment volé un bonbon à l’autre. L’adolescent s’est précipité vers eux, a réprimandé l’un des deux, et a volé les deux bicyclettes. J’ai senti que c’était maintenant à mon tour d’intervenir, et j’ai affronté le voleur de bicyclettes. « Excuse-moi, dis-je, qu’est-ce qui te fait croire que tu peux commettre un crime plus grave simplement parce que tu en as vu un plus petit ? Tu te prends pour qui ? » Il m’a regardé pendant un moment et m’a répondu : « l’armée américaine ».

Il n’y a pas de crime plus grand que la guerre. Il n’y a aucun moyen de la légaliser. Le pacte Kellogg-Briand l’interdit, et la charte des Nations Unies l’interdit, à quelques rares exceptions près que l’on ne trouve pas dans les guerres américaines des 17 dernières années. Un petit crime ne peut justifier un crime plus important. En 2002-2003, l’Irak aurait pu avoir toutes les armes sur lesquelles les faiseurs de guerre mentaient, ou il aurait pu ne pas les avoir. Cela n’a pas fait la moindre différence sur le plan juridique, moral ou autre dans la justification de la guerre.

Maintenant, la Syrie peut avoir utilisé des armes chimiques, ou peut ne pas les avoir utilisées. La question n’est ni inintéressante, ni amorale, ni sans importance, ni ennuyeuse, mais elle n’est absolument pas pertinente pour la question de la guerre.

Donc, oui, c’est une chose amusante de dire combien de fois ils ont menti et à quel point ils n’ont aucune preuve de leurs affirmations, et ainsi de suite. Mais faites-le en sachant bien qu’on se moque de vous, qu’on vous manipule pour vous faire admettre que s’ils peuvent ne jamais démontrer qu’un crime ait été commis, cela les autorisera à tuer un grand nombre de personnes et à risquer l’apocalypse mondiale.

Le problème n’est pas que Trump veut déclencher une guerre avant que les inspecteurs puissent déterminer si une guerre est justifiée. La guerre ne peut pas être justifiée. On ne peut pas justifier un massacre par le fait que quelqu’un d’autre ait commis un massacre avec le mauvais type d’arme. C’est un non-sens absurde.

Et si les Irakiens avaient vraiment sorti les bébés des couveuses au Koweït ? Et si les Vietnamiens avaient vraiment tiré sur les envahisseurs dans le Golfe du Tonkin ? Et si les Espagnols avaient vraiment fouillé au corps une femme ou fait sauter l’U.S.S. Maine ? Une fois que les médias vous ont fait débattre d’une question comme s’il s’agissait d’une demande de permis de tuer et tuer encore et encore, vous avez échoué dans la tâche de déceler le mensonge de la guerre. Le mensonge n’est pas la réponse. Le mensonge est la question.

Imaginez si à chaque fois que 12 personnes sont tuées avec une bombe ou des armes à feu, la « Communauté internationale » devait tuer les 20 000 personnes les plus proches avec du gaz toxique. Pourquoi l’inverse, si les premières personnes sont tuées avec des armes chimiques, est-il si acceptable ? Cela ne devrait pas l’être. Pour les va-t-en guerre, il n’est ni légal, ni moral, ni décent, ni suffisamment populaire de nous laisser voter avant de passer à l’action.

La menace de guerre de Trump – la menace elle-même – est une violation de la Charte des Nations Unies, laquelle, selon le Congrès, n’existe pas, mais que la Constitution des États-Unis rend loi suprême du pays avec tous les autres traités dont les États-Unis sont signataires.

Mais les membres du Congrès qui disent à Trump qu’il ne peut pas commettre le crime de poursuivre et intensifier l’une de ses nombreuses guerres sans le Congrès, sont obligés d’agir – et non « d’autoriser » le crime. Au contraire, ils doivent l’empêcher – et non pas attendre et sanctionner après coup. L’outil à leur disposition est la destitution. La liste des fautes susceptibles d’aboutir à la destitution ne manque pas.

Je sais qu’il y a des gens qui ne sont pas tombés dans le piège de la manipulation médiatique. Ce sont des gens qui ont lu La guerre est un mensonge.

 

Traduit de l’anglais par Jean-Marc Dunet

Catégories: Moyen Orient, Opinion, Paix et Désarmement, Politique
Tags: ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


Forum humaniste européen 2018

Présentation de Pressenza en vidéo

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.