Le changement arrive… et pas à coups de revolver

12.04.2018 - Pressenza London

Cet article est aussi disponible en: Anglais

Le changement arrive… et pas à coups de revolver

Des larmes coulent sur le visage d’Emma Gonzalez, étudiante de l’école Marjory Stoneman Douglas, alors qu’elle observe un silence de 6 minutes et 20 secondes durant son discours à la Marche pour Nos Vies, le 24 mars 2018 à Washington. Des centaines de milliers de manifestants, parmi lesquels des étudiants, des enseignants et des parents, se sont rassemblés à Washington pour une marche contre les armes à feu, organisée par les survivants de la fusillade survenue le 14 février dans l’école Marjory Stoneman Douglas, faisant 17 morts. Plus de 800 événements semblables se sont produits dans le monde, ayant pour thème la sécurité à l’école et la violence par armes à feu.

La force incontrôlée derrière le taux national de meurtres est la déshumanisation et comme ce mouvement grandit, il devra – il va – regarder droit dans les yeux la déshumanisation institutionnelle.

Par Robert C. Koehler pour Common Dreams

Les cris dus à la perte et à l’angoisse deviennent enfin publics. Un million de jeunes ont compris la vérité : « La moitié de ma classe de cinquième a été touchée par la violence par armes à feu. Mon propre frère a reçu un tir dans la tête. J’en ai assez que l’on me demande de me calmer et me taire. »

Les histoires se suivent, d’un orateur à l’autre. Nous avons marché pour nos vies samedi dernier. J’étais parmi ces milliers de personnes bravant un matin glacial à Chicago, pour participer à ce mouvement émergent, cette éruption de colère, d’espoir et de guérison. La violence aux Etats-Unis d’Amérique est hors de contrôle. Elle étend ses griffes autour des vies de ses enfants. C’est un symptôme terrifiant d’une société construite sur la peur, d’une structure politique dédiée à la guerre.

Quelque chose doit changer

La marche de Chicago était l’une des 800 marches organisées dans tous les Etats-Unis et dans le monde. A Washington, où 800.000 personnes se sont jointes à l’appel au changement, Emma Gonzalez — une étudiante de l’école Marjory Stoneman Douglas de Parkland, en Floride — a lu les noms des 17 personnes tuées par balles dans son école le mois dernier, puis a observé courageusement un silence de six minutes vingt secondes, correspondant à la durée de la fusillade.

De tels moments transcendent la rhétorique. La vie des gens a de l’importance. Leurs meurtres ne peuvent être réduits à des statistiques et oubliés. Les cris d’angoisse sur toute la planète, pour toutes ces vies futilement détruites, vont se répercuter tant que ce sera nécessaire : jusqu’à ce que les politiques de ce pays répondent à la volonté et à la souffrance de son peuple.

En ce moment, l’accent est mis sur un renforcement du contrôle des armes, comme l’interdiction de vente des fusils d’assaut. Et trois jours après la marche, l’ancien juge de la Cour Suprême John Paul Stevens (qui n’est pas un jeune homme) a publié une lettre ouverte dans le New York Times, appelant, mon Dieu, à la révocation du deuxième amendement, qu’il a désigné comme « une relique du 18ème siècle. »

Les marches, a-t-il écrit, « révèlent le vaste soutien du public à une législation minimisant le risque de tueries de masse d’élèves, ou d’autres personnes, dans notre société. »

J’ajouterai qu’elles sont l’indice de bien plus que d’un soutien du public, le public exige une société qui donne de la valeur à la vie. Ce n’est pas une demande simpliste, c’est furieusement complexe et cela pousse les politiques publiques bien au-delà du status quo selon lequel c’est très bien d’avoir un budget militaire de près de mille milliards de dollars, de répandre la guerre sans fin sur toute la planète et de posséder l’arme nucléaire.

Ce mouvement émergent doit s’en prendre à tout le spectre de la violence. Ainsi que l’a dit Rev. John Dear : « Cela signifie mettre fin à la violence par les armes, mais aussi au racisme et aux incarcérations de masse, mais aussi aux exécutions, assassinats par drone, aux milliards dépensés pour la guerre, sans oublier les bombardements et guerres menées par les Etats-Unis et le développement de la menace nucléaire, notre cupidité mortellement corporatiste, ainsi bien entendu, qu’à la destruction de l’environnement et des êtres vivants. »

Le mot qui réunit tout cela est : déshumanisation

La capacité de déshumaniser certaines personnes – en raison de leur race, leur nationalité, leur genre, leur politique, leur environnement de travail ou d’études – est sans fin. Quand un tueur de masse le fait, on dit que c’est un coup de folie. Quand un soldat, un policier ou un président le fait, on parle de sécurité nationale.

« Comment », demande Stephanie Van Hook, directrice du Centre Metta pour la Nonviolence, « quelqu’un peut-il oublier l’humanité d’un autre et qu’est-ce que cela nous apprend sur qui nous sommes vraiment ? »

« Pour comprendre ces questions, nous pouvons commencer par explorer la dynamique de base de l’escalade du conflit. Un conflit escalade, c’est-à-dire s’oriente de plus en plus vers la violence, en fonction du degré de déshumanisation de la situation, » écrit-elle, résumant une démonstration de Michael Nagler dans son livre The Nonviolence Handbook: A Guide for Practical Action (manuel de nonviolence : un guide pour l’action pratique). « La violence, en d’autres termes, ne survient pas sans déshumanisation. »

Je crois que cette compréhension est au cœur de ce qu’est la marche pour nos vies. Les lois sur les armes, même la révocation du deuxième amendement, ne seraient qu’un sparadrap sur la plaie. La force incontrôlée derrière le taux national de meurtres est la déshumanisation et comme ce mouvement grandit, il devra – il va – regarder droit dans les yeux la déshumanisation institutionnelle.

Permettez-moi de revenir un moment à la marche de Chicago du week-end dernier. Comme dans d’autres marches récentes, d’autres manifestations de la prise de conscience nationale, la présence de pancartes créatives ne pouvait passer inaperçue. Ces pancartes reflétaient non seulement les slogans du jour, mais bien plus, les peurs et frustrations profondes des participants, qui trouvent leur écho dans le public.

Certaines étaient poignantes et personnelles :

Suis-je le prochain ?

Ma colère ne peut tenir sur cette pancarte

Préférez-vous donner vos armes ou enterrer vos enfants ?

D’autres étaient politiquement inflexibles :

La seule chose plus facile à acheter qu’un flingue c’est un candidat républicain

Chopez-les par les élections de mi-mandat

Cette dernière est ma préférée :

Je pourrai voter dans 10 ans. Le changement arrive.

 

Traduit de l’anglais par Serge Delonville

Catégories: Amérique du Nord, Droits humains, Nonviolence
Tags: , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


Présentation de Pressenza en vidéo

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.