Des milliers de français se sont donnés rendez-vous le samedi 23 septembre à Bastille pour défiler jusqu’à Nation, pour montrer leur mécontentement face à la politique que mène le président Emmanuel Macron. La France Insoumise a organisée cette manifestation qui était intitulée : « Non au coup d’Etat social ».

A la différence des deux autres manifestations qui ont été organisées par les syndicats des travailleurs, la consigne n’était pas seulement la contestation des ordonnances signées le vendredi par le président Macron, mais une contestation plus large, comme l’explique Victor Calfuquir, membre dirigeant de la France Insoumise.

« Cette manifestation veut montrer une opposition à tout ce qu’est en train de faire aujourd’hui le gouvernement, qui souhaite couper les acquis sociaux que le peuple français a conquis après tant d’années de lutte. Ce sont 50 ans de lutte que le gouvernement souhaite balayer ».

Des manifestants venus des quatre coins du pays ont débarqué à Paris pour faire part des différentes revendications. C’est le cas de Edith Leblois, qui a fait le déplacement depuis la Bretagne.

« Je manifeste contre le coup d’état social, la loi travail, l’aide aux plus riches, contre le retrait de 5 euros des APL, aussi pour la retraite à 60 ans de nouveau, car j’ai 60 ans et je dois attendre le 62 ans et je travaille la nuit dans une maison de retraite, donc un travail pénible, ou comme le dit le président je suis une fainéante pénible ».

Elle remarque aussi la grande convergence des luttes ce jour là. « On retrouve une solidarité, chacun à son mot d’ordre, chacun à sa revendication et tout ça c’est dans le programme l’avenir en commun, en fin de compte il va y avoir ceux qui vont défendre l’écologie, ceux qui vont défendre le droit à l’avortement, l’égalité homme-femme, chacun se retrouve parce que le programme l’avenir en commun enveloppe tout ça»

Un pari réussi

La première démonstration de force de la France Insoumise est plutôt réussie pour cinq raisons :

Nombre : Selon les organisateurs 150.000 personnes ont participé à la manifestation et 30.000 selon la Préfecture de Paris. Cependant les images d’une Place de la République noir de monde, qui a écouté attentivement le discours de Jean Luc Mélenchon, sont très éloquentes. Malgré la guerre des chiffres, il est impossible de nier la capacité de mobilisation de la France Insoumise.

Sécurité : Il n’y a pas eu des débordements. De plus, le peu d’échauffourées ont été immédiatement contrôlées par le service d’ordre de la manifestation. Cela donne une légitimité au mouvement du point de vue politique et confirme le caractère pacifique du mouvement.

Visibilité médiatique : La manifestation a réussi à faire entendre un discours différent de celui de Emmanuel Macron dans tous les médias mainstream. De plus, sur les réseaux sociaux le hashtag #JaiBastille est devenu un trending topic.

Convergence des luttes: Bien que la France Insoumise a fait l’appel à la manifestation, divers figures de l’opposition ont pris la tête du cortège avec les députes de la France Insoumise tel que Benoît Hamon et Pierre Laurent. Dans la foule s’affichaient des drapeaux de la CGT, du NPA, de Solidaires et d’autres organisations sociales et, de plus, Jean Luc Mélenchon a affirmé dans son discours qu’ils sont prêts à se ranger derrière les syndicats pour créer un mouvement plus puissant.

Opposition : La France Insoumise a réussi à se positionner comme la première force d’opposition au gouvernement, ce qui permettra de donner plus de visibilité et de crédibilité aux propositions du groupe parlementaire de la France Insoumise.