Esperanzah, à l’heure de la Désobéissance civile et de l’Action directe

05.08.2017 - Domenico Musella - Tatiana De Barelli

Esperanzah, à l’heure de la Désobéissance civile et de l’Action directe
(Crédit image : Domenico Musella)

Dans le village des possibles, voici le stand du collectif belge Désobéissance civile & Action directe. Nous rencontrons « Camille 1 » et « Camille 2 », jeunes activistes*. L’objectif de leur présence au festival Esperanzah est clair, mobiliser les participants autour de deux axes : la Justice Climatique, avec une action-phare « Ende Gelände » et l’Accueil des migrants, avec les luttes des sans-papiers.

Leur slogan « Niemand is illegaal » (Personne n’est illégal) contribue au thème du Festival de cette année, « Des ponts contre leurs murs ».

esperanzahLorsque nous les invitons à situer leurs actions par rapport à la violence d’un système, nous constatons que les termes de la violence et de la non-violence, posent parfois question quant à leur définition. Pour une Camille, la violence est surtout physique et directe contre les êtres humains. Casser une vitrine par exemple, peut ne pas être considéré comme violent lorsque l’action a du sens. En tout cas, relève-t-elle, c’est moins violent que ce que le système met en place contre les gens, en toute légalité ! Pour Camille 2, son action de désobéissance est profondément non-violente mais peut converger avec d’autres actions, cette fois violentes.  « L’ennemi » est commun mais les formes d’action divergent.

Au sein du collectif, elles soulignent qu’un débat continu existe autour de ce sujet.

Mais elles l’affirment : la société actuelle est extrêmement violente ; les répressions policières, l’expulsion des sans-papiers, les agressions environnementales en sont quelques exemples.

Leur message pour le futur est positif : il faut DESOBEIR ENSEMBLE. « Aujourd’hui, on n’a plus le choix : on doit réagir et ne pas rester seuls. Face à une loi faite par les puissants, notre seule possibilité est de se mobiliser au quotidien ».

esperanzahUn troisième militant, Camille 3, lui aussi engagé dans ce collectif, témoigne « Ici, je fais la fête ! Oui, militer pour les luttes anti-capitalistes, pour la désobéissance civile, c’est une fête. » La non-violence ? Pour lui, ce terme ne veut plus rien dire aujourd’hui dès lors que ce sont les dominants qui décident de ce qui est violent ou non. « Je ne revendique pas mes actions comme non-violentes mais je les questionne en tant qu’efficaces en fonction des objectifs de communication, sensibilisation, blocage effectif, etc… »

Il poursuit : « Travailler pour la Paix aujourd’hui impose de parler de la réalité de la guerre et de lutte anti-capitaliste».

esperanzahIl termine par un appel concret : « Venez tous à la mobilisation Ende Gelände » en Allemagne, du 26 au 29 août prochain ! C’est là qu’on se forme à lutter concrètement contre le système basé sur le capital»

Infos et calendrier des actions: https://www.ende-gelaende.org

* Dans leur langage, dans les ZAD (Zones à Défendre), ces militants ont fait le choix de se nommer tous « Camille », une manière de refuser l’individualité pour revendiquer une identité collective.

Catégories: Droits humains, Ecologie et Environnement, Europe, International, Interviews
Tags: , , , , , , , , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.