Les États-Unis ont joué un rôle-clé dans le processus de paix entrepris en Colombie, a reconnu Ivan Marquez, responsable de la délégation des rebelles des Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (Farc) aux négociations tenues à La Havane, à Cuba.

Ce chef rebelle a mis l’accent sur l’importance de l’intervention des États-Unis, en précisant que les contacts établis entre le groupe armé colombien et Washington s’étaient avérés « systématiques » au cours des derniers mois.

Le processus de paix « ne prévoit pas de marche arrière », a encore ajouté Ivan Marquez, en confirmant la disponibilité du groupe rebelle à signer la paix avec le gouvernement du président Juan Manuel Santos dans les six mois à venir, au regard du « climat d’harmonie » retrouvé, selon lui, au fur et à mesure des négociations.

Ivan Marquez a également tenu à observer qu’une fois démobilisés, les anciens guérilléros accepteraient les règles relatives à leur participation à la vie politique nationale afin de promouvoir « des réformes urgentes, surtout dans le système électoral ».

(FB/CN)

L’article original est accessible ici