Barcelone. Espagne.

Le 11 septembre, fête nationale de la Catalogne, les catalans fêtent chaque année leur « DIADA ». Cette année ils ont organisé une manifestation, une des plus nombreuses de toute l’histoire de l’Europe. Une fête revendicative pour la liberté et le droit de décider son futur comme peuple souverain.

La Catalogne a perdu son indépendance il y a 300 ans le (11/ 09 /1714) et la manifestation de cette année a été une revendication démocratique pour la consultation du peuple catalan, impulsée par la société civile qui appui l’indépendance.

Plus d’un million de personnes venues de tous les coins de la Catalogne se sont retrouvées à Barcelone pour former cette mosaïque humaine en forme de V géant de11km de long, qui a longé toute la ville. Personnes de tous les âges, des familles et groupes d’amis ont vécu avec un esprit festif cette spéciale “DIADA”. Habillés avec des T-shirts rouges et jaunes les gens ont occupé les avenues Gran Via et Diagonale qui croisent la ville, traçant ainsi une ‘V’ humaine, placés selon les couleurs du drapeau catalan (4 bandes rouges sur un fond jaune). Une “V” qui a symbolisé la Voie Catalane, une V de Victoire, de Volonté, de Valeurs, de ‘Vinculos’ (liens), de ‘Valentia’ (courage) et de Voter.

[media-credit name= »www.cucadellum.org » align= »aligncenter » width= »300″]V.Catalana-3[/media-credit]

Cette victoire n’est pas en train de se gagner sur un champ de bataille, ce n’est pas non plus une victoire de la classe politique, c’est la victoire de la tolérance, le respect et la volonté souveraine d’un peuple qu’aujourd’hui 11 de septembre 2014 a écrit un nouveau chapitre de son histoire. Pour la plupart des ses citoyens, cette journée a été le début d’un pays qui commence à se reconstruire.

Plus de 3000 organismes, impulsés par l’Association Nationale Catalana, travaillent ensemble pour faire possible le référendum du prochain 9 de novembre.

Le gouvernement espagnol, présidé par le PP et appuyé par le parti socialiste à l’opposition, le PSOE et le partit Ciudadanos, a refusé de façon permanente et ferme pendant toute cette année que le processus souverain commence, il y a à peine un an ils accusé d’illégale la possibilité de faire cette consultation.

Malgré que le Gouvernement espagnol continue a ne pas accepter la réalisation de ce, il existe une loi de consultations qui est reconnue par le ‘Consejo de Garantias Estatuarias’ et a la reconnaissance de la plupart des membres du Parlement de Catalunya, par conséquent il existe un cadre légal pour réaliser le référendum.

En dehors de Catalogne il existe la perception qu’elle n’est pas un sujet politique, sinon qu’elle est une partie d’un sujet politique plus grand qui est l’Espagne. La Catalogne peut appartenir á l’Espagne ou non, mais c’est la décision des Catalans. Et voilà le pourquoi de cette consultation, même pour ceux qui ne veulent pas l’indépendance.

[media-credit name= »www.cucadellum.org » align= »aligncenter » width= »300″]V.Catalana-2[/media-credit]

Le président d’Izquierda Republicana, Oriol Junqueras, a communiqué la semaine dernière, sa position pour la désobéissance civile, en faisant allusion à Martin Luther King, si l’état espagnol interdit finalement cette consultation du 9N (Novembre).

Voltaire, un des intellectuels parmi les plus importants du siècle XVIII et de la illustration, faisait référence dans un de ses livres à l’“amour extrême des catalans pour la liberté”, comme exemple de sa lutte contre FelipeV et Louis XIV. C’était un monde dans lequel ‘était en train de surgir la démocratie représentative contre les monarchies absolues et justement c’est ça qui fait que la lutte catalane ait un point universel de grande valeur.

Le Droit de Décider est un droit de bonne santé démocratique et le peuple catalan se sent sainement décidé à ne pas se rendre, et arriver jusqu’au bout.

Traduction: Montse Bonfill