Le 13 avril a commencé, dans 35 pays africains, la récolte d’adhésions pour la Première campagne africaine d’éducation à la non-violence, qui commencera à Lomé (Togo) le 2 octobre 2013, date d’anniversaire de la naissance du Mahatma Gandhi et Journée internationale de la nonviolence, et se terminera à Marracuene (Mozambique) le 4 mai 2014. Elle durera 215 jours, sept long mois de formation et de partage des pratiques de la nonviolence dans plus de 35 pays africains.

La campagne promue par la Communauté pour le développement humain, prévoit la participation gratuite d’écoles, universités, partis politiques, entreprises, associations, ONG et de toutes les personnes qui partagent l’idéal de la nonviolence.

Les formes de participation peuvent être diverses : organisation d’activités sur la nonviolence dans les différents pays ou virtuellement par des campagnes via Internet.

La participation est ouverte à tout le monde sans distinction d’ethnie, race, croyance et religion ; l’essentiel est le partage de l’amour et de la paix, afin de faire revivre en Afrique les valeurs de la dignité humaine.

Un groupe permanent composé de 20 à 40 formateurs animera les cours à la nonviolence dans les différents pays et d’autres personnes s’ajouteront ensuite pour continuer le voyage vers les autres pays.

Lors du passage de la campagne dans les villes principales des pays adhérents, différents événements seront organisés : rencontres de formation, ateliers, conférences, séminaires, forum, interviews, marches, festivals et tables rondes.

La campagne sera développée au niveau institutionnel, social et individuel, et se propose de :

– promouvoir les outils éducatifs et les pratiques de la nonviolence.

– former une nouvelle génération de personnes à la culture de la paix et la nonviolence.

– encourager les leaders et les institutions africaines et internationales à insérer l’étude de la nonviolence dans les programmes des écoles et universités.

– accroitre la prise de conscience de la nonviolence comme méthodologie d’action pour créer des nouveaux comportements personnels et collectifs.

– créer une conscience globale qui refuse toute forme de violence (physique, psychologique, raciale, ethnique, religieuse, économique et sexuelle).

– lancer un fort signal vers toutes les personnes qui veulent vivre dans une Afrique sans guerre et sans violence.

La Première campagne africaine d’éducation à la nonviolence est synthétisée et exprimée dans son idéal dans le livre «Humaniser la Terre», de l’écrivain argentin Mario Rodriguez Cobos, dit Silo.

 

Traduction de l’italien : Claudia Salé