par Marcelo Resende, représentant officiel de la FAO (1) auVenezuela.

marcelo_resende

Tout récemment divers médias dans le monde ont parlé de pénurie alimentaire au Venezuela(2).

Or les données et les concepts dont dispose la FAO (organisation de l’ONU pour l’Agriculture et l’Alimentation) en ce qui concerne la sécurité alimentaire, la faim ou la sous-alimentation, montrent que le Venezuela est devenu un exemple de politiques publiques garantissant la sécurité alimentaire et nutritionnelle (SAN) des populations qui en ont le plus besoin.

On peut le mesurer dans la mise en œuvre des divers projets et programmes réalisés pour couvrir les dimensions du cadre juridique, de la disponibilité et de l’accès – piliers du concept de sécurité alimentaire. Cela se reflète aussi dans notre Panorama des documents de sécurité alimentaire et nutritionnelle en Amérique latine et dans les Caraïbes et dans l’État de l’insécurité alimentaire dans le monde (SOFI en anglais).

Sur le plan législatif, la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle repose sur un cadre juridique solide étayé par l’article 305 de la Constitution, ainsi que sur la Loi pour la Souveraineté et la Sécurité Alimentaire (LOSSA). Sur ce point, il est important de noter que le Venezuela garantit le droit à la nourriture grâce aux articles 5, 8, 9, 10, 11, 56 et 58 de la LOSSA.

Autre fait innovateur dans le domaine du pouvoir exécutif : la création en 2004 d’un ministère puissant qui aborde spécifiquement la question de l’Alimentation. (3)

En ce qui concerne la disponibilité de nourriture, en 2011, le Venezuela a consacré 5,139 milliards de dollars aux importations de produits alimentaires selon la source Global Trade Atlas, données publiées dans le Panorama. La FAO a calculé que pour qu’une personne ne souffre pas de la faim ou ne soit pas sous-alimentée, elle doit consommer au moins 1800 calories/jour. Au Venezuela, selon l’Institut National de la Nutrition (INN), la disponibilité atteint 3182 calories par personne et par jour.

Sur l’accès à la nourriture, un vaste réseau d’alimentation public : les Bicentenario, Mercal, Supermarchés, PDVAL, foires à ciel ouvert, dépôts mobiles, maisons d’alimentation, entre autres initiatives, totalisent plus de 22.000 points d’approvisionnement sur tout le territoire national (4). À l’heure actuelle, la Mission Alimentation (programme phare du ministère de l’alimentation) bénéficie à 17,5 millions de personnes. Cette couverture concerne 61% de la population vénézuélienne, qui bénéficient d’une subvention atteignant de 78,7% sur les prix total de la nourriture, selon les informations gérées par le ministère.

Selon les données du rapport SOFI de la FAO, le pays est passé de 13,5% (en 1990/1992) à 2,5% (2010/2012) de personnes sous-alimentées. Cette réalisation fait de la République bolivarienne du Venezuela un des pays de la région qui a déjà atteint l’objectif fixé par les Nations Unies de réduire de moitié la proportion de personnes souffrant de la faim entre 1990 et 2015 : c’est le premier objectif duMillénaire pour le développement (OMD 1: Réduire l’extrême pauvreté et la faim). (5)

De même, il convient de rappeler que la République bolivarienne du Venezuela a également atteint l’objectif du Sommet Mondial de l’Alimentation (« réduire de moitié le nombre de personnes sous-alimentées entre 1990 et 2015 »).

En 1990-1992 au Venezuela environ 3 millions de personnes étaient dans un état de sous-alimentation. Ce chiffre avait atteint un sommet entre 1999-2001 pour atteindre 4 millions de personnes.

Aujourd’hui, en 2013, la FAO considère que le problème de la faim au Venezuela est pratiquement éliminé.

Marcelo Resende

Notes de VenezuelaInfos :

  1. Sigles en anglais de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture, http://www.fao.org/index_fr.htm
  2. Ce thème recyclé par les médias internationaux (comme France 24) est un des thèmes de campagne du candidat néo-libéral Henrique Capriles Radonski…
  3. Voir le site http://www.minpal.gob.ve/index.php?option=com_content&task=view&id=7&Itemid=15 et pour le réseau Mercal http://www.mercal.gob.ve/web/index.php?option=com_content&task=view&id=330
  4. Le candidat bolivarien Nicolas Maduro a annoncé que s’il remportait les élections présidentielles du 14 avril 2013, il renforcerait les réseaux existants de distribution d’alimentation, notamment en créant des « Mercal ouvriers » près des centres de production afin de faciliter l’accès des travailleurs à une alimentation bon marché.
  5. Voir http://www.un.org/fr/millenniumgoals/poverty.shtml

Source (portugais) : Brasil de Fato, http://www.brasildefato.com.br/node/12618

Traduction : Thierry Deronne

URL de cet article : http://venezuelainfos.wordpress.com/2013/04/13/la-fao-considere-que-le-probleme-de-la-faim-au-venezuela-est-pratiquement-elimine/