Les États-Unis sur le point d’occuper le golfe Persique? « L’Iran n’est pas une cible facile ! »

18.01.2012 - Human Wrongs Watch/Russia Today - Human Wrongs Watch

L’administration Obama a utilisé ses communication secrets pour mettre en garde le Guide suprême iranien, l’Ayatollah Khamenei, contre la fermeture
du détroit d’Ormuz, en déclarant qu’une telle action était une « ligne rouge » à ne pas franchir et qu’elle ne serait
pas tolérée, a rapporté le New York Times jeudi 12 janvier.

Toujours d’après le même journal, les responsables du gouvernement américain ont refusé de révéler si le
gouvernement iranien avait apporté ou non une réponse à cette déclaration.

La semaine dernière, le président du Comité des chefs d’États-majors interarmées, le général Martin E.
Dempsey, a affirmé qu’en cas de fermeture du détroit, par lequel transitent chaque jour 16 millions de barils de
pétrole, les États-Unis « agir[aient] et rouvrir[aient] le détroit ».

Jeudi 12 janvier, Leon Panetta, le secrétaire américain à la défense, a prévenu que son pays ne tolèrerait pas la
fermeture du détroit.

**« Des provocations de longue date contre l’Iran »**

Karen Kwiatkowski, lieutenant-colonel de l’armée de l’air américaine à la retraite, et qui a travaillé avec le
Pentagone et la NSA (National Security Agency), pense que les tensions se placent dans le cadre d’un
phénomène de provocation de longue date de la part des puissances occidentales contre l’Iran.

« C’est en quelque sorte le prolongement d’un très long processus de provocation avec ce pays. Et il est vrai que
nous y avons travaillé avec Israël. Dès que les prix du pétrole chutent légèrement, il faut attiser le feu. »

Kwiatkowski estime que les États-Unis n’ont nullement l’intention d’envoyer des troupes au sol en Iran, car il s’agit
d’un pays beaucoup plus puissant que l’Irak ou que l’Afghanistan.

**« L’Iran n’est pas une cible facile »**

« Une telle action aurait des conséquences négatives immédiates pour les États-Unis », a-t-elle indiqué. « L’Iran
est un terrain très différent. Son armée est très puissante et c’est un pays qui peut se défendre seul. L’Iran n’est
pas une cible facile. »

Elle table plutôt sur un autre pronostique, des échanges de tirs verbaux informels entre les deux camps.

Kwiatkowski prétend également que ces tensions pourraient faire partie d’une volonté à long terme de réduire la
dépendance américaine sur le pétrole qui transite par le détroit d’Ormuz.

« D’un point de vue stratégique, les menaces régulières de fermer le détroit d’Ormuz ou d’en limiter l’accès
pendant un court laps de temps incitent en quelque sorte à trouver des solutions alternatives pour acheminer le
pétrole vers les marchés internationaux. »

**« Des conséquences dévastatrices »**

Lindsey German, membre de la coalition Stop the War, estime cependant que des sanctions et pressions militaires pourrait effectivement avoir des conséquences dévastatrices.

« Les mouvements des troupes, les navires déployés dans le golfe, tous ces éléments sont les signes d’une
pression croissante sur l’Iran, et même si ceux qui disent que personne ne sera assez fou pour déclencher cette
guerre sont nombreux … nombreux sont ceux qui ont tenu le même discours par le passé à propos d’autres
guerres, et ces guerres ont tout de même eu lieu. Parfois, elles peuvent se déclarer par pur hasard à la suite de
ce genre de pression », a déclaré Madame German à Russia Today.

Madame German considère que cette pression n’est pas justifiée et que les États-Unis et Israël jouent à un jeu
très dangereux.

**Les armes nucléaires**

« Il est de notoriété publique que le seul pays qui possède l’arme nucléaire au Moyen-Orient est Israël, et
pourtant, ce dernier estime qu’il est tout à fait justifié de mener des raids aériens et probablement d’autres formes
d’attaques contre un pays qu’il accuse de vouloir développer les mêmes armes que celles qu’il (Israël) a déjà ».

Robert Naiman, directeur de l’ONG Just Foreign Policy, basée aux États-Unis, a déclaré que les hommes
politiques surestiment la menace iranienne – et qu’un nombre encore plus important de responsables politiques
étaient passés sous silence s’ils se hasardaient à remettre cette opinion en question.

Leon Panetta, le secrétaire américain à la défense, était dimanche l’invité de l’émission télévisée Face the
Nation, et à la question « L’Iran est-il est train de fabriquer une arme atomique ? », [Panetta a répondu] « Non ».
Le lendemain soir, la chaîne PBS News Hour a repris la déclaration de Panetta, et a utilisé ses remarques
pour essayer de prétendre le contraire », a-t-il déclaré à Russia Today. « Ces méthodes figurent parmi celles
qu’utilisent les médias américains, et durant la campagne présidentielle, ces mêmes méthodes sont sans aucun
doute également utilisées ».

****

Source: [Russia Today](http://rt.com/news/iran-us-war-possibility-659/) | 2012 [Human Wrongs Watch](http://human-wrongs-watch.net/)

Catégories: International, Moyen Orient, Relations internationales

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Mobilisations quotidiennes EN DIRECT à Santiago 10.12.19

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.