La célébration annuelle de la Semaine du désarmement coïncide avec l’anniversaire de la création de l’Organisation des Nations Unies. Les principaux objectifs de cette Semaine sont : sensibiliser les Etats membres au danger que représente la course aux armements – qu’il s’agisse d’armes conventionnelles ou nucléaires -, d’insister sur le fait qu’il est nécessaire d’y mettre fin et d’influer plus fortement sur l’opinion publique par rapport à l’urgence du désarmement, et enfin de diriger les ressources économiques attribuées à la course aux armements vers l’aide au développement économique et social.

La paix et la sécurité mondiales sont de la responsabilité de tous les Etats qui ont la ferme intention de réduire et d’éliminer progressivement la principale menace qui frappe notre planète : les armes de destruction massives ou plus connues sous le nom d’armes nucléaires, chimiques et biologiques.

Il faut profiter de cette semaine pour adopter des stratégies politiques en vue du désarmement. Par exemple, diffuser et inviter tous les pays à agir activement au moyen d’alliances, et tirer leçon de l’expérience qu’apporte l’histoire : l’armement a toujours causé d’importantes pertes humaines et un énorme gaspillage économique. Il s’agit de faire en sorte que la guerre ne soit plus un moyen pour résoudre des conflits et que l’usage de la force et la menace militaire soient éliminés de la scène internationale, nationale ou régionale.

Cependant, le désarmement promu par les Nations Unies se trouve face à un nœud de contradictions: les 5 pays qui bénéficient du droit de veto au Conseil de sécurité (les Etats-Unis, la Russie, la Chine, la France et le Royaume-Uni) détiennent 90% des arsenaux nucléaires et sont, en outre, les principaux producteurs et vendeurs mondiaux d’armes de tous types.

CHIFFRES:

En 2008, il y a eu 19 conflits armés dans 15 pays: en Afrique : Burundi, Somalie, Soudan ; en Amérique : Colombie, Pérou, Etats-Unis ; en Asie : Afghanistan, Inde, Myanmar, Pakistan, Philippines, Philippines (Mindanao), Sri Lanka ; au Moyen-Orient : Israël, Irak, Turquie

Les 10 principaux budgets en dépenses militaires en 2008 ($ milliards – % du total mondial de dépenses en armement): USA 607 – 41,5% / RUSSIE 58,6 – 4% / FRANCE 65,7 – 4,5% / ROYAUME-UNI 65,7 – 4,5% / CHINE 84,9 – 5,8% / ALLEMAGNE 46,8 – 3,2% / JAPON 46,3 – 3,2% / ITALIE 40,6 – 2,8% / ARABIE SAUDITE 38,2 – 2,6% / INDE 30,0 – 2,1%

Les dépenses mondiales en armements en 2008 se chiffrent à 1226 ($ milliards). Entre 1999 et 2008, les dépenses ont augmenté de 45%.

Les ogives nucléaires dépliées en 2009 dans le monde, de type stratégique et non stratégique : total 8.392 /USA: 2.702 / RUSSIE: 4.834 / ROYAUME_UNI: 160 / FRANCE: 300 / CHINE: 186 / INDE: entre 60 et 70 / PAKISTAN: 60 / ISRAEL. 80

D’après Rafael de la Rubia, coordinateur international de la Marche Mondiale pour la Paix et la Non-violence, « Cette année, nous avons vécu la crise économique la plus grave de l’histoire, mais l’investissement en armements a continué d’augmenter au niveau mondial. L’industrie militaire est le pire cancer contre lequel le monde doit lutter ».

Effectivement, malgré la crise économique et financière la plus profonde, sévère et dure de l’histoire, les dépenses et l’approvisionnement en armes ont augmenté en 2009. Tout cela, malgré l’existence de multiples traités de limitation et de non-prolifération d’armes nucléaires et conventionnelles, ou autres conventions sur les droits de l’homme, alliances de civilisations, etc.
L’armement rapporte gros. De nos jours encore, le lobby de ce secteur est apte à construire et à générer un système capable d’organiser des guerres incroyables, de permettre des ingérences et des invasions militaires, de semer la méfiance et la peur des cultures et des religions orientales en Occident ou d’inventer des ennemis “terribles, maléfiques et impitoyables” grâce à des campagnes de propagande féroces. Tout cela, dans le but de maintenir l’énorme business que génère l’industrie militaire.

Tout le monde participe à ce business des armes. Tous les pays consacrent d’importants budgets aux dépenses militaires, et il leur importe peu qu’il s’agisse de l’argent public. Personne n’échappe à la course aux armements. D’énormes ressources sont destinées à la sécurité et à la défense, non seulement en Europe, aux Etats-Unis, en Chine ou en Inde, mais aussi dans les régions pauvres et dévastées d’Amérique latine, d’Afrique et d’Asie, où l’on investi plus dans l’industrie des armes que dans les programmes ayant pour but de combattre la famine et la pauvreté ou de résoudre les problèmes d’accès à l’hygiène et à l’éducation.
Selon plusieurs experts, les crises économiques sont à l’origine du bellicisme des tensions entre régions. Ce serait bien que pour l’avenir, dans ce moment historique, le terrible binôme crise économique – guerre disparaisse.

Espérons que cette semaine du désarmement 2009 réussisse à sensibiliser les gouvernements, parce que chez les citoyens du monde, la graine de la paix et de la non-violence est déjà plantée.

Sources consultées: * www.sipri.org * http://www.sipri.org/yearbook/2009/files/SIPRIYB09summaryES.pdf

L’Institut international de recherche pour la paix de Stockholm (SIPRI) est un institut international indépendant, pour la recherche des problèmes lies à la paix et au conflit, particulièrement à la limitation de l’armement et au désarmement. Il a été crée en 1966 en vue de la commémoration des 150 ans de paix ininterrompue en Suède.

Traduction : Nefise Ali Siuleyman