Le 17 février 2022, le président français Emmanuel Macron a tenu une conférence de presse à Paris juste avant le sixième sommet Union européenne-Union africaine à Bruxelles avec le président sénégalais Macky Sall et le président ghanéen Nana Akufo-Addo ainsi que le président du Conseil européen Charles Michel. Lors de cette conférence, M. Macron a annoncé que les forces françaises se retireraient du Mali. Cela signifie que la France et ses alliés européens vont commencer à réduire progressivement « les opérations anti-jihadistes Barkhane et Takuba au Mali. » Les protestations au Mali contre la présence des troupes françaises semblent avoir finalement réussi.

Par Vijay Prashad

Macron a déclaré que la France devait retirer ses troupes car elle ne souhaitait plus « rester militairement engagée aux côtés d’autorités de fait dont nous ne partageons pas la stratégie ou les objectifs cachés. » Sur le site du gouvernement français est apparue une déclaration signée par l’Union européenne (UE) et par l’Union africaine (UA) qui va dans le même sens, à savoir que « les autorités maliennes de transition n’ont pas honoré leurs engagements. »

Le langage utilisé par Macron et repris dans la déclaration de l’UA et de l’UE montre un manque de transparence sur les véritables raisons du retrait des troupes du Mali. Le gouvernement du Mali (« de facto » et « de transition ») est arrivé au pouvoir grâce à deux coups d’État ces dernières années : Le colonel Assimi Goïta, chef du Comité national pour le salut du peuple malien, a perpétré le premier coup d’État en août 2020 contre le gouvernement élu et a installé Bah Ndaw, qui était un officier militaire, comme président intérimaire du Mali. Ndaw a ensuite été renversé par un second coup d’État en mai 2021, lorsque Goïta a lui-même pris le poste de président par intérim. En juin, les pays européens ont insisté pour que la nouvelle junte militaire organise des élections avant février 2022. Goïta a déclaré qu’il respecterait ce délai. Il ne l’a pas fait, ce qui a donné à l’UE et à l’UA l’excuse de rompre les liens avec le gouvernement de Goïta.

C’est le prétexte utilisé par ces puissances régionales pour mettre fin à leurs opérations au Mali. Les choses deviennent toutefois beaucoup moins claires lorsqu’il s’agit des déclarations faites par la France à cet égard. Macron a parlé des « objectifs cachés » de Goïta, mais n’a pas développé cette accusation. Quels pourraient être ces « objectifs cachés » ?

Les troubles du Mali

Les problèmes du Mali ne commencent et ne se terminent pas avec les troubles dans le nord du pays ni avec le coup d’État militaire. Si vous demandiez à Alpha Oumar Konaré, le président du Mali de 1992 à 2002, il vous raconterait une histoire différente. Lorsque Konaré a pris la présidence du Mali en 1992, le peuple était épuisé par la crise de la dette produite par les politiques du Fonds monétaire international (FMI) et par le régime militaire. Ils voulaient quelque chose de plus. L’un des proches conseillers de Konaré a déclaré pendant son mandat : « Nous assurons le service de la dette de notre pays à temps, chaque mois, sans jamais perdre un centime, et pendant ce temps, le peuple devient de plus en plus pauvre. »

Le gouvernement de Konaré a demandé l’aide du FMI pour pouvoir mobiliser des ressources en vue d’assurer le développement de la partie nord du pays ; l’insurrection, selon Konaré, serait mieux combattue par le développement que par la guerre. Le gouvernement des États-Unis et le FMI ne sont pas d’accord.

Depuis l’époque de Konaré en tant que président jusqu’à aujourd’hui, les gouvernements du Mali – qu’ils soient civils ou militaires – ont été incapables d’élaborer un cadre politique pour s’attaquer aux crises sociales et économiques endémiques. Il est vrai qu’il y a eu une rébellion de longue date dans le nord qui a rassemblé les aristocrates Ifoghas parmi les Touaregs et les factions d’Al-Qaïda issues de la guerre civile algérienne (1991-2002) et de la destruction de la Libye (2011-2012) ; aucun des nombreux accords de paix n’a fonctionné en grande partie parce qu’il n’y a tout simplement pas d’argent à Bamako, la capitale du Mali, pour promettre le type de développement nécessaire pour atténuer un million de frustrations. Moins remarqués, mais tout aussi vrais, sont les indicateurs sociaux dévastateurs dans le reste du Mali, où la faim et l’analphabétisme semblent normaux dans les bidonvilles de Bamako.

L’intervention occidentale dans une grande partie de l’Afrique ne s’est pas traduite par une aide économique bénéfique pour la région. Cette aide a pris la forme de politiques d’austérité du FMI et d’une aide militaire.

L’intervention militaire de la France au Mali en 2013 s’est accompagnée de la construction d’un projet militaire à travers la ceinture sahélienne appelé G5 Sahel (comprenant le Burkina Faso, le Tchad, le Mali, la Mauritanie et le Niger) en 2014. Les militaires de chacun de ces pays ont reçu de l’aide, et leurs officiers ont été formés. Il n’est pas surprenant que Goïta, par exemple, ait reçu une formation de la part des forces armées américaines. Il n’est pas non plus surprenant que le lieutenant-colonel burkinabé Paul-Henri Sandaogo Damiba se soit entraîné aux côtés de ces hommes et qu’il ait perpétré son coup d’État au Burkina Faso en janvier 2022. Il n’est pas non plus surprenant qu’au Tchad, le « général Kaka » (Mahamat Idriss Déby Itno), fils de l’ancien président, ait été installé à la présidence par les militaires lors de ce qui était en fait un coup d’État en avril 2021. Trois des pays du G5 Sahel – le Burkina Faso, le Tchad et le Mali – sont désormais dirigés par un gouvernement militaire (les autorités du Niger ont déjoué un coup d’État en mars 2021).

Tous les commentaires sur les raisons des nombreuses tentatives de coup d’État en Afrique ces jours-ci ne permettent pas de faire le lien entre les deux : aucun programme sortant du modèle d’austérité du FMI n’est autorisé par les États occidentaux, qui préfèrent renforcer les forces militaires dans la région plutôt que de permettre l’ouverture d’un véritable processus social-démocratique dans ces pays africains clés.

Malaise face aux interventions occidentales

En octobre 2021, l’actuel Premier ministre malien, Choguel Kokalla Maïga, a déclaré à un média russe que son gouvernement avait « la preuve » que les Français entraînent des groupes terroristes tels qu’Ansar Dine. Selon son interview, la France a créé une « enclave » dans la région de Kidal en 2013. « Ils ont des groupes militants là-bas, qui ont été formés par des officiers français », a déclaré Maïga. Kidal se trouve dans le nord du Mali, non loin de ses frontières avec l’Algérie et le Niger.

Rien de ce que Maïga a dit n’aurait dû faire sourciller. L’ancien ambassadeur de France au Mali, Nicolas Normand, a fait quelques commentaires similaires en 2019 lors de la sortie de son livre sur le continent, Le grand livre de l’Afrique. Normand a déclaré à Radio France Internationale que le gouvernement de Macron a tissé des liens avec le Mouvement national de libération de l’Azawad et avec les aristocrates de la région des Ifoghas pour les empêcher de faire une avancée rapide vers Bamako. La France a voulu jouer les « bons groupes armés » contre les « mauvais groupes armés », mais n’a finalement pas vu que ces deux groupes étaient terribles pour le Mali. Cette approche, combinée aux pertes civiles des opérations militaires françaises (22 civils sont morts lorsque la France a bombardé un mariage à Bounti en 2021, par exemple), a détourné le peuple malien de la France.

Les troupes françaises ont maintenant commencé à quitter le Mali, mais elles ne rentrent pas en France. Elles seront déployées au Niger, pays voisin, où elles poursuivront leur mission de prévention de la migration vers l’Europe et de lutte contre les victimes radicalisées de l’austérité du FMI (qui se présentent souvent sous la forme de jeunes frustrés, dont certains se tournent vers la terreur). Les yeux de Macron sont tournés vers les élections présidentielles françaises, qui devraient avoir lieu en avril de cette année, et vers les tensions croissantes en réponse à l’intervention militaire de la Russie en Ukraine.

Pendant ce temps, les Maliens sont descendus dans les rues pour célébrer le départ des Français. Il est intéressant de noter que de nombreuses pancartes remerciaient les Russes. Peut-être que l’entrée de l’aide et des mercenaires russes sont les « objectifs cachés » auxquels Macron faisait référence ?

Cet article a été produit par Globetrotter.

 

Vijay Prashad est un historien, éditeur et journaliste indien. Il est écrivain et correspondant en chef de Globetrotter. Il est le rédacteur en chef de LeftWord Books et le directeur de Tricontinental : Institute for Social Research. Il est membre senior non-résident du Chongyang Institute for Financial Studies, Université Renmin de Chine. Il a écrit plus de 20 livres, dont The Darker Nations et The Poorer Nations. Son dernier livre est Washington Bullets, avec une introduction d’Evo Morales Ayma.