« Ubuntu. Je suis parce que nous sommes » est un documentaire indépendant qui raconte une histoire d’accueil et d’intégration mise en pratique entre 2018 et 2019 par un groupe d’habitants d’un petit village de la province de Florence, Poggio alla Croce.

Un récit centré sur l’humanité des protagonistes, des personnes ordinaires animées par le seul désir d’aider l’« étranger » – en tant que tel « différent » et pour certains un véritable ennemi – qui, grâce à cette contamination, se sont en fait aventurés sur un chemin de changement et de découverte de nouveaux scénarios dans leur propre vie.

Sorti une minute avant la pandémie, début 2020, Ubuntu est resté dans un tiroir pendant quelques mois jusqu’à ce qu’une rencontre avec Pressenza permette de le faire connaître à un public beaucoup plus large que la communauté locale concernée par les événements.

Le 16 août, le documentaire a été diffusée par Tv 2000, qui l’a ensuite également transmise via sa chaîne YouTube, et à partir de ce moment-là, une collaboration a commencé entre les auteurs (Matteo Morandini, Giacomo Amalfitano et Daniele Palmi), le créateur du Laboratoire ouvert de citoyenneté active de Poggio alla Croce, Andreas Formiconi et Pressenza, qui a conduit au sous-titrage du documentaire dans les principales langues du monde afin de faciliter sa plus large diffusion internationale.

Un véritable travail d’équipe rendu possible grâce au service web Amara, un laboratoire de sous-titrage collaboratif qui a déjà permis de publier, dans la section consacrée aux documentaires sur Pressenza et sur la chaîne YouTube dédiée au documentaire Ubuntu, « Je suis parce que nous sommes », les versions sous-titrées en anglais, français, espagnol et bien sûr italien.

L’un des objectifs que nous nous sommes fixés dès le début était de raconter une histoire qui, tout en relatant des événements locaux, contenait un message universel. Le point de départ était le concept d’« ubuntu », une philosophie africaine expliquée de manière efficace par Nelson Mandela : « le sentiment profond d’être humain uniquement grâce à l’humanité des autres ; si nous accomplissons quelque chose dans le monde, ce sera grâce au travail et aux réalisations des autres ».

Dans ce cas, « ubuntu » s’est manifesté si clairement qu’il s’est imposé naturellement comme titre du documentaire. Nous lui avons trouvé une double importance : celle faisant référence au système d’exploitation de l’univers Linux, qui a permis de régénérer les vieux ordinateurs jetés par les habitants de Poggio alla Croce pour en faire des outils pédagogiques à la disposition des migrants ; et celle métaphorique, d’une communauté locale régénérée sur le plan collectif et personnel par l’arrivée de migrants.

Le défi consistait à raconter comment la présence de migrants dans une communauté avait déclenché une série d’événements qui ont fait ressortir le meilleur (mais aussi le pire) des gens.

Et de montrer comment, dans ces situations, nous sommes souvent les « faibles », avec notre peur, avec nos barrières, avec l’estomac qui l’emporte sur le cœur. Pour certains, il y a eu un chemin de grands changements et de découvertes de nouveaux scénarios dans leur vie, un véritable parcours de régénération humaine.

La sensibilité de Pressenza à ces thèmes et l’intérêt porté à notre histoire ont permis d’offrir « Ubuntu. Je suis parce que nous sommes » la visibilité qui, nous pensons, est méritée.

Ci-dessous, au bas du catalogue de documentaires de Pressenza, vous trouverez les versions du documentaire sous-titrées dans les principales langues :

Italien -> https://www.pressenza.com/it/catalogo-dei-documentari/

Anglais -> https://www.pressenza.com/documentaries-catalogue/

Espagnol-> https://www.pressenza.com/es/catalogo-de-documentales/

Français -> https://www.pressenza.com/fr/catalogue-de-documentaires/

Pagina Facebook di “Ubuntu. Io sono perché noi siamo”

 

Voici la bande-annonce du documentaire social « Ubuntu. Je suis parce que nous sommes ».

 

Traduction de l’italien, Ginette Baudelet