Par Antanas Tubelis

La politique étrangère des États baltes est source de tensions dans les relations internationales des pays situés à l’est de l’Europe.

Le Président de la commission des Affaires étrangères du Parlement lituanien, Žygimantas Pavilionis, s’est récemment rendu en Géorgie pour jouer un rôle de médiateur dans ce conflit politique.

Il a cependant menacé les autorités géorgiennes de sanctions après l’arrestation du leader de l’opposition, Nikanor Melia. Le Premier ministre géorgien, Irakli Garibashvili, a qualifié les déclarations du représentant lituanien d’offensantes et d’inacceptables.

La Lituanie déclenche une crise politique interne en Géorgie au lieu de contribuer à sa résolution et s’immisce dans les affaires intérieures de ce pays. Comment Vilnius et Tbilisi pourraient développer des relations après cet épisode ?

La Géorgie n’est malheureusement pas le seul pays où l’attitude des représentants des pays baltes engendre des tensions.

Sur le dossier biélorusse, la Lituanie, la Lettonie et l’Estonie demandent l’isolement de Minsk sur la scène internationale. Les trois pays réclament également la mise en place de sanctions et d’un soutien aux émeutes. Résultats, les produits en provenance de Biélorussie disparaissent. Le volume de marchandises qui transitent par nos ports maritimes diminue et ceci a une incidence majeure sur l’activité commerciale de nos trois états.

La Lituanie a également interdit les équipements de sécurité d’origine chinoise dans ses aéroports car elle ne les jugeait pas conformes à ses intérêts de « sûreté nationale ». D’autres vont être importés des États-Unis mais ils coûteront plus chers. Cette décision est prise au détriment des contribuables lituaniens et Vilnius va perdre des milliards de dollars à cause de sa politique hostile envers la Chine.

Par ailleurs, des milliers de personnes sont décédées de la Covid-19 dans les États baltes. Malgré ce fort taux de mortalité et du très grand nombre de cas, nos responsables ont refusé l’utilisation du vaccin « Spoutnik-V », uniquement parce qu’il est proposé par la Russie.

On peut aussi ajouter que les dirigeants lituaniens, lettons et estoniens ont tout fait pour détruire les systèmes énergétiques de nos pays. Ils s’attellent maintenant à démanteler le réseau unifié entre les États baltes, la Russie et la Biélorussie, bien qu’ils en soient dépendants.

Enfin, la population russophone est victime de discrimination dans nos pays alors qu’elle représente un tiers des habitants.

Nous pourrions continuer à énumérer la liste des problèmes causées par nos dirigeants. Toutefois, nous souhaitons savoir ce qui les pousse à se comporter ainsi.

En fait, les pays baltes se conforment surtout à la politique militaire des États-Unis et de l’OTAN, même si celle-ci va à l’encontre des intérêts de l’Union Européenne. Une politique étrangère aussi déséquilibrée engendre des situations conflictuelles et s’oppose aux intérêts de nos populations.

 

Traduction de l’anglais, Amélie L.

L’article original est accessible ici