Le souffle de la vie ne vient pas des tempêtes des dominants. Il vient des droits universels, des biens publics mondiaux.

L’ intervention passionnée de Manon Aubry, eurodéputée de la GUE/NGL, au Parlement européen, critiquant sévèrement la politique de la Commission européenne en matière de la lutte contre la pandémie Covid19 et des brevets, a été remarquable.

Fondée sur des arguments pertinents et des données factuelles, elle montre que la bataille pour le droit universel à la santé dans l’égalité et dans le respect de la justice sociale mondiale peut être gagnée. C’est une bataille juste, porteuse d’avenir et d’humanité.

En tant qu’ Agora des habitants de la Terre nous soutenons avec force l’Initiative Citoyenne Européenne « Right2Cure » #NoprofitOnPandemic lancée entre autres par une dizaine de partis politiques membres de la GUE/GNL et à laquelle participent plus de 230 associations de la société civile .

Pour signer voir https://noprofitonpandemic.eu/

Les dominants ont laissé aux « lois » du marché , à la compétition entre les groupes pharmaceutiques mondiaux, et aux intérêts financiers des plus forts (sous l’alibi de la défense de la sécurité nationale) le guide de la lutte contre la pandémie Covid19. Les résultats sont sous nos yeux: inégalités criantes entre les peuples, chasse aux vaccins dont la production reste délibérément insuffisante (les produits nécessaires rares ont davantage de valeur) par rapport aux besoins des populations, les pays riches comptent sortir du tunnel (disent-ils ) entre la fin de 2021 et le printemps 2022), les autres… on verra la crise des activités économique s’aggrave surtout pour les populations à bas revenu mais les profits des milliardaires explosent… Les politiques actuelles contre la pandémie alimentent les égoïsmes, la rivalité , la violence… et gagnent ceux qui peuvent acheter.

Il faut changer le vent. Il faut intensifier la bataille juste pour l’abolition des brevets et rendre les vaccins des bien publics mondiaux. Il faut dénoncer la violence économique des multinationales et l’hypocrisie des États. Il faut promouvoir le système sanitaire public coopératif et solidaire fondé sur la re-publicisation de l’industrie pharmaceutique en Europe et dans le monde.

La santé n’est pas un business pour le profit mais une responsabilité collective citoyenne pour le droit à la vie de tous les habitants de la Terre. Un monde qui considère normal que quelques milliardaires (les 10 premiers) possèdent autant d’argent que la moitié de la population mondiale la plus pauvre (soit 3,6 milliards) n’a aucune légitimité.C’est la violence meurtrière institutionnalisée dont les pouvoirs publics actuels sont complices.