Le Département d’Etat a déclaré mardi que les Etats-Unis continueront à réclamer l’extradition de la Grande-Bretagne du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange. Le mois dernier, un juge britannique a bloqué l’extradition d’Assange, en invoquant de graves inquiétudes concernant sa santé mentale. Assange a été poursuivi pour violation de la loi sur l’espionnage liée à la publication de documents classifiés exposant des crimes de guerre américains. Il risque jusqu’à 175 ans de prison s’il est amené aux États-Unis.

Lundi, une coalition d’éminents groupes de défense des droits internationaux a demandé à l’administration Biden d’abandonner les charges contre Assange. « Nous sommes profondément préoccupés par la façon dont un précédent créé par les poursuites contre Assange pourrait être exploité – peut-être par une future administration – contre les éditeurs et les journalistes de toutes tendances », ont-ils écrit.