Dialogues pour la convergence

03.08.2020 - Argentina - Redacción Mar del Plata

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Italien, Portugais

Dialogues pour la convergence
(Crédit image : Laura Feldguer)

La réunion de réseaux de citoyens du monde qui s’est tenue le 5 juillet 2020 a particulièrement intéressé trois amis des Dialogues sur l’humanité (Débora Nunes), de l’Agora des habitants de la Terre (Marcos Arruda) et du Mouvement humaniste (Alicia Blanco), qui ont promu l’union des forces dans des actions communes.

En dialogue avec Pressenza, ils ont exprimé leurs opinions sur la réunion. Ce sont leurs réponses que « nous voulons partager avec nos collègues et avec d’autres réseaux, pour continuer à réfléchir ensemble, pour continuer à avancer ».

 

Comment avez-vous ressenti cet effort d’articulation entre les réseaux mondiaux qui s’est matérialisé lors de la réunion du 5 juillet 2020 ?

Débora Nunes : Je suis heureuse que cet effort puisse contribuer à un processus d’articulation de la citoyenneté planétaire qui est urgent et dépend de nombreuses initiatives comme celle-ci. Le réseau Dialogues dans l’humanité, qui a accueilli cette première réunion, a pour activité fondatrice ce que nous appelons les dialogues sous les arbres, qui provient d’une tradition africaine de partage d’idées et de sentiments.

Cet aspect, les sentiments, a peu de place dans l’agenda politique tel que nous le connaissons aujourd’hui, qui privilégie généralement l’échange d’idées et les actions communes. Je pense que l’attention portée à cet aspect est un moyen d’établir des espaces de confiance, ce qui est fondamental pour qu’une telle articulation puisse prospérer.

Alicia Blanco : J’ai senti que nous ouvrions une grande possibilité ! J’étais très curieuse parce que j’avais lu certains documents de chaque réseau, mais je ne les connaissais pas vraiment, ni les gens.

Je n’ai pas pu participer parce que je ne parle pas français et parce que nous étions nombreux, alors j’ai juste regardé en tant que spectateur. Donc, en écoutant la traduction qu’un ami faisait pour moi, j’ai essayé de comprendre l’atmosphère de ceux qui présentaient leurs propositions, et l’atmosphère générale de ceux qui écoutaient. C’était très intéressant, à la fois en raison de l’attention que l’on pouvait ressentir et de la diversité des façons et des sensibilités que je semblais reconnaître. Certains, plus rapides, avec des propositions « concrètes » qui exigeaient une action immédiate, d’autres plus réfléchis…

Je pense que dans tous les cas, il y a beaucoup d’énergie appliquée, et je peux reconnaître de nombreux points communs. Nous verrons comment nous continuerons, mais pour l’instant, comme dans le jeu des enfants, j’ai eu l’impression que nous avions « ouvert la porte pour aller jouer ».

Marcos Arruda : Je suis d’accord avec Débora et Alicia et je pense que c’est un effort nécessaire, opportun et urgent. Pourquoi est-ce une priorité ? L’une des maladies les plus graves du monde humain est la fragmentation des humanxs entre eux et des espèces avec la nature dans son ensemble.

Le principe cosmologique qui peut unir nos réseaux est que tout et tous sont interconnectés. Dans la sphère mentale, la culture occidentale nous trompe avec le principe individualiste absolu. Dans la sphère spirituelle – celle de la conscience réflexive (ou sphère du grec Nous) – nous savons au plus profond de nous-mêmes que nous sommes tous UN et, en même temps, nous sommes la diversité (bio et noodiversité). Nous sommes des individus et en même temps des êtres naturels, sociaux et spirituels. C’est ce que j’appelle le fondement de la solidarité.

Mais la conscience d’être solidement interconnectés ne suffit pas à nous motiver à agir de manière solidaire. C’est là qu’intervient le saut quantique de la conscience – l’acte de liberté avec lequel nous choisissons d’être en relation de solidarité entre nous et avec tous les êtres du Cosmos. En d’autres termes, non seulement nous faisons partie de la grande famille des êtres humains qui habitent la Terre – et de l’immense famille des êtres vivants qui peuplent les continents les océans et certainement d’autres planètes dispersées dans l’Univers – mais nous choisissons également d’être et d’agir en tant que tels. La notion de famille humaine ne manque pas de reconnaître les contradictions et même les antagonismes qui nous divisent. Mais elle révèle une utopie qui transcende toutes ces divisions, y compris le conflit entre les classes sociales et entre les nations : une humanité liée par la conscience de notre interconnexion, de notre interdépendance et de notre intercommunication. Sur le plan politique, une citoyenneté planétaire. Je pense que l’articulation entre les réseaux mondiaux de la société civile nous donne l’occasion d’éveiller la conscience de l’humanité à notre véritable nature multidimensionnelle et à l’urgence d’une transformation radicale du rôle de l’État et des agences de gouvernance mondiale, fondée sur le principe de l’unité des diversités.

Atelier do sensible. Dialogues dans l’humanité

Quelles possibilités voyez-vous pour l’avenir de ce processus d’articulation et de multiconvergence entre les réseaux ?

Débora : Je vois, tout d’abord, une possibilité de connaissance interpersonnelle mutuelle lorsque nous nous voyons et nous écoutons dans des réunions virtuelles et de connaissance entre les mouvements à travers nos discours et les documents partagés entre nous. L’expérience montre, depuis maintenant, combien d’options communes nous avons déjà sur notre chemin, ce qui nous met sur la piste de la multiconvergence.

Deuxièmement, je vois la possibilité de nous aider mutuellement sur nos différents fronts d’action d’une manière véritablement coopérative, en sachant d’avance que chaque réseau a besoin des autres pour étendre la portée de ses actions, ou simplement pour sentir, dans les moments les plus difficiles, que nous ne sommes pas seuls. Il est également utile de partager les méthodologies de convergence interne des réseaux, afin que nous puissions progresser dans la multiconvergence entre les réseaux.

Le troisième aspect que je voudrais souligner reprend la question de la construction de la confiance, car il n’y a de réseaux que s’il y a une volonté d’être ensemble et solidaire. Dans le réseau Dialogues, nous appelons cela la « politique de l’amitié », c’est-à-dire donner de l’espace pour que puisse émerger parmi nous cette affection qui se met à l’œuvre à partir de la complicité, tout en exigeant que nous soyons chaque jour meilleures personnes. Cette expérience universelle de l’amitié peut inspirer une nouvelle politique qui se concentre sur ce qui nous unit et non sur ce qui nous sépare, et renforce ainsi les mouvements de citoyenneté tant locale que planétaire.

Alicia : Je crois qu’au départ nous pourrons converger dans des actions promues par chaque réseau, qui pourraient se soutenir mutuellement dans leurs initiatives. Pour l’instant, j’ai du mal à voir qu’on puisse mettre la même énergie dans une seule action commune, mais j’espère que nous pourrons le faire plus tard. Je suis tout à fait d’accord avec Débora sur l’importance de mieux se connaître, en commençant par des rencontres interpersonnelles, ou des petites rencontres, entre quelques personnes.

C’est précisément parce que nous aspirons à un changement global que je crois que nous devons renforcer la relation interpersonnelle, nous écouter les uns les autres, nous reconnaître, voir ce qui résonne en nous à partir de ce que dit l’autre, comprendre ou surmonter les différences, les écarter si possible. Pour connaître les autres réseaux, je veux connaître les gens qui en font partie, et je veux qu’ils nous connaissent et qu’ils connaissent notre Humanisme. Alors, cela dépendra de chacun d’entre nous.

Activité de l’Agora des habitants de la Terre

Marcos : Le monde actuel vit sous l’hégémonie des mythes de l’égocentrisme et de l’anthropocentrisme. Nous, qui faisons l’expérience du paradigme écocentrique et biocentrique, sommes confrontés au défi de montrer par notre exemple, plus que par des cours et des discours, que notre paradigme est plus réel, plus juste et qu’il génère une bonne vie, bien plus que l’autre. C’est un effort dont Alicia, Débora et moi nous cherchons à témoigner. Mais la culture dominante possède des armes mortelles, financières et culturelles qui aliènent et reproduisent les relations de domination, d’asservissement et d’oppression – des armes qui aliènent, répriment et tuent.

Notre force intérieure doit aussi se constituer en force extérieure, par le dialogue et le pacte autour de transformations personnelles et sociales humanisantes et de modes de gouvernance qui partagent le pouvoir et éduquent à l’exercice démocratique et solidaire de l’autogestion. L’articulation horizontale et multiconvergente des réseaux et des mouvements visant à renforcer les programmes de lutte de chacun et à définir ensemble des stratégies et des tactiques d’action permettra à la société civile de s’émanciper et d’accroître l’efficacité de ses actions en vue de ces transformations.

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans un tel processus ?

Débora : Je perçois trois difficultés principales : une, de temps, car tout engagement citoyen exige déjà en soi notre engagement personnel, d’autant plus lorsque nous participons à un réseau qui fonctionne dans différents pays, avec des langues et des cultures différentes.  Les efforts internes de convergence prennent déjà beaucoup de temps au sein d’une même culture organisationnelle, imaginez parmi de nombreuses cultures organisationnelles.

Une autre difficulté c’est le conflit entre l’urgence d’agir, puisque le monde s’enfonce, et la patience nécessaire pour que les choses se passent avec un niveau de satisfaction pour chacun d’entre nous que puisse nous maintenir dans le processus d’articulation sans épuiser notre énergie. Gérer la contradiction entre agir immédiatement et construire une œuvre à long terme demande de la créativité.

La troisième difficulté est précisément ce mode d’engagement politique masculin, encore majoritaire, qui ne prête pas assez attention aux relations et se concentre trop sur la tâche. Je perçois une sensibilité différente chez les femmes, qui ont le souci d’offrir des moments de détente, de fraternité, d’écoute interpersonnelle, non seulement pour le plaisir que cela procure naturellement, mais aussi pour le renforcement de l’action commune qui découle de ces moments.

Séminaire au Parc d’Etude et de Réflexion de Punta de Vacas. Mouvement humaniste

Alicia : En une rapide analyse, je pense que d’une part il y a les changements imposés par la pandémie, qui ont mis à nu les principales contradictions du système. Je pense que cela nous oblige à revoir les priorités, les urgences et les méthodes de travail. Nous devons être plus flexibles que jamais et aussi plus solidaires, ce qui n’est pas facile car cela implique de repenser les choses dans notre propre vie.

D’autre part, une grande difficulté peut être d’arriver à dialoguer avec une idée préalable sur l’autre, en croyant que l’on sait qui il est, ce qu’il veut, etc. Mais pour cela, la communication directe est un antidote fantastique. Nous pouvons tous avoir des questions ou des doutes sur les autres, mais la communication doit être ouverte et sincère si nous voulons aller loin. Une autre chose à résoudre est de savoir si nous sommes sincèrement ouverts à la compréhension et à la convergence pour avancer avec l’autre, ou si ce que je veux, c’est convaincre l’autre de ma propre proposition.

Nous devons également surmonter certains défis organisationnels, mais cela me semble beaucoup plus facile à résoudre. Aujourd’hui, les possibilités techniques sont presque infinies.

Marcos : Je pense que Débora et Alicia ont abordé des points essentiels. Si je devais résumer ce que je pense, cela mettrait en évidence des difficultés objectives et subjectives.

Les questions objectives seraient : la surcharge des agendas de travail et de lutte ; la difficulté d’articuler, en théorie et en pratique, les dimensions micro, méso et macro ; la statolâtrie de la gauche et ses pratiques statocratiques lorsqu’elle occupe le pouvoir de l’État ; la distance entre elle et les secteurs les plus opprimés de la société.

Les difficultés subjectives seraient l’égolatrie de nombreux leaders progressistes ; la faiblesse théorique et historique de la plupart des leaders actuels ; le manque de connaissance critique des pratiques dites socialistes et des concepts clés tels que le socialisme, la démocratie, la liberté, la politique, l’amitié et autres ; la posture pseudo-scientifique qui ignore le caractère inséparable de l’action transformatrice dans les sphères sociale, personnelle et interpersonnelle.  Ce ne sont là que quelques-unes des difficultés et des menaces qui pèsent sur le projet de multiconvergence des réseaux et mouvements mondiaux, et notre souhait est de les affronter concrètement avec ceux qui le souhaitent.

Ágora lors des Dialogues en humanité

Sachant que les réseaux mondiaux ont de multiples facettes et ne sont pas axés sur un seul thème, quel thème, selon vous, le réseau auquel vous participez devrait-il privilégier pour une action conjointe des réseaux mondiaux ?

Debora : Le réseau Dialogues dans l’Humanité existe dans de nombreux pays et de nombreuses initiatives en découlent. Comme pour les autres réseaux, il est difficile de se concentrer sur un thème et c’est pourquoi la confiance est si importante, car nous avons la liberté d’établir des priorités en sachant que le réseau nous soutiendra, sans concurrence ni longs débats qui épuisent tout le monde.

Je pense, et dans les conversations avec d’autres membres du réseau cela est vu comme logique, que la question de la souveraineté alimentaire est une grande priorité. Nous avons un groupe de travail ancré sur divers continents qui travaille sur cette question, en réunissant la réflexion théorique et la pratique de terrain.

Je pense que se concentrer sur ce thème dans une articulation globale où d’autres réseaux lèveront des drapeaux aussi importants que celui-ci sera un moyen de nous unir en interne et d’enrichir de notre priorité une action à multiples facettes qui porte sur une meilleure vie pour l’humanité.

Alicia : Notre Mouvement est présent dans de nombreux pays, agissant sur différents fronts et avec différentes envergures.

Malgré tout, il y a deux activités que je voudrais souligner, dans lesquelles je crois que nous pourrions facilement converger avec d’autres réseaux : l’une est le travail que certains amis font avec ICAN, pour l’abolition des armes nucléaires.

L’autre est la campagne pour un revenu de base universel inconditionnel, que beaucoup d’entre nous considèrent comme une mesure indispensable et urgente face aux conséquences de la pandémie. Cette dernière campagne comprend la présentation d’une lettre au Secrétaire général de l’ONU, lui demandant de convoquer une Rencontre des peuples qui commencera à organiser le monde dans lequel nous continuerons à vivre.

Séminaire de l’Agora des habitants de la Terre

Marcos : Une des priorités de l’Agora des habitants de la Terre en ce moment est de rechercher la vérité derrière les apparences de la pandémie. La concurrence pour les vaccins et la politique chinoise consistant à faire des vaccins et des médicaments contre Covid19 un bien public commun, gratuit et accessible à la citoyenneté de la planète entière.

La campagne proposée par AHT qui propose à l’ONU et aux gouvernements du monde une interdiction des brevets qui mettent sous contrôle privé les vaccins, les médicaments et les équipements contre Covid19. Sur un plan plus stratégique, la campagne visait à la création par l’ONU du Conseil de sécurité de la santé avec la participation active de la citoyenneté planétaire, qui sera bientôt lancée par AHT avec, espérons-le, d’autres réseaux mondiaux et mouvements citoyens.

Je profite de ce moment pour partager également des priorités d’autres réseaux qui s’articulent en ce moment :

  • La campagne visant à la création par l’ONU du Conseil de sécurité de l’humanité et d’un Conseil des Sages, proposés par le réseau Dialogues dans l’humanité.
  • La campagne pour un revenu de base universel et inconditionnel, telle que proposée par le Mouvement Humaniste et l’économiste brésilien Eduardo Suplicy.
  • La campagne pour la reconnaissance de la Terre comme sujet de droits, en cours de l’ONU – Programme Harmonie avec la Nature, avec la participation du FMCJS – Forum sur le Changement Climatique et la Justice Socio-Environnementale, du Brésil.
  • La campagne mondiale « Personne ne souffrira de la faim » et la campagne pour la criminalisation juridique de la pauvreté, qui seront introduites dans la législation locale, nationale et mondiale.

Pour accéder à d’autres articles publiés sur ce même sujet, cliquez ici.

Catégories: Ecologie et Environnement, Humanisme et Spiritualité, International, Interviews, Nonviolence
Tags: , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Journée de la Nonviolence

Journée de la Nonviolence

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.