Au-delà des élections en Bolivie, de nation clandestine à nation insurgée

29.08.2020 - La Paz, Bolivie - Verónica Zapata

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Italien

Au-delà des élections en Bolivie, de nation clandestine à nation insurgée
(Crédit image : Centrale ouvrière bolivienne, COB)

La rébellion des blocages en Bolivie a laissé beaucoup à désirer à l’approche des prochaines élections. Premièrement, en raison de la dimension historique de la massivité des blocages, 150 blocages en 12 jours, ce qui est sans précédent au cours des 35 dernières années depuis la mise en place du néolibéralisme dans le pays. Surmonter les insurrections de l’année 2000 (guerre de l’eau) et de l’année 2003 (guerre du gaz) qui ont provoqué la démission de l’ancien président Sánchez de Lozada et ont précédé l’arrivée d’Evo Morales. Cette lutte ne peut être attribuée au MAS en raison de son origine, qui s’est constituée à partir des bases, de la Centrale ouvrière bolivienne, du pacte d’unité et d’El Mallku, et aussi en raison de la demande de démission d’Áñez, qui l’a dépassée. Deuxièmement, le désaccord entre les organisations sociales et la classe politique est une dispute qui marque un tournant dans l’histoire de l’organisation politique du pays et reflète une exigence historique, la décolonisation de la politique.

Aujourd’hui, la Bolivie est un laboratoire d’extermination avec un violent coup d’État, la pandémie instrumentalisée par l’État pour éliminer « l’ennemi interne » en provoquant un génocide indigène, légitimé dans un discours raciste afin d’établir un apartheid indigène comme au temps de la république coloniale. Un fait essentiel est l’arrivée, pour la première fois en 194 ans de création de la Bolivie en tant qu’État-nation, de séparatistes au gouvernement avec le Croate Branco Marincovich. Leur projet politique dépasse celui d’un parti néolibéral et a à l’horizon la division de l’État, la balkanisation du pays.

Au niveau régional, on jette les bases d’un modèle applicable dans d’autres pays, qui a été initié et a commencé à prendre forme avec le coup d’État « doux » au Honduras (2009) et qui, avec un coup d’État violent en Bolivie (2019), acquiert les caractéristiques les plus radicales et fascistes. Afin de retrouver leur hégémonie, les Etats-Unis ont tenté de récupérer leur « arrière-cour » (doctrine Monroe, 1823), de recoloniser la région et de contrôler 60% du lithium mondial contenu dans le pays. Elle porte donc un coup au cœur de l’Amérique latine contre son réservoir moral et révolutionnaire, les peuples indigènes. Dans le cadre d’un plan d’invasion yankee du Venezuela, dénoncé le 19 août par l’ambassadeur vénézuélien à l’ONU, qui anticipe cet horizon pour la Bolivie, surtout après avoir mesuré les forces après les blocages.

528 ans de résistance indigène : réserve morale et révolutionnaire du monde.

Lors du coup d’État de 2019, les organisations sociales ont été désorganisées et sans défense. Elles ont perdu la rue à cause de la violence des forces armées, de la police et des groupes paramilitaires. En neuf mois, cette corrélation des forces a changé. Les mouvements sociaux ont démontré leur sagesse et leur capacité à se réorganiser, en acculant les putschistes. Des milliers de motards indigènes ont été formés avec leurs Whipalas, par opposition aux paramilitaires motorisés, qui étaient moins nombreux et ont ajouté la police à leurs rangs. La « jeunesse Wari », autre exemple, composée de jeunes indigènes de Warizata, en l’honneur de la première école d’ayllu indigène de Bolivie. Dans ce processus, la récupération de la mémoire historique de la lutte ancestrale de Tupak Katari, Bartolina Sisa, etc. a été décisive.

Le discours indianiste, anticolonialiste et antiraciste, dont la pensée idéologique doit être sauvée par le peuple bolivien en contraste avec la résurgence du discours raciste de la suprématie blanche, gagne en valeur. Ce point est essentiel pour renforcer l’identité, visualiser le chemin et l’objet en litige, l’État plurinational, revenir à la république en raison de son origine coloniale, implique que les indigènes reviennent à la situation de quasi esclavage d’avant 2005 et que nous, Boliviens, sommes des étrangers sur notre propre terre. Le discours clairement électoraliste du MAS, qui tente de rassembler le vote de la classe moyenne, qui s’identifie à l’oligarchie, ne donne pas de pouvoir au principal sujet politique du changement social : les indigènes. Le risque est de négliger sa base fondamentale qui résiste au coup d’État depuis le territoire, base qui a protégé avec dix mille hommes l’avion dans lequel Morales est parti et qui retrouvera la démocratie le moment venu.

Les forces armées et la police, qui se désagrègent progressivement à l’intérieur, ne sont plus inconditionnelles à Áñez, bien que leurs dirigeants le soient, en échange de pots-de-vin et de promotions. Áñez n’a pas réagi pendant 12 jours, malgré les menaces. Ce qui se serait passé si les blocages n’avaient pas été levés est imprévisible, mais le fait est qu’Áñez avait l’intention de fuir en Colombie, où vit son compagnon, et l’appel au déblocage de Fernando Camacho et d’autres a été un échec.

Les négociations entre le Tribunal suprême électoral (TSE), Áñez et les organisations sociales ont été un autre échec. Personne n’a participé à une réunion avec Áñez, car en même temps, il y avait de la répression à Samaipata. Maricruz Bayá de l’A.D.N. y a assisté et lui a demandé de démissionner à la télévision, montrant un vide de pouvoir, un État sans gouvernement.

Le 10 août, Morales a demandé une conciliation avec l’ONU et l’église afin de définir la date des élections pour le 18 octobre, mais les organisations sociales ont exigé une autre date convenue. Le 12 août, il a été décidé d’encercler la maison du gouvernement jusqu’à la démission de M. Áñez. Le lendemain, l’assemblée législative a approuvé une loi sur les « élections définitives, non retardées et immobiles » pour le 18 octobre. Áñez reçoit le prix de la « pacification du pays ». Le C.O.B. et le Pacte d’unité accusent l’assemblée législative de « trahison » et ignorent cette loi pour avoir « délibéré dans le dos du peuple ». Deux jours plus tard, le C.O.B. a déclaré un quatrième intermédiaire et a levé les blocages, provoquant des troubles et des combats.

Voici un extrait de la conférence de presse du 13 août offerte par la COB, le Pacte des groupes Unies et Bartolina Sisa : Rejet à l’accord et à la loi négociés dans le dos du peuple. La COB et le Pacte d’unité sont loyaux envers le peuple, ceux qui ont trahi le peuple sont ceux qui ont négocié dans le dos des travailleurs sans tenir compte de la réunion (cabildo) et des revendications des bases : ce sont le Corps exécutif, le Corps électoral et le Corps législatif qui ont tourné le dos au peuple bolivien. Nous descendrons dans les bases et ce seront les gens qui décideront des actions à entreprendre.

Gepostet von Central Obrera Boliviana am Donnerstag, 13. August 2020

Immédiatement, des menaces d’arrestation sont lancées contre les dirigeants et le dirigeant de l’Interculturel est arrêté, créant un climat de « fraude » identique à celui de 2019 : si le M.A.S. gagne les élections, cela serait par la fraude. L’église demande d’éviter les élections en raison d’une pandémie, ainsi que les dirigeants civiques, lors d’une réunion avec le Tribunal Supremo Electoral TSE (Tribunal électoral suprême). Aussi, un diplomate qui a mené le coup d’état, et qui se trouve au au Brésil, remette en question le vote des migrants en raison d’une pandémie (qui pourrait s’étendre à d’autres pays), puis un « cabildo civique virtuel » demande que les élections soient supervisées et menace d’ignorer les membres du TSE, tout en faisant circuler l’idée qu’ils pourraient démissionner en masse.

Selon le CELAG, le candidat Luis Arce avec 42% dépasse ce qui est requis par la loi pour gagner au premier tour : 40% des voix et 10 points de différence avec le second adversaire, Carlos Mesa qui a 27%. Le parti électoral se joue sur un terrain boueux (coup/médias/appareil d’État/etc.) et avec un arbitre du coup d’État (TSE). Si Áñez ou toute autre personne sort, les distances sont raccourcies, il se rendrait au deuxième tour, où le vote anti-M.A.S. pourrait être fatal.

Au-delà de la réalisation et/ou des résultats de l’élection, le M.A.S. doit faire une autocritique approfondie des erreurs commises avant et après le coup d’État. Le renouvellement des bureaucrates de la classe moyenne par des cadres politiques à protagonisme indigène (majoritaire dans le pays) et avec une légitimité des bases est une condition nécessaire, vitale pour anticiper et démanteler toute offensive impériale. Si le MAS se tourne vers le centre et devient un parti traditionnel, laissant de côté les principes idéologiques d’origine, le coût politique sera élevé, ce qui a été payé par le parti bolivien MNR connu pour avoir dicté la réforme agraire et les lois sur le vote universel en 1952.

Points centraux de réflexion après les blocages :

1- Société civile contre société politique : La lutte du peuple pour le rétablissement de la démocratie a dépassé le MAS en termes de revendications et de nombre, créant un bloc populaire diversifié dans lequel le MAS n’est qu’une fraction.

2- Démocratie représentative libérale contre démocratie participative : Tenant compte des désaccords entre les organisations sociales et la classe politique, et que « la maturité des organisations sociales se manifeste dans la capacité et l’autonomie de leurs décisions » (C. Katari, 2019) : Les organisations sociales (de base) sont-elles celles qui délibèrent et décident du plan de lutte et la classe politique obéit selon Morales « Gouverner en obéissant au peuple » ou les décisions sont prises de manière verticale, paternaliste et unilatérale ?

3- Colonisation de la politique contre décolonisation de la politique : Le 13 août, Segundina Flores, leader maximum du groupe Bartolinas Sisa, partie du pacte d’unité avec la C.O.B., a déclaré : « Les secteurs intellectuels de la classe moyenne qui ont mené le processus de changement, le M.A.S., continuent à le mener et nous (les indigènes) en tant que fondateurs de l’instrument politique (…) ne nous ont pas laissé diriger, ils parlent toujours en notre nom et en celui de notre lutte. Il est indéniable que l’accès des indigènes à la politique a été massif sous le gouvernement Morales, qui a mené la meilleure période de l’histoire de la Bolivie. Cependant, ces mots nous obligent à réfléchir sur la mesure dans laquelle les indigènes ont participé aux décisions clés sur la direction du pays, en particulier dans le soi-disant « gouvernement des organisations sociales » et dans une société ‘pigmentocratique’ où « les connaissances et les capacités » sont historiquement placées dans les soi-disant « profils professionnels », qui sont toujours blancs.D’autre part, on conteste les « intellectuels blancs, de gauche et de classe moyenne » (applicable au niveau régional) sans conscience de leur origine de classe, formatés dans une vision eurocentrique, appliquant des concepts et des catégories d’analyse occidentaux, qui n’ont rien à voir avec la réalité et la pensée andines, et sont insuffisants pour expliquer la réalité complexe bolivienne et indigène. En ne prévenant pas, ils reproduisent le système colonial et capitaliste qu’ils prétendent critiquer. Cela équivaut à analyser les questions de genre des femmes avec des paramètres masculins. Le marxiste A. Gramsci critique ce type d' »intellectuel traditionnel », mais les destinataires de la leader Bartolina semblent ne pas l’avoir lu, même si cela ne suffirait pas. Parce que, celui qui allume la lumière est le pionnier de la pensée indienne, il propose la décolonisation de la connaissance et de la science, pour penser « à partir de nous-mêmes ». Seuls nos intellectuels pourront soulever les questions des indigènes et dénoncer le fait que d’autres sont présentés comme les porte-parole des indigènes (et des Boliviens) en les utilisant comme une plateforme politique et en leur volant leur voix pour accéder à des positions politiques et à d’autres avantages.

Catégories: Amérique du Sud, Culture et Médias, Droits humains
Tags: , , , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.

maltepe escort