Bolivie : Tentative d’arrestation d’Evo et de mise hors la loi du MAS avant une victoire électorale imminente

09.07.2020 - La Paz, Bolivie - Verónica Zapata

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Italien

Bolivie : Tentative d’arrestation d’Evo et de mise hors la loi du MAS avant une victoire électorale imminente
Mobilisations contre le coup d’Etat en novembre l’an dernier. (Crédit image : Rolando Andrade Stracuzzi, loi 11723)

Le lundi 6 juin, le bureau du procureur bolivien a inculpé et demandé l’arrestation de l’ancien président Evo Morales pour « terrorisme et sédition ». L’affaire a ainsi été réactivée sur la base d’un enregistrement audio attribué à l’ancien président, prétendument depuis le Mexique où il était réfugié, ordonnant au chef des cultivateurs de coca, Faustino Yutra, de bloquer les routes et d’empêcher l’entrée de nourriture dans différentes villes dans le cadre des conflits déclenchés en novembre 2019, qui se sont terminés par un coup d’État.

L’enquête avait débuté le 20 novembre 2019 après que le gouvernement de facto eut porté des accusations contre l’ancien président pour « terrorisme, sédition et financement du terrorisme ». Le 20 décembre, les procureurs ont demandé l’arrestation de Morales, qui se trouvait en Argentine avec le « statut de réfugié » et les autorités argentines ont refusé de l’extrader.

Le siège régional sud-américain d’Interpol à Buenos Aires devrait émettre une alerte rouge pour créer un conflit diplomatique avec l’Argentine, dont le président Alberto Fernández ne reconnaît pas Jeanine Áñez comme présidente constitutionnelle et légitime de l’État plurinational de Bolivie parce qu’elle n’est pas arrivée au pouvoir par un vote démocratique. Elle s’est autoproclamée présidente de la Bolivie lors d’une assemblée législative à moitié vide et le groupe présidentiel a été investi par un militaire. A l’extérieur, l’assemblée législative était assiégée par les militaires, entourés de chars et d’hélicoptères. Cette auto proclamation a fait suite à la démission de l’ancien président Morales à la demande du chef de l’A.A.F, Williams Kaliman. Áñez, pour devenir présidente de facto, s’est d’abord autoproclamée présidente du sénat, et seulement ensuite présidente de la Bolivie. Avant cela, elle était la deuxième vice-présidente du sénat, car elle n’avait pas respecté la règle de succession, son parti n’ayant obtenu que 4 % des voix.

Les avocats de Morales, Raúl Zaffaroni et Gustavo Ferreyra, ont publié un communiqué : « La Bolivie est un état de droit où règne la force brute. L’accusation contre Evo Morales est la énième preuve de l’état policier en Bolivie. Les preuves n’existent pas, l’accusation du procureur est une absurdité, tout comme la demande d’arrestation. Aucune charge pénale ne devrait incriminer l’ancien président, notre prévenu. Morales se bat pour le rétablissement de l’État constitutionnel et de la démocratie. Le poids de nos arguments permet d’éclaircir les accusations méprisables, telles que l’accusation et la demande de détention ».

Evo Morales avec ses deux avocats Gustavo Ferreyra y Raúl Zaffaroni. (Photo de Rolande Andrade Stracuzzi, loi 11723)

 D’autre part, le 15 juin, l’enquête accusant Evo Morales d’avoir planifié la fraude lors des élections de 2019 a été réactivée, et la présentation spontanée d’un « témoin clé » a été annoncée, une déclaration dont le témoignage permettrait d’élargir les accusations et les demandes d’arrestation. Salvador Romero, président du Tribunal suprême électoral, qui est un ami proche de Carlos Mesa, candidat de la Communauté citoyenne, qui apparaît sur plusieurs photographies des réseaux sociaux, s’est joint à cette dénonciation.

La stratégie des putschistes consiste à « prouver », par le biais de juges cooptés par les putschistes, qu’il y a eu fraude, sans preuves, et à annuler le statut juridique du Mouvement vers le socialisme MAS. Ce serait une option pour les putschistes qui leur permettrait de gagner une élection, en retirant le MAS de la compétition électorale.

La persécution politique et judiciaire contre l’ancien président ne s’arrête pas là. Le 25 juin, Arturo Murillo, ministre du gouvernement de facto, a sauvagement accusé Morales d’être l’idéologue de la cause scandaleuse de la corruption, pour l’achat de respirateurs hors de prix, dans laquelle l’ancien ministre de la santé putschiste Marcelo Navajas a été arrêté. Murillo a affirmé que cette affaire est le résultat d’une « conspiration du MAS, et a étendu les dénonciations au leader des cultivateurs de coca, Andrónico Rodríguez, et à deux anciens ministres, parmi dix autres personnes, pour des crimes présumés d’enrichissement illicite affectant l’État et l’organisation criminelle. Dans ce cas, un « témoin clé » a également été présenté, fournissant des informations qui compromettent les dirigeants et les anciens fonctionnaires du MAS.

Mise hors la loi du candidat à la présidence, Luis Arce

Le 30 juin a été rendue publique, la plainte au pénal déposée par Sergio Flores, gestionnaire du fonds de pension public, contre Luis Arce Catacora, candidat à la présidence du Mouvement vers le socialisme, pour l’achat de deux programmes informatiques alors qu’il était président du conseil d’administration du fonds, qui aurait causé un préjudice économique au détriment de l’État. La plainte a été déposée deux mois avant les élections présidentielles prévues pour le 6 septembre dans le pays, et dans le contexte de l’annonce par M. Áñez du décret 4.272 sur la relance de l’emploi. Le MAS a dénoncé le fait que ce décret implique un retour au néolibéralisme, favorisant les entreprises privées et excluant les entreprises publiques de l’utilisation des fonds du trésor national, les condamnant à la faillite pour une privatisation ultérieure. Ainsi, l’existence des obligations Juancito Pinto et Juana Azurduy, dont le fonds de paiement provient des revenus des entreprises publiques, est mise en danger. En outre, ce décret détermine la privatisation des services de première nécessité : électricité, eau, gaz, etc., qui ont été déclarés comme un droit humain par Morales, qui avait baissé leurs prix dans le pays.

Le ministre de la Justice, Álvaro Coimbra, a confirmé qu’il acceptera la plainte contre Luis Arce et a demandé au ministère public de réactiver la procédure pour le convoquer dans l’affaire du détournement du fonds de développement pour les peuples indigènes et les communautés paysannes (F.O.N.D.I.O.C.), dans laquelle seraient impliqués la plupart des anciens fonctionnaires du gouvernement de l’ancien président Morales. Luis Arce est accusé de manquement au devoir et autres. Coimbra a également indiqué que plus de 60 procès pour corruption présumée pendant le gouvernement Morales seront relancés.

Fernández recibió a Luis Arce, el candidato presidencial del MAS ...Luis Arce lors d’une rencontre avec le président argentin, Alberto Fernández. (Photo : Télam)

La persécution judiciaire ou le recours à la loi est une stratégie bien connue dans la région, à laquelle ont été soumis plusieurs anciens présidents comme Lula Da Silva, Rafael Correa et Cristina Fernández de Kirchner, pour tenter de les écarter de la compétition électorale face au soutien massif de leur peuple. Le cas brésilien fut exemplaire.

Le 30 juin, la direction nationale du M.A.S.-I.P.S.P. a publié un communiqué national et international dénonçant la tentative de disqualification du candidat présidentiel Luis Arce par le M.A.S., qui se présente comme le vainqueur incontesté du scrutin afin d’empêcher la participation aux élections du 6 septembre. Ainsi, le M.A.S., principale force politique de la Bolivie, serait mis hors la loi par un coup d’Etat judiciaire. Le pari est de participer à une élection mais sans le principal concurrent.

Luis Arce est arrivé à La Paz depuis son exil au Mexique pour commencer sa campagne le 28 janvier dernier. Il a été immédiatement informé par le bureau du procureur d’une affaire de corruption dès qu’il est descendu de l’avion dans un couloir de l’aéroport d’El Alto. Il est accusé d’une infraction présumée à ses devoirs dans le cas du fonds indigène (F.O.N.D.I.O.C.), lorsqu’il était ministre de l’économie. C’est dans ce cas que les dirigeants du coup d’État ont averti qu’ils allaient réagir immédiatement. Auparavant, Luis Arce s’était également caché à l’ambassade du Mexique à La Paz après le coup d’État du 10 novembre 2019 et s’était réfugié au Mexique après avoir obtenu un sauf-conduit du gouvernement de ce pays.

Les élections en Bolivie sont prévues pour le 6 septembre, et tous les sondages donnent pour vainqueur Luis Arce du Mouvement pour le Socialisme. Le contexte est celui d’une crise politique, économique, sociale et sanitaire dans le pays avec une forte offensive de coup d’État contre le peuple bolivien pour éviter à tout prix les prochaines élections, malgré la fixation de la date du scrutin. Le coup d’État cherche à éviter les élections par des actions violentes pour secouer le pays et, en même temps, la pandémie est administrée de façon malveillante afin d’obtenir un pic de 130 000 infections à la date des élections. C’est pourquoi M. Áñez n’a pas pris les mesures de confinement nécessaires, et ce n’est qu’après l’effondrement sanitaire que des tests ont commencé à être effectués pour justifier l’explosion dans les chiffres officiels. Une autre option serait de procéder aux élections, mais en éliminant le principal candidat d’opposition de la compétition et/ou en annulant le statut juridique du MAS.

On met également en garde contre l’hypothèse d’un gouvernement purement militaire qui supprimerait la tenue d’élections à la date prévue. Cette situation est liée et reconfigurée par le contexte géopolitique régional et international dans lequel les États-Unis ont cessé d’être la puissance économique du monde, et Trump, le chef de Áñez, a également connu une forte baisse dans les sondages pour sa réélection, ce qui montre que la pandémie peut emporter plusieurs gouvernements.

 

Traduction de l’espagnol, Ginette Baudelet

Catégories: Amérique du Sud, Politique
Tags: , , , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Journée de la Nonviolence

Journée de la Nonviolence

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.