Santiago du Chili : Photographie de la ville au début d’une nouvelle décennie

10.01.2020 - Santiago du Chili - Redacción Chile

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Italien

Santiago du Chili : Photographie de la ville au début d’une nouvelle décennie
(Crédit image : La Agenda del Diablo)

Par Helodie Fazzalari

« Jusqu’à présent, Santiago est comme une petite fille qui a réalisé du jour au lendemain qu’elle était adulte.» C’est avec ces mots que Pía Figueroa, co-directrice de Pressenza, essaie de décrire dans une de nos réunions ce qui s’est passé au Chili ces derniers mois. Le 18 octobre 2019, une augmentation de 30 pesos du prix des billets de transport public a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, mais derrière cette motivation apparemment superficielle se cachent des décennies d’abus de pouvoir, d’inégalité et d’injustice sociale. « Une dictature dans une démocratie », peut-on lire sur les murs de la ville sur plusieurs banderoles placées par les manifestants. Aujourd’hui, Santiago ressemble à cela, détruite et à genoux, mais paradoxalement plus forte que dans les années où les Chiliens devaient baisser la tête face à la force. Du jour au lendemain, cette jeune fille, d’une manière complètement irrationnelle, a réalisé qu’elle était devenue adulte. Elle a jeté tous les jouets dont elle n’avait plus besoin, et quand elle a compris ce qu’elle était devenue, elle a réalisé qu’elle avait la possibilité de choisir qui elle serait à l’avenir.

Selon le classement établi par la Banque mondiale, le Chili est le deuxième pays le plus « inégalitaire » au monde, précédé seulement par le Qatar. C’est donc dans l’inégalité économique, politique et sociale qu’il faut chercher les principales raisons de ce qui se passe au Chili depuis près de 3 mois. Du jour au lendemain, le peuple chilien a pris conscience et a trouvé un sentiment de patriotisme qui était latent depuis des années. Chaque jour, dans le centre-ville de Santiago, des centaines de manifestants protestent, revendiquent leurs droits et mettent leur propre sécurité en jeu. Sur la Plaza Italia, rebaptisée Plaza de la Dignidad (place de la Dignité), plusieurs militants ont construit de véritables campements, beaucoup vivent dans les rues et d’autres se rendent tous les jours de 5 heures de l’après-midi jusqu’au coucher du soleil aux mêmes endroits pour manifester. Les résidents locaux disent que le nombre de manifestants a diminué avec l’arrivée de l’été, car beaucoup sont à l’extérieur de la ville. « Cependant, en mars, avec la réouverture des écoles, presque tout le monde va revenir, et cette révolution aura alors une évolution décisive », dit un partisan de la protestation. Voici le scénario que la ville présente aujourd’hui : une première, une deuxième et une troisième ligne qui passe chaque jour du Palais de la Moneda à la Place Italia. Des peintures murales représentant les victimes des affrontements, des yeux de papier accrochés aux arbres pour symboliser la solidarité avec ceux qui ont perdu la vue lors de ces affrontements, des monuments commémoratifs en l’honneur de la communauté mapuche qui participe activement à la protestation, des images des visages emblématiques de la protestation, comme celui de Camilo Catrillanca, ou le Negro Matapacos (un chien noir devenu célèbre pour avoir suivi assidûment les manifestations de rue de 2010 à Santiago), un défilé qui avance et affronte la police locale, brûlant au centre des rues tout ce qu’il trouve, une station de métro complètement assiégée (station Baquedano). Maintenant, ce qui reste de cette station est une cour vide pleine de peintures murales en l’honneur de la dignité humaine, au milieu de laquelle brûle une rangée de chiffons suspendus au soleil, appartenant probablement à des manifestants de rue. Il y a aussi des gaz lacrymogènes et beaucoup de fumée, des jets d’eau acide et des sirènes de police assourdissantes, auxquels le peuple chilien répond par des hymnes patriotiques diffusés au volume maximum par Radio Dignité, une station située dans un immeuble occupé à l’angle de la Place Baquedano.

« Je me sens beaucoup plus en sécurité maintenant, en rapport à certaines personnes, qui font que tu ne peux sortir avec une jupe un peu courte, car tu risques toujours qu’on pose les mains sur toi. C’est pourquoi je ne me suis jamais sentie chez moi à Santiago, parce que je ne me sentais pas en sécurité, et encore moins protégée. Alors j’ai décidé de partir. Maintenant, je suis de retour parce que j’aime enfin Santiago et je m’y sens chez moi », dit une Chilienne descendue dans la rue pour manifester.

« Tout le monde dans cette manifestation a un rôle à jouer », explique un autre militant, « il y a les gars du premier rang, les « tailleurs de pierre », qui sont chargés de casser des morceaux de béton et de produire ainsi des pierres à jeter sur les pacos (un mot utilisé pour désigner la police de manière désobligeante), les gars de l’eau, ceux qui distribuent de l’eau pour aider les manifestants du premier rang et ainsi de suite, etc. Dans les rues du centre-ville de Santiago, il y a un grand sens de l’humanité et des dizaines de bénévoles aident les blessés dans les rues. Chaque jour, les « casques bleus » (N.d.E. les personnes du corps médical, tous des volontaires, portent des casques bleus) aident les manifestants en leur fournissant du matériel médical, comme cela s’est produit ce mardi 7 janvier 2020, lorsque des bénévoles ont même dû aider un enfant de moins de 12 ans à l’un de leurs postes. Parce que dans cette manifestation, il n’y a aucune restriction d’âge, de race, de sexe ou de couleur. Pour la première fois, le peuple chilien ne regarde plus les différentes ethnies ou origines, mais lutte ensemble pour la seule chose que tous les êtres humains ont en commun : la dignité.

« Aujourd’hui, nous sommes plus libres qu’avant », dit un manifestant souriant. « Maintenant nous sommes capables de nous regarder en face, ce que nous ne pouvions plus faire avant. Chacun vivait dans son propre monde, comme éteint, isolé du reste de la société ; dans le métro, on ne se regardait même pas dans les yeux et les gens ne pouvaient plus communiquer ». Le peuple chilien marche aujourd’hui dans la même direction, et c’est précisément dans l’image d’un Santiago détruit que nous devons chercher la clé positive de toute cette histoire, et cette clé est le changement. Tout est arrivé soudainement et sans préméditation, au moment exact où l’être humain a changé sa façon de penser. Quelque chose s’est brisé dans la tête du peuple chilien qui l’a réveillé, l’a uni, lui a donné la force de réagir et le courage de sortir dans la rue et de risquer sa vie. Cette lutte contre les institutions a des racines lointaines qui sont plongées dans un champ de souffrance trop vaste pour être raconté. Tout comme la jeune fille a réalisé qu’elle était devenue une femme, les Chiliens ont compris l’importance de leur dignité. Nous sommes confrontés à un processus en constante évolution, qui ne s’est pas du tout arrêté et qui a besoin de temps pour devenir une solution définitive. Cette fille peut devenir une belle femme, ou une femme terrible, mais ce qui est certain, c’est que ces manifestations ont laissé une profonde cicatrice dans les rues, sur la peau et dans le cœur de nombreux habitants de Santiago. Pour le meilleur ou pour le pire, quelque chose va changer, et rien ne pourra plus jamais être pareil.

 

Traduction de l’espagnol, Claudie Baudoin

Catégories: Amérique du Sud, Droits humains, Opinion
Tags: ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

 

Le début de la fin des armes nucléaires

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.