Jeudi 17 octobre, des manifestations anti-gouvernementales spontanées ont éclaté au Liban à la suite de mesures d’austérité approuvées par le gouvernement, ainsi qu’un grand nombre de nouvelles taxes qui incluaient des dépenses pour les appels de WhatsApp : des centaines de milliers de personnes ont inondé les rues furieusement avec une classe politique qui accuse de pousser l’économie à la faillite. Des routes sont bloquées depuis des jours à travers le pays.

Lundi 21 octobre, le gouvernement libanais a approuvé un paquet de réformes d’urgence en réponse aux protestations de la population sur les conditions économiques désastreuses, mais ce geste n’a pas suffi à convaincre les manifestants de quitter les rues. Des écoles, des banques et des entreprises ont été fermées.

Le Premier ministre Saad al-Hariri, dans un discours télévisé, a déclaré que les nouvelles mesures ne répondaient peut-être pas aux demandes des manifestants, mais qu’elles constituaient un début vers la réalisation de certaines d’entre elles. Le gouvernement doit s’efforcer de rétablir la confiance, a-t-il dit, ajoutant que de grands progrès ont été réalisés dans la lutte contre la corruption et le gaspillage. Maya Mhana, une enseignante qui a écouté le discours à Beyrouth avec d’autres manifestants, n’était pas convaincue. « Nous restons dans la rue, nous ne croyons pas un seul mot de ce qu’il a dit », dit-elle.

L’ampleur et la portée géographique des manifestations ont été extraordinaires, dans un pays où les mouvements politiques sont normalement divisés en lignes sectaires et luttent pour attirer l’attention au niveau national. Pendant les manifestations, chrétiens et musulmans se sont également joints à la prière.

Reuters rapporte que les banques libanaises resteront fermées pour le cinquième jour ouvrable, étant donné l’incertitude sur la façon dont le Premier ministre Saad al-Hariri a l’intention d’extraire des milliards de dollars du secteur financier pour aider à atténuer la crise économique qui a provoqué des protestations nationales.

Les universités libanaises ont fermé leurs portes vendredi 18 octobre, un jour après le début de la vague de protestations contre le gouvernement. Les étudiants ont refusé de reprendre les cours et ont plutôt décidé de rester dans la rue jusqu’à ce que leurs demandes soient satisfaites, ont rapporté les médias libanais. Tarek El Masri, professeur d’université, a déclaré : « Je ne pense pas que nous devrions encore retourner en classe. Nous devrions continuer à apprendre de la rue et enseigner au monde entier comment protester civilement et influencer le changement dans notre pays vers un avenir meilleur ».