Afrique, une histoire à redécouvrir. 7- Kimpa Vita, la Jeanne d’Arc africaine

25.07.2018 - Valentin Mufila

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Italien, Allemand, Grec

Afrique, une histoire à redécouvrir. 7- Kimpa Vita, la Jeanne d’Arc africaine
(Crédit image : Serge Diantanu)

Né entre 1684 et 1686, Kimpa Vita est le fruit d’une union miraculeuse. Après la lutte de la reine Nzingha Mbande contre le colonialisme et l’esclavage, en 1666, un autre roi, M’vita Kanga, a tenté de libérer son peuple des Portugais. La rébellion, cependant, s’est très mal terminée, car les Européens avaient de meilleures armes et seul un enfant nommé Kangu a Vimba a survécu au massacre. Il est devenu un homme et a épousé une noble du royaume du Congo. Une prophétesse nommée Mafuta a annoncé que d’eux naîtrait une grande femme, envoyée par Nzambi Pungu ou Tata Nzambi (le créateur) pour sauver le peuple de sa souffrance. L’enfant, Kimpa Vita, a été baptisé du nom de Béatrice.

Lorsqu’elle était petite fille, elle a commencé à prier pour aider de nombreuses personnes à se remettre de la dépression à la suite de l’enlèvement de leurs proches. Pedro IV, qui s’était réfugié dans les montagnes, demanda aussi de retourner sur le trône de Kongo.

Il convient de rappeler que le christianisme est arrivé en Afrique, en particulier en Éthiopie, plus tôt que dans de nombreux pays européens, mais sans l’esclavage et l’oppression imposés par le colonialisme dans les pays subsahariens. Dans ce contexte, Kimpa Vita a adapté le christianisme à la réalité africaine, incorporant les religions traditionnelles. Elle était dévouée à saint Antoine, qui lui apparut avec la peau noire et prétendait qu’au Paradis il y avait aussi des saints noirs. Elle chantait et priait en kikongo, la langue locale et non en portugais ou en latin, langues et cultes apportés par les oppresseurs que la population ne connaissait pas et ne comprenait pas.

En 1704, elle lance une campagne non-violente pour la libération et la restauration du royaume du Congo détruit par les Portugais. Il s’opposa à toutes les formes d’esclavage, des pratiques locales à celles liées à la domination européenne, et conduisit des milliers de personnes dans la reconstruction et le repeuplement de Mbanza Kongo, l’ancienne capitale, en ramenant le roi Pedro.

À ce stade, son histoire présente des similitudes impressionnantes avec celle de Jeanne d’Arc. Les Portugais, les missionnaires capucins et le roi lui-même, jaloux de sa popularité, ont vu dans sa figure un grave danger et ont monté un complot contre elle, l’accusant de sorcellerie, d’hérésie et d’avoir eu un enfant avant le mariage. Le 2 juillet 1706, Kimpa Vita a été brûlée sur le bûcher à Evolulu avec son petit ami et son fils nouveau-né. Selon la prophétie de sa mère, elle se réincarnait des siècles plus tard en un homme nommé Simon Kimbangu, qui serait son véritable héritier.

Les messes catholiques inspirées par le culte inspiré par Kimpa Vita se tiennent dans toute l’Afrique et le mouvement qu’elle a fondé existe encore aujourd’hui. En Angola, une troupe de théâtre, le Elinga Teatro, a mis en scène le spectacle « Kimpa Vita : A Profetisa Ardente » (Kimpa Vita : la Prophétesse en flammes), écrit et dirigé par José Mena Abrentes et le 2 juillet, jour anniversaire de sa mort, il est célébré dans de nombreux endroits en Afrique.

Catégories: Afrique, Culture et Médias
Tags: , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.