Le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TPNW), signé en septembre 2017, attire de nouveaux adhérents. Le Traité a été adopté par 122 États sous une ovation générale à l’Assemblée générale des Nations Unies.

Avec l’adhésion de la Palestine au Traité le 22 mars, jusqu’à présent, six États membres de l’ONU et observateurs permanents ont ratifié le Traité. Les parlements du Costa Rica et de l’Autriche ayant voté à l’unanimité en faveur de l’interdiction les 15 et 21 mars respectivement, le TPNW devrait bientôt avoir deux nouveaux membres.

L’ICAN se félicite de la croissance régulière des pays qui adhérent à la signature de l’interdiction du Traité et observe que le taux de ratification est aussi rapide que celui d’instruments juridiques comparables, tels que le Traité sur le commerce des armes de 2013 et la Convention d’Oslo sur les armes à sous-munitions de 2008.

« Il est inspirant de voir des États responsables s’opposer à la rhétorique incendiaire des États dotés d’armes nucléaires et à la rétention indéfinie des armes de destruction massive en ratifiant le TPNW », déclare Beatrice Fihn, directrice exécutive de l’ICAN. « Les voix du feu et de la fureur ne doivent pas être accueillies par le silence. Tous les Etats devraient se joindre rapidement au traité d’interdiction. »

Le TPNW entrera en vigueur une fois qu’il aura été ratifié par 50 États.

L’article original est accessible ici