Mariano Quiroga

Né à Buenos aires en 1976. Journaliste plurimédia et poète. Editeur international à Pressenza. Communicateur humaniste spécialisé en politique internationale. A publié dans différents pays et langues. Il anime actuellement des programmes de radio pour la radio publique équatorienne et des radios communautaires argentines. Sa vocation l'incite à mettre en lien données, événements, personnes et contextes pour construire un regard inclusif qui synthétise les recherches de justice sociale et d'humanisation de la planète.

50 jours sans changement

« Le changement, c’est maintenant », tel était le slogan de campagne de François Hollande. Or, 50 jours se sont écoulés depuis l’arrivée au pouvoir du président français et ni le changement, ni le maintenant ne se sont fait sentir.

Un rapide retour sur quelques-unes de ses premières actions nous donne le ton de la direction que pourra prendre le gouvernement socialiste.

Bonn, ouverture du Global Media Forum

Premières impressions lors de la prise de contact avec ce forum organisé à Bonn par la Deutsche Welle, du lundi 25 au mercredi 27 juin. Nous allons informer des étapes qui seront réalisées par Pressenza, qui couvre l’événement et qui va participer à une table ronde dédiée à l’ « Information, la communication et la culture de la paix ».

Les temps changent en Amérique latine

Les changements doivent se faire savoir. En ce siècle de télécommunication et de réseaux sociaux, l’information doit et peut circuler très vite et dans toutes les directions. Ainsi, les grandes plateformes de stockage virtuel (Google, Yahoo, AOL, Facebook) sont devenues les shériffs de leurs membres, oups, de leurs clients.

Coup d’État médiatico-parlementaire au Paraguay

procès politique qui s’est ouvert aujourd’hui au Parlement paraguayen contre le président du pays, Fernando Lugo, vise à le destituer. Le chef de l’État devait aujourd’hui présenter sa défense à la mi-journée tandis que les ministres des affaires étrangères argentin, brésilien, vénézuélien, colombien et uruguayen se rendaient au Paraguay pour soutenir Fernando Lugo.

Réflexion sur la non-violence indignée

Alors que les gouvernements européens restent dominés par les organisations militaro-financières et se heurtent encore et toujours aux mêmes problèmes en mettant en place des plans d’ajustement et des coupes budgétaires, les divergences grandissent et se multiplient.
Ce n’est plus la gauche doctrinaire qui s’oppose à cette involution …

La diabolisation de l’Iran

À cet instant précis, les mécanismes de la haine attisent le phénomène de diabolisation de l’Iran. Ils s’emploient à en créer une image effrayante dans l’opinion publique afin de justifier les interventions militaires visant à faire disparaître ce que Benjamin Netanyahou appelle « menace existentielle pour l’État d’Israël », en référence au pays perse.

Journée plus qu’intense pour les indignés de Paris

En sortant du Métro, la première chose qui attirait l’attention, c’étaient les camions de police et les CRS qui essayent de se réchauffer dans cette froide matinée d’automne.

Le lieu de rendez-vous était le Mur de la Paix, face à l’Ecole Militaire au début du parc du Champ-de-Mars.

Les Indignés à Saint Denis

Le 22 septembre, les indignés ont tenu une Assemblée Générale à Saint-Denis. Après avoir passé la nuit sur la place de la Bourse à attendre la libération complète des compagnons retenus, décision a été prise lors de l’Assemblée de midi d’aller à Saint-Denis où le maire les a assurés de la non-intervention policière et a donné l’autorisation de tenir la réunion sans ennuis.

50 indignés détenus à Paris

Le bras de fer entre les marcheurs indignés en route vers Bruxelles et la police française se solde par une arrestation de 50 personnes au commissariat du 11ème arrondissement de Paris.
Un petit groupe de manifestants cherchait un endroit pour camper avant de poursuivre sa route lorsque se produisit une intervention policière avec usage de gaz lacrymogènes et flashballs.

15M Madrid : Un journaliste arrêté lors de la manifestation des Indignés

Les indignés ne prennent pas de vacances et la capitale espagnole vit un «bras de fer» entre le Mouvement du 15-M et la police.
En effet, de toute évidence, le corps de sécurité de l’état a l’ordre de ne pas laisser la Plaza del Sol aux manifestants.
Les débordements policiers ont atteint leur comble lors de l’arrestation sauvage d’un journaliste de lainformacion.com

1 5 6 7 8 9