À travers le réseau humaniste des nouvelles de la santé REHUNO Salud nous créons un lieu d’échange avec un nouveau regard sur la vie quotidienne, basé sur une psychologie expérimentale et existentielle (la Psychologie du Nouvel Humanisme). Cela nous montre des propositions concrètes de travail personnel pour donner un sens à notre existence et jouir d’une vie libre de toute souffrance inutile. Pour autant, il ne s’agit pas d’une psychologie thérapeutique qui permet de traiter n’importe quelle pathologie, mais cela s’adresse à toute personne qui cherche à se comprendre et qui cherche des outils pour pouvoir débuter un changement positif dans sa vie, si elle le souhaite. Le bien-être psychologique est incontestablement un des piliers de la santé. Il faut donc s’en occuper.

Nous t’invitons à mettre en pratique ces quelques suggestions et à nous adresser ton expérience. Ecris-nous !

 

Par Jordi Jiménez

On parle beaucoup du bonheur, surtout quand on en manque, et il existe de nombreuses recettes pour l’atteindre. Nous allons aborder ce sujet d’un point de vue quelque peu différent de la manière dont on a pu l’aborder jusqu’ici. Il s’agit de consolider un registre de cohérence avec soi-même et avec les autres, et c’est cette cohérence qui nous donnera un sentiment de bonheur.

Par cohérence, nous entendons quelque chose de très précis. Nous pouvons définir la cohérence comme le fait de penser, de sentir et d’agir dans la même direction, de traiter les autres comme nous aimerions être traités. Par conséquent, la cohérence ne dépend que de notre façon d’agir, elle dépend de notre action et non pas d’un quelconque facteur de conditionnement externe. Notons que nous ne sommes pas seulement cohérents lorsque nous sommes unifiés dans nos pensées, nos sentiments et nos actions, mais il y a également un élément de relation avec les autres personnes qui agit pour enregistrer la cohérence. Donc, si nous agissons avec cohérence, nous avons une sensation claire d’unité intérieure, le sentiment que tout va bien, nous nous sentons plus légers, plus heureux, plus centrés et même les situations difficiles semblent moins graves, car nous nous sentons forts, légers devant un avenir ouvert, dans lequel tout est possible. Ces sensations, entre autre, sont ce que nous associons au bonheur et sont produites précisément lorsque nous agissons en étant cohérents en faisant les choses. Il existe une croyance selon laquelle le bonheur dépend de la possession de certains objets ou lieux, du fait d’avoir certaines choses ou de ne pas les avoir. Nous allons voir qu’il n’en est rien.

Unité énergétique

Alors pourquoi le bonheur dépend-il d’une seule façon de faire les choses ? La réponse se trouve dans notre circuit énergétique et dans la direction dans laquelle cette énergie s’exprime dans le monde. Nous ne parlons pas d’une énergie étrangère, extracorporelle, mais de l’énergie psychophysique qui fait bouger notre corps et notre esprit, quelque chose que nous pouvons clairement percevoir si nous y prêtons attention.

Prenons un exemple : c’est le matin et je cours dans les rues de mon quartier. Je rencontre un ami, je m’arrête et nous discutons quelques minutes. Je remarque alors que, d’un côté, j’ai envie de continuer de discuter avec mon ami et que de l’autre, j’ai aussi envie de poursuivre mon exercice matinal. Je comprends clairement que je veux faire deux choses qui ne vont pas dans la même direction, qu’à ce moment-là elles sont incompatibles. Je ressens cette petite contradiction que nous ressentons souvent dans notre vie quotidienne et qui est temporaire, qui se résout généralement immédiatement. Je peux donc dire à mon ami que je l’appellerai dans l’après-midi pour prendre un café et parler calmement et continuer mon exercice, ou je peux l’inviter à courir avec moi pendant un moment s’il en a envie, et ainsi nous pourrons parler.  

A partir de ce simple exemple, nous nous intéressons principalement au registre de la division ressentie pendant ce bref instant. Cette sensation se produit parce qu’une partie de notre énergie vise à continuer à courir et une autre à rester plus longtemps pour discuter, comme si notre propre corps se divisait subtilement en deux. Une division énergétique se produit parce que ces deux désirs ne coïncident pas, je veux faire deux choses qui, à ce moment-là, sont opposées l’une à l’autre. Dans ce cas, la situation est facilement résolue, mais dans de nombreuses autres situations, cette division énergétique donnée par des désirs qui ne sont pas compatibles demeurent et qui provoquent un registre de contradiction. Si ce registre était fréquent et quotidien, l’accumulation de ces contradictions donnerait lieu à un état de mal-être croissant.

Indicateurs d’unité interne

Mais que se passerait-il si nous sentions directement que notre énergie ne part que dans une seule direction, que nous agissons sans divisions, que nous faisons les choses sans contradictions, de manière unitive et cohérente ? Notre sentiment de bonheur grandirait. Nous nous sentirions unis, forts, légers et joyeux, car ce sont les expériences qui se produisent lorsque notre circuit énergétique fonctionne en coordination, fonctionne comme un tout, comme une unité. C’est ce que signifie l’expression « penser, sentir et agir dans la même direction ».

Les situations du quotidien nous mettent souvent face à de multiples contradictions, certaines accidentelles ou imprévues, d’autres habituelles ou systémiques. Rencontrer un ami en faisant son jogging est totalement fortuit, mais cela me met dans une situation de petite contradiction. Que faire alors si ces situations de contradiction fortuites ne peuvent être évitées ? Il faut simplement trouver une issue cohérente, donner une réponse qui nous laisse un sentiment de cohérence, ou en d’autres termes, d’unité énergétique : il n’y a pas de division dans mon énergie psychophysique.

Et comment puis-je reconnaître ce genre de réponse ou d’issue ? Elles doivent avoir ces trois qualités : 

1 – Elles laissent un sentiment d’unité à ce moment-là

2 – Elles laissent une saveur de croissance intérieure

3 – Après un certain temps, il ne fait aucun doute que je referais la même chose.

Si les trois caractéristiques sont réunies, nous sommes en présence d’un acte cohérent, mais si l’une des trois qualités est absente, nous ne sommes pas en présence d’une action cohérente. D’autre part, nous avons déjà dit que les actions cohérentes doivent tenir compte des autres, d’où la deuxième partie de la définition « traiter les autres comme j’aimerais être traité ».

Accumulation d’actions

Les actions cohérentes ou contradictoires s’accumulent en une seule. C’est important. Pourquoi s’accumulent-elles ? Parce qu’il existe un système d’enregistrement, la mémoire, qui garde trace de tout ce que nous faisons, de ce que nous ressentons et de ce que nous pensons. Ainsi, l’enregistrement d’une nouvelle façon d’agir se superposera aux précédents et permettra un changement de cap. C’est grâce à l’accumulation de ces nouvelles actions cohérentes que nous nous rapprocherons de cet état de bonheur, de joie de vivre et de sens.

Le bonheur n’est pas un objet que l’on obtient et qui nous rend heureux pour toujours une fois qu’on le possède. Il s’agit plutôt d’un lieu dont on s’approche ou s’éloigne selon la façon dont on agit dans sa vie.

Comme nous l’avons dit au début, nous ne nous rapprochons pas de cet état en obtenant des objets, en nous trouvant dans certains endroits ou en mangeant certaines choses. Un objet, un lieu ou un aliment peut me procurer une sensation très gratifiante à un moment donné, et à ce moment-là, je peux me sentir bien, détendu, calme, etc. Mais cet état est passager et disparaît dès que je cesse d’avoir cet objet, ou d’être dans ce lieu, ou simplement par usure. Il ne remplit pas la condition 2 (le goût de la croissance interne). Les moments agréables ont tendance à s’épuiser par le simple passage du temps. Ils restent dans la mémoire, laissent une trace de nostalgie et un désir d’y revenir qui, s’ils sont répétés et répétés, finissent par abîmer leur influence illusoire.

En revanche, l’action cohérente est quelque chose qui dépend de ce que je fais et non de situations extérieures changeantes. C’est quelque chose qui s’accumule dans mon circuit énergétique, qui ne s’use pas, qui grandit et se consolide avec le temps. Il est indépendant des objets ou des lieux extérieurs et je n’ai pas besoin de posséder quoi que ce soit de spécial pour atteindre le bonheur que procure l’action cohérente. Cela ne dépend que de ce que je fais dans le monde, de mon attitude envers moi-même et les autres. Si je renforce mon intention d’agir de manière cohérente, j’évoluerai vers un bonheur réel et durable. 

Si vous souhaitez discuter de ce sujet, vous pouvez nous écrire à l’adresse rehuno.salud@gmail.com

 

Traduction de l’espagnol : Frédérique Drouet